Forteresse de Custrin

Forteresse de Custrine
Présentation
Type
Localisation
Localisation
Coordonnées
Carte

La forteresse de Custrin est une forteresse construite dans la seconde moitié du XVIe siècle pour protéger le siège royal de Custrin. Ce n'est qu'en 1920 que son utilisation en tant que forteresse prend fin à la suite de la défaite de la Première Guerre mondiale. Peu après, la démolition de l'enceinte orientale de la ville commence. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, Custrin est de nouveau déclarée forteresse en 1945 et la ville est presque entièrement détruite par les combats fin mars 1945 (de). Après la fin de la guerre, les fortifications déjà endommagées sont encore détruites par des travaux de dynamitage et de démolition pour extraire du matériel. Depuis les années 1990, les fortifications de la vieille ville et du fort Gorgast (de) sont restaurées, tandis que les autres ouvrages extérieurs sont tombés en ruine à la suite de leur inoccupation. Une grande partie des fortifications sont situées sur la rive droite de l'Oder à Kostrzyn nad Odrą en Pologne, les ouvrages extérieurs restants dans la commune allemande de Küstriner Vorland.

Plan historique de la ville de Custrin et de ses fortifications, 1728
Plan de la ville de Küstrin et de ses fortifications, 1921
Vue de la forteresse depuis Küstrin-Kietz

Avant 1535 : débuts Modifier

Custrin est mentionné pour la première fois dans un document en 1232. Custrin est stratégiquement situé au confluent de l'Oder et la Warthe. Il y a probablement une fortification à cet endroit pour protéger la traversée de l'Oder. La domination ascanienne prend fin en 1323 et Custrin change de mains plusieurs fois jusqu'en 1455. Puis il est vendu à Frédéric II de Brandebourg et appartient ainsi à la Maison de Hohenzollern. En 1535, Jean Ier de Brandebourg-Küstrin hérite entre autres de Custrin et en fait sa résidence.

1535–1920 : statut de forteresse Modifier

Jean Ier commence à agrandir sa résidence avec la construction du château de Custrin, qui dure de 1535 à 1537. Puis les travaux de construction de la forteresse commencent. Les fortifications construites entre 1537 et 1543 possèdent des remparts en terre qui sont plusieurs fois submergés par les inondations. Après une interruption des travaux de plusieurs années, les remparts sont donc renforcés de 1553 à 1568 par de la maçonnerie et les parties nouvellement construites sont réalisées de la même manière en maçonnerie. En 1568, la forteresse est achevée. Elle comprend alors les bastions du roi, de la reine, du prince héritier, de la princesse héritière et de Philippe, ainsi que les portes de la ville, la porte de Berlin et la porte de Zorndorf. Il y a aussi la porte de Kietz et la porte du moulin pour les piétons. Francesco Chiaramella (de) et après lui Rochus zu Lynar comptent parmi les maîtres d'œuvre des fortifications de Custrin au XVIe siècle.

 
Château de Custrin, gravure sur cuivre de Merian vers 1652

Pendant la guerre de Trente Ans (1618-1648), le roi suédois Gustave II Adolphe remonte l'Oder vers le sud à partir de juillet 1630. En construisant une fortification de campagne sur la rive gauche de l'Oder, en face de Custrin, il maîtrise le passage de l'Oder ainsi que le trafic fluvial. Sur l'insistance des Suédois, Custrin passe sous administration suédoise en juin 1631. Les Suédois commencent immédiatement après à agrandir la forteresse, ce qui est poursuivi plus tard par le prince électeur Frédéric-Guillaume. Entre 1631 et 1688, la tête de pont sur la rive gauche de l'Oder, l'ouvrage à cornes ainsi que le bastion Brandebourg sur la rive droite de l'Oder entre les bastions du roi et Philippe sont construits. En outre, la défense des remparts est renforcée par la construction de plusieurs redans et des ravelins de Gohrin, Albert, Auguste-Guillaume et Christian-Louis. Le fossé est fermé par un batardeau au bastion Philippe. Custrin est alors l'une des forteresses les plus solides du Saint-Empire.

Parmi les prisonniers se trouve Aegidius Strauch II (de), que l'électeur Frédéric-Guillaume a capturé sur la route maritime de Dantzig à Hambourg en octobre 1675 et emprisonné dans la forteresse. Strauch est détesté en tant que fanatique luthérien contre la confession réformée et prétendu partisan de la Suède. Le roi de Pologne, le roi de Suède, l'électeur de Saxe, ses proches et de nombreux autres partisans font campagne pour la libération de Strauch. Une délégation de citoyens de Dantzig obtient sa libération le 9 juillet 1678. À Dantzig, des dizaines de milliers de fidèles le reçoivent et toutes les églises luthériennes organisent des offices pour sa libération. Le Conseil de Dantzig le rétablit dans ses fonctions le 8 septembre 1678.

Le lieutenant prussien Hans Hermann von Katte est exécuté le 6 novembre 1730 dans la forteresse de Custrin sur ordre de Frédéric-Guillaume Ier devant le futur roi prussien Frédéric II.

Pendant la guerre de Sept Ans, les troupes russes assiègent Custrin du 15 au 18 août 1758. La ville, construite majoritairement en bois, brûle complètement sans que la forteresse ne puisse être conquise. Le roi Frédéric II relève la forteresse et bat les Russes le à l'est de Custrin lors de la bataille de Zorndorf.

Lors de la guerre de la Quatrième Coalition en 1806, Friedrich Wilhelm Heinrich Ferdinand von Ingersleben livre Custrin aux troupes de Napoléon, qui sont bien inférieures, sans combat, à l'exception d'une brève escarmouche à la tête de pont ouest et de la destruction du pont de l'Oder. Ingersleben déserte, est condamné à mort par contumace en 1807 et n'est pas gracié par le roi comme dans d'autres cas[1]. Custrin reste occupé par les Français jusqu'en 1814, qui continuent à agrandir la forteresse. Après la défaite de Napoléon dans la campagne de Russie en 1812, Custrin est bombardé en mars 1813 pour la première fois par les troupes russes. Les Français incendient les banlieues longues et courtes et le Kietz (de) sur l'île d'Oder pour des raisons stratégiques. La forteresse ne pouvant être prise d'assaut, les troupes russes puis prussiennes la bloquent jusqu'à la capitulation en mars 1814.

Au XIXe siècle, la forteresse est à nouveau agrandie afin de pouvoir la protéger contre l'artillerie plus éloignée. La tête de pont sur l'île de l'Oder est agrandie et complétée par deux lunettes flanquantes. De 1850 à 1862, des lunettes B sont érigées sur l'île de l'Oder et des lunettes C et D sur le côté gauche de l'Oder. Dans les années 1863 à 1872, le fort indépendant Neues Werk est construit à la gare de Custrin-Neustadt.

En 1877/78, les guérites des portes de Berlin et de Zorndorf sont démolies et reconstruites en tant que porte de ville à double passage. Dans le même temps, les tours à poudre sont supprimées et remplacées par des poudrières à l'extérieur de la ville. Les ponts routiers et les ponts ferroviaires sur l'Oder et la Warthe sont sécurisés par des fortins. L'achèvement des travaux de construction est la construction des quatre forts extérieurs, comme fort Biehler (de) : Fort Gorgast (de) et Fort Zorndorf (1882), Fort Säpzig (1887) et Fort Tschernow (1882-1885). Ces forts sont cependant déjà militairement dépassés lors de leur construction à la suite de la crise des obus explosifs, d'une part parce qu'ils ne résistent pas aux tirs directs et d'autre part parce que la portée de l'artillerie est telle qu'un bombardement direct de Custrin aurait été possible. Peu avant la Première Guerre mondiale, de petits abris sont encore construits de manière isolée à l'extérieur de la ville afin de pouvoir engager les troupes de manière flexible en cas de défense.

Les fortifications freinent clairement le développement de la ville. Vers la fin du XIXe siècle, les installations deviennent toutefois plus perméables. En 1887, le portail de Custrin est remplacée par la porte de Custrin, beaucoup plus large, par laquelle les charrettes peuvent désormais passer. Vers 1901, on commence déjà à démolir les remparts de l'Oder près du château. Avant la Première Guerre mondiale, il est déjà prévu de démolir les remparts, mais cela ne peut être réalisé que des années plus tard.

La fin de l'utilisation comme forteresse est survenue en 1920, lorsque les canons et les armes stationnés doivent être retirés sur ordre de la Commission militaire interalliée de contrôle. Custrin perd son importance en tant que garnison en raison des restrictions de personnel dans la Reichswehr.

À partir de 1920 : tentative de putsch, forteresse pendant la Seconde Guerre mondiale et utilisation ultérieure Modifier

Dans l'entre-deux-guerres, les fortifications du côté est de la vieille ville sont démolies, d'abord en 1921 la porte de Zorndorf et le bastion de la princesse héritière, à partir de 1925 le bastion de la reine et la porte Albert. Parallèlement, les fossés sont comblés pour permettre la construction d'une nouvelle route (l'actuelle DK 22 (de)) autour de la vieille ville. Après 1929, les espaces verts du Kattewall sont créés sur les remparts au bord de l'Oder. Le musée de la casemate est ouvert au bastion Philipe. De 1930 à 1931, le bastion du prince héritier – également connu sous le nom de Haut Cavalier – est démoli. Certaines dépendances sont louées et utilisées entre autres par des entreprises.

En 1923, il y a une tentative de putsch, connue sous le nom de putsch de Custrin.

Le 25 ou 26 janvier 1945, vers la fin de la Seconde Guerre mondiale, Adolf Hitler déclare Custrin forteresse afin de stopper l'avancée de l'Armée rouge sur Berlin[2]. Quelques jours plus tard, il nomme Heinz Reinefarth, un policier fanatique, comme « commandant de forteresse » de la forteresse de Custrin. Au terme de leur opération Vistule-Oder, les troupes soviétiques atteignent l'Oder près de Custrindébut février 1945 et forment des têtes de pont sur la rive ouest. Au cours des combats qui durent jusqu'à fin mars, Custrin est presque entièrement détruit[3]. Le 16 avril 1945, la tête de pont près de Custrin devient le principal point de départ de l'armée soviétique dans son offensive sur Berlin.

La plus grande partie de Custrin (anciennement située des deux côtés de l'Oder) est annexée à la Pologne après la fin de la Seconde Guerre mondiale en 1945, tandis que la partie de la ville à l'ouest de l'Oder appartient aujourd'hui à la commune brandebourgeoise de Küstriner Vorland en tant que quartier de Küstrin-Kietz. Après la fin de la guerre, les troupes russes rendent les forts extérieurs inutilisables militairement en les faisant partiellement exploser. D'autres domaines tels que le Nouveau Fort sont complètement ou partiellement enlevés pour obtenir des matériaux de construction. Le Fort Gorgast est ensuite utilisé comme camp par l'Armée nationale populaire.

Après 1989, il devient possible d'utiliser certaines fortifications à des fins touristiques. Le désert de la vieille ville et donc l'enceinte existante sur la rive de l'Oder entre la porte de Berlin et la porte de Custrin sont à nouveau accessibles. Le fort Gorgast peut également être visité[4]. Les autres structures sont des ruines[5].

Liste des bâtiments Modifier

Bâtiment État (2014) Illustration
Bastion du roi avec casemate Mauvais état  
Garde du pont de l'Oder sur la voie ferrée de l'Est Démoli
Garde du pont routier sur l'Oder Démoli
Ouvrage à cornes avec deux bastions Conservation des douves et vestiges de remparts  
Ravelin de Gohrin Conservation des douves et vestiges de remparts  
Ravelin Albert avec la porte Albert Flanc gauche du ravelin conservé et rénové  
Porte de Berlin Rénové  
Bastion de la reine Démoli
Ravelin Christian-Louis Démoli
Bastion du prince héritier / HautCavalier Démoli
Porte de Zorndorf Démoli
Bastion de la princesse héritière Démoli
Ravelin Auguste-Guillaume Mauvais état  
Porte de Kietz Rénové  
Bastion Philippe avec musée de la forteresse dans les casemates Rénové  
Batardeau Rénové  
Bastion Brandebourg Rénové  
Brückenwache Warthebrücke der Ostbahn Démoli
Garde du pont de la Warthe sur la voie ferrée de l'Est Démoli
Fort Gorgast (de) Partiellement rénové  
Fort Zorndorf En ruine  
Fort Tschernow En ruine
Fort Säpzig En ruine
Fort Neues Werk Démoli à 95 %, restes du glacis et de la contrecarpe sur la chausée de Zorndorf
Tête de pont avec lunette droite et gauche Démoli
Lunette B Démoli
Lunette C démoli, restes du mur de la noue  
Lunette D présence de douves et de restes de bâtiments  

Gouverneurs et commandants Modifier

Gouverneurs Modifier

Commandants Modifier

Bibliographie Modifier

  • Wolfgang Armin Strauch: Umfangreiche Biografie – Dr. Aegidius Strauch – Gefangener des Kurfürsten von Brandenburg. tredition GmbH, (ISBN 978-3-7469-3407-5)
  • Cüstrin. In: Brockhaus' Konversationslexikon. 14. Auflage. F. A. Brockhaus, Leipzig/Berlin/Vienne, 1894–1896
  • Ralf Juon: Küstrin 1232–1932. Bilder aus Vergangenheit und Gegenwart einer alten brandenburgischen Veste. Trowitzsch, Frankfurt (Oder)/Berlin 1932
  • Wolfgang Scharfe: Festungen in Brandenburg – Küstrin, Peitz, Spandau. Serientitel: (= Historischer Handatlas von Brandenburg und Berlin; Nachtr., H. 4 Veröffentlichungen der Historischen Kommission zu Berlin). de Gruyter, Berlin/New York 1980, (ISBN 3-11-007965-8)
  • Werner Melzheimer: Die Festung und Garnison Küstrin. Möller, Berlin 1989
  • Daniel Burger (de): Die Landesfestungen der Hohenzollern in Franken und Brandenburg im Zeitalter der Renaissance (= Schriftenreihe zur bayerischen Landesgeschichte, Band 128), Munich, 2000
  • Ralf Gebuhr (Hrsg.): Von Vestungen. Die brandenburgisch-preußischen Festungen Spandau – Peitz – Küstrin. Stadtgeschichtlichen Museum Spandau, Berlin 2001
  • Frank Lammers: Küstrin: Stadtgeschichte und Stadtverkehr. Gesellschaft für Verkehrspolitik und Eisenbahnwesen e.V., Berlin 2005
  • Stiftung Preußischer Kulturbesitz (Hrsg.): Die Festungspläne des preußischen Kriegsministeriums. (Findbuch des Geheimen Staatsarchivs). 2008, DNB 987783831, p. 638–665
  • Daniel Burger: Die Schlösser in den Renaissancefestungen der Kurfürsten und Markgrafen von Brandenburg. In: Stefan Breitling/Christof Krauskopf/Franz Schopper (Hrsg.): Burgenlandschaft Brandenburg (= Berliner Beiträge zur Bauforschung und Denkmalpflege, tome 10), Petersberg 2013, p. 164–181
  • Gerd-Ulrich Herrmann (de): Festung Küstrin 1945 Anspruch und Wirklichkeit. Die Geschichte einer Festung. Helios, Aix-la-Chapelle, 2015, (ISBN 978-3-86933-130-0)

Cartes Modifier

Liens externes Modifier

Références Modifier

  1. Grand État-Major général (Hrsg.): 1806. Das Preußische Offizierkorps und die Untersuchung der Kriegsereignisse. Ernst Siegfried Mittler und Sohn, Berlin 1906, p. 49f., 268–277, speziell zu Ingersleben S. 273.
  2. Fritz Kohlase: Küstrins Untergang im Jahre 1945
  3. Fritz Kohlase: Küstrins Untergang im Jahre 1945
  4. Peter Westrup: Ist die Natur grausam oder barmherzig? Küstrin war eine prachtvolle Festungsstadt, bis sie im Frühjahr 1945 in rauchenden Trümmern versank. Heute liegen ihre Ruinen wie ein vergessenes Pompeji unter Gras und Gestrüpp. In: Frankfurter Allgemeine Zeitung. 20 août 2015, p. R5.
  5. FAZ.net / Peter Carstens: In den Ruinen von Küstrin.