Ouvrir le menu principal

Fire (film, 1996)

film de Deepa Mehta sorti en 1996
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fire.
Fire
Titre original फायर
Réalisation Deepa Mehta
Scénario Deepa Mehta
d'après le roman d'Ismat Chughtai
Acteurs principaux
Sociétés de production Trial by Fire Films Inc.
Kaleidoscope Entertainment
Pays d’origine Drapeau du Canada Canada
Drapeau de l'Inde Inde
Genre Drame
Romance
Durée 108 minutes
Sortie 1996

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Fire (फायर) est un film dramatique indo-canadien, réalisé par Deepa Mehta, sorti en 1996. Fire est le premier volet de La Trilogie des éléments suivi par Earth et Water.

Il s'agit d'une l'adaptation fidèle du roman d'Ismat Chughtai, Le Quilt, écrit en 1941.

Ce film aborde le thème de l'homosexualité féminine et de la liberté d'expression en Inde[1],[2].

SynopsisModifier

À New Delhi, Radha (Shabana Azmi), mariée à Ashok (Kulbhushan Kharbanda), doit s'occuper de sa belle-mère handicapée, Biji (Kushal Rekhi). Mais Ashok décide de renoncer à toute vie sexuelle et ne touche plus Radha.

Le frère d'Ashok, Justin (Jaaved Jaaferi), épouse la jeune et moderne Sita (Nandita Das) lors d'un mariage arrangé, mais il aime en secret une Chinoise-Indienne[style à revoir], Julie (Alice Poon). Délaissées par leurs époux, Radha et Sita se rapprochent de plus en plus.

Fiche techniqueModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

DistributionModifier

Autour du filmModifier

AnecdotesModifier

CritiquesModifier

En regard du box-office, Fire a reçu des critiques très positives. Le film obtient 87 % d'avis positif sur Rotten Tomatoes, sur la base de 23 commentaires collectées[3]. Sur le site Metacritic, il obtient une note favorable de 64/100, sur la base de 14 critiques collectées, ce qui lui permet d'obtenir le label « Avis généralement favorables »[4].

« Fire n'est pas une pâtisserie dégoulinante, mais une œuvre contemporaine sans fioritures qui met à nu certaines des survivances et contradictions douloureuses de l'Inde moderne. »

— Vincent Ostria, Les Inrocks, 30 novembre 1997[5].

ControversesModifier

Le film a été violemment critiqué en Inde. Ses opposants lui ont entre autres reproché son approche de l'érotisme entre femmes, qu'ils estiment contraire à la religion hindouiste et provenant d'une culture étrangère. De nombreuses salles ont été saccagées lors de la projection du film. Ces attaques ont suscité des réactions de défense de la tolérance et de la liberté d'expression[6],[7]. Il fut ressortit en 1999 sans être censuré, et on considère qu'il a rendu visibles les lesbiennes en Inde[8].

DistinctionsModifier

Année Distinction Catégorie Nom Résultat
1996 Festival international du film de Chicago Meilleure actrice Shabana Azmi Lauréat
Festival international du film de Mannheim-Heidelberg Prix spécial du Jury Deepa Mehta Lauréat
Meilleur film Fire Nomination
Festival international du film de Vancouver Meilleur film canadien Deepa Mehta Lauréat
1997 Festival international de films de femmes de Barcelone Meilleur film Fire Lauréat
Outfest Meilleure histoire Deepa Mehta[n 1] Lauréat
Meilleure actrice dans un long métrage Shabana Azmi Lauréat
Verona Love Screens Film Festival Meilleur film Fire Lauréat

AnnexesModifier

Sources et bibliographieModifier

  • (en) Gayatri Gopinath, Impossible Desires : Queer Diasporas and South Asian Public Cultures (Perverse Modernities), Duke University Press, 2005, 264 p. (ISBN 978-0822335139)

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Ex-æquo avec Victor Mignatti pour Broadway Damage.

RéférencesModifier

  1. « The Sunday Telegraphe; Un film lesbien en Inde. », sur Libération,
  2. Didier Péron, « «Fire» ou l'idylle entre deux Indiennes délaissées par leurs maris despotiques. Belles-sœurs et âmes sœurs. Fire de Deepa Mehta, avec Shabana Azmi, Nandita Das, Jaaved Jaaferi, etc. 1h40. », sur Libération,
  3. (en)« Fire (1996) », sur Rotten Tomatoes
  4. (en)« Fire », sur Metacritic
  5. Vincent Ostria, « Fire », sur Les Inrocks,
  6. Stéphane Malandrin, « Le film qui enflamme l'Inde. », sur Libération,
  7. Sunil Mehra, Manu Joseph, « Inde. Quand un film lesbien s'attire les foudres des hindouistes... », sur Courrier International,
  8. « Une histoire. «Fire» autorisé en Inde malgré les attaques des nationalistes hindous », sur Libération,

Liens externesModifier