Frédéric Maurin

musicien français de jazz
Frédéric Maurin
Description de cette image, également commentée ci-après
Frédéric Maurin en 2019.
Informations générales
Naissance (44 ans)
Harfleur, Seine-Maritime, France
Activité principale Compositeur, arrangeur, chef d'orchestre
Genre musical Jazz, Musique expérimentale
Instruments Guitare
Labels Neuklang, ONJ Records
Site officiel http://www.onj.org

Frédéric Maurin, né le à Harfleur, est un compositeur, chef d'orchestre, guitariste et musicien français. Il est plus particulièrement connu pour avoir créé le big band Ping Machine, pour avoir été président de la fédération Grands Formats de 2011 à 2017, et pour être depuis juillet 2018 directeur artistique de l'Orchestre national de jazz.

BiographieModifier

Frédéric Maurin commence la musique au conservatoire de Notre-Dame de Gravenchon à l’âge de 7 ans. Tout d’abord autodidacte, son apprentissage de la guitare électrique est influencé par les Beatles, Jimi Hendrix, Pink Floyd, King Crimson et Frank Zappa[1]. Par la suite, il suit une formation jazz et une formation d’écriture classique[2].

Après des classes préparatoires au lycée Henri-IV et des études d’ingénieur, et l’agrégation de Sciences de la vie et de la terre, il se consacre entièrement à la musique. Auparavant, il passe deux années à enseigner au lycée français de Cali en Colombie, en tant que coopérant du service national. À son retour, il enseigne en lycée deux années et entame en parallèle une formation professionnelle à l'EDIM (école de jazz et musiques actuelles appartenant à la fédération nationale FNEIJMA), qui le conduira au DEM. Il décide alors de quitter l'Éducation nationale. En parallèle, il suit les cours d’écriture au conservatoire de Paris[Lequel ?].

En 2005, il crée Ping Machine, ensemble composé de quinze musiciens qui fait partie des orchestres de références de la nouvelle scène jazz européenne. Depuis 2009, on y retrouve Julien Soro, Paul Lay, Raphaël Schwab, Rafaël Koerner, Fabien Norbert, Bastien Ballaz, Didier Havet, Florent Dupuit, Jean-Michel Couchet, Quentin Ghomari, Stéphan Caracci, Benjamin Moussay, Guillaume Christophel, Andrew Crocker, Fabien Debellefontaine, Bruno Ruder, Daniel Zimmermann… Au sein de Ping Machine, il développe peu à peu une musique singulière, un monde parallèle à l’imaginaire foisonnant. En particulier, il fait partie des premiers compositeurs à utiliser dans le jazz des techniques issues du courant de la musique spectrale[3].

Ses influences de compositeur vont d’Igor Stravinsky et György Ligeti à Steve Coleman[4] en passant par le metal (Meshuggah, Slayer, Sunn O), les grands compositeurs du jazz (Duke Ellington, Gil Evans, Wayne Shorter, Charles Mingus) ou les compositeurs spectraux comme Gérard Grisey[5] et Tristan Murail[3].

Il est également, avec le bassiste Alexandre Tomaszewski, co-leader de 2008 à 2013 de Cartel Carnage, quintet mélangeant le Death metal et le Free jazz (avec Sylvain Bardiau, Sylvain Cathala et Rafaël Koerner).

Frédéric Maurin a été président de Grands Formats[6] de 2011 à 2017[7], la fédération des grands ensembles de jazz et de musiques improvisées.

En juillet 2018, il est nommé directeur artistique de l'Orchestre national de jazz pour la période 2019-2022 par le ministère de la Culture[8],[9]. Il propose une évolution importante de l’Orchestre National de Jazz.

Il met en place un orchestre intergénérationnel à géométrie variable capable d’interpréter des répertoires aux instrumentations variées[10]. Par ailleurs, il propose pour la première fois depuis la création de l’orchestre, des effectifs constituées d’autant de femmes que d’hommes[11], ce qui représente un changement radical dans le milieu encore extrêmement peu féminisé qu’est le jazz en France[12],[13].

Il associe de nombreux collaborateurs et collaboratrices artistiques aux différents programmes créés par l’ONJ (Grégoire Letouvet, Mali Arun, Julie Bertin, Fred Pallem, Tim Berne)[14]. Il développe une importante politique de commandes à des compositeurs et compositrices de différentes générations (Sylvaine Hélary, Camille Durand, Leïla Martial, Grégoire Letouvet, Fred Pallem, Steve Lehman etc.)[15].

Il crée également l’Orchestre des Jeunes de l’ONJ, formation constitué de jeunes musiciennes et musiciens qui se consacre à la réinterprétation des précédents répertoires de l’Orchestre National de Jazz, afin de transmettre à la jeune génération de musiciens et de musiciennes la richesse musicale produite depuis plus de 30 ans par l’ONJ et de faire revivre cette musique pour le public. Chaque saison, l’Orchestre des Jeunes de l’ONJ est confié à un ancien directeur de l’ONJ et voit son effectif renouvelé. Au cours de saison 2018-2019, c’est le premier directeur musical de l’Orchestre National de Jazz en 1986, François Jeanneau, qui dirige cet orchestre. Pour la saison 2019-2020, c’est Franck Tortiller, directeur musical de l’Orchestre National de Jazz de 2005 à 2008, qui dirige l'Orchestre des Jeunes de l'ONJ[16].

Récompenses et distinctionsModifier

DiscographieModifier

Avec Ping Machine[22]Modifier

  • 2009 : Random Issues, Neuklang
  • 2011 : Des Trucs Pareils, Neuklang
  • 2013 : Encore Live au Petit Faucheux, Neuklang
  • 2016 : Easy Listenning, Neuklang
  • 2016 : Ubik, Neuklang

Autres collaborationsModifier

 
Avec le 112 Brass Band.
  • 2019 : Ouesh Ma Gueule avec le 112 Brass Band.
En tant que co-leader
  • 2009 : Cartel Carnage[23], Straight No Chaser, autoprod. Sacem
  • 2012 : Cartel Carnage, Incorporated, Great Winds/Muséa
En tant que producteur
  • 2014 : Schwab Soro, Schwab Soro, Neuklang, « Choc » de l'année 2014 Jazz Magazine
  • 2016 : Schwab Soro, Volons !, Neuklang

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Big bands : une histoire de sons, avec Frédéric Maurin », France Musique,‎ (lire en ligne, consulté le 5 octobre 2018)
  2. « Fred Maurin », sur futurscomposes.com
  3. a et b « Spectralisms | Oxford University Faculty of Music », sur www.music.ox.ac.uk (consulté le 5 octobre 2018)
  4. « Il prend les rênes de l'ONJ en 2019 : Frédéric Maurin veut "faire bouger les lignes dans le jazz" », sur culturebox.francetvinfo.fr,
  5. « Rencontre avec Fred Maurin », sur culturebox.francetvinfo.fr,
  6. « Petites questions à Grands Formats : Frédéric Maurin - Journal La Terrasse », sur Journal La Terrasse.fr (consulté le 5 octobre 2018)
  7. « Un nouveau Président pour Grands Formats », sur Grands Formats, (consulté le 5 octobre 2018)
  8. Ministère de la culture, Nomination de Frédéric Maurin à la direction artistique de l’Orchestre national de jazz, sur culture.gouv.fr (consulté le 10 septembre 2018).
  9. Attitude, « EXCLUSIF Frédéric Maurin, directeur artistique de l’Orchestre national de jazz », sur La Lettre du Musicien (consulté le 5 octobre 2018)
  10. Franpi Barriaux, « Fred Maurin », sur Citizen Jazz (consulté le 1er novembre 2019)
  11. jeanluc_laterrasse, « Frédéric Maurin et l'Orchestre National de Jazz », sur Journal La Terrasse.fr (consulté le 1er novembre 2019)
  12. « Jazz Culture : Femmes du jazz - Marie Buscatto », sur France Musique, (consulté le 1er novembre 2019)
  13. Femmes du jazz - CNRS Editions (lire en ligne)
  14. « Artistes associés », sur ONJ (consulté le 1er novembre 2019)
  15. « Orchestre national de Jazz : les chantiers de Frédéric Maurin, le nouveau patron », sur Franceinfo, (consulté le 1er novembre 2019)
  16. « Classique info du mardi 30 avril 2019 », sur France Musique (consulté le 1er novembre 2019)
  17. « Chocs de l'année 2013 », , Jazz Magazine N°656,‎ , p. 11,12,16
  18. « Victoires du Jazz 2014 sur Culture Box - France TV Info », sur www.culturebox.francetvinfo.fr,
  19. a et b « Chocs de l'année 2016 », Jazz Magazine N°691,‎ , p. 14-20
  20. « L'actualité du jazz : Académie Charles Cros : 69ème Palmarès Jazz et blues, les Prix et Coups de cœur », France Musique,‎ (lire en ligne, consulté le 31 juillet 2018)
  21. « Site officiel de la fédération nationale Grands Formats », sur Grands Formats (consulté le 31 juillet 2018)
  22. (en) Ping Machine sur Discogs
  23. « Cartel Carnage », sur Discogs (consulté le 13 février 2019)