Ouvrir le menu principal

Finale de la Coupe du monde de football de 2010

Pays-Bas-Espagne
Image illustrative de l’article Finale de la Coupe du monde de football de 2010
Soccer City, stade de la finale.
Contexte
Compétition Coupe du monde de football de 2010
Date (9 ans)
Stade Soccer City
Lieu Johannesbourg
Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud
Affluence 84 490 spectateurs
Résultat
Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas 0-1 Drapeau : Espagne Espagne
Mi-temps 0-0 0
Acteurs majeurs
Buteur(s) Drapeau : Espagne Andres Iniesta 116e

La finale de la Coupe du monde de football 2010 s’est déroulée le au Soccer City à Johannesbourg. Elle opposa l'équipe des Pays-Bas à celle de l'Espagne.

Elle se termine par la victoire des Espagnols, après prolongation, sur le score de 1-0.

C'est la première fois que l'Espagne devient championne du monde de football. Elle réalise de ce fait le deuxième doublé « Euro / Mondial » (qui se transformera en triplé « Euro / Mondial / Euro », après sa victoire lors de l'Euro 2012), après l’Allemagne (1972-1974).

Sommaire

Avant-matchModifier

Les Néerlandais sont les premiers à se qualifier après avoir vaincu l’Uruguay par 3 buts à 2 et accèdent à leur première finale depuis 32 ans, la troisième après celles perdues de 1974 et 1978[1]. L’Espagne atteint pour la première fois de son histoire la finale de la Coupe du monde en ayant vaincu l’Allemagne par 1 but à 0[2],[3]. C’est la sixième fois que ni l'Allemagne, ni le Brésil ne sont présents en finale de la Coupe du monde après celles de 1930 (Uruguay – Argentine), 1934 (Italie – Tchécoslovaquie), 1938 (Italie – Hongrie), 1978 (Pays-Bas – Argentine) et 2006 (France – Italie). L’Espagne et les Pays-Bas étant des formations européennes, cette Coupe du monde est la première remportée par une équipe du vieux continent, alors qu’elle est jouée hors d’Europe[4]. Cette finale fut le premier affrontement en Coupe du monde entre les deux équipes. C’est la première finale depuis 1978 à opposer deux équipes n’ayant jamais remporté la coupe du monde.

En cas de victoire des Néerlandais, Wesley Sneijder aurait été le 1er joueur à réaliser un quadruplé historique après avoir gagné le championnat de Série A, la Ligue des champions et la Coupe d’Italie la même année. Cependant, l’Espagne l’ayant emporté, la Roja est la troisième équipe à réaliser le doublé « Euro – Coupe du monde » après la RFA dans les années 1970 (Euro 1972Coupe du monde 1974) et la France à la fin des années 1990 (Coupe du monde 1998Euro 2000).

L’anglais Howard Webb, également arbitre de la finale de la Ligue des champions cette même année, arbitre la rencontre[5] assisté de ses compatriotes Darren Cann (en) et Michael Mullarkey. Il est le plus jeune arbitre à diriger une finale de Coupe du monde depuis Georges Capdeville en 1938[6].

Chacune des deux équipes a fini première de son groupe respectif. Par la suite, en phase à élimination directe, les Espagnols ont successivement éliminé le Portugal, le Paraguay et l’Allemagne, à chaque fois par le plus petit des scores. Les Pays-Bas ont éliminé la Slovaquie et le Brésil par 2 buts à 1 puis l’Uruguay par 3 buts à 2. Les Néerlandais réalisent un parcours sans faute avec six victoires en six matchs. Les Espagnols ont quant à eux perdu leur premier match, contre la Suisse, avant de remporter les cinq suivants.

Le 9 juillet, Paul le poulpe « prédit » une victoire de l’Espagne dans cette finale[7].

Parcours respectifsModifier

Pays-Bas Tour Espagne
Équipe J G N P BP BC +/- Pts
  Pays-Bas 3 3 0 0 5 1 +4 9
  Japon 3 2 0 1 4 2 +2 6
  Danemark 3 1 0 2 3 6 −3 3
  Cameroun 3 0 0 3 2 5 −3 0
Phase de groupes
Équipe J G N P BP BC +/- Pts
  Espagne 3 2 0 1 4 2 +2 6
  Chili 3 2 0 1 3 2 +1 6
  Suisse 3 1 1 1 1 1 0 4
  Honduras 3 0 1 2 0 3 −3 1
Adversaire Résultat Élimination directe Adversaire Résultat
  Slovaquie 2–1 1/8 finale   Portugal 1–0
  Brésil 2–1 Quarts de finale   Paraguay 1–0
  Uruguay 3–2 Demi-finale   Allemagne 1–0

Le ballonModifier

Le ballon Jabulani, utilisé pour cette finale, avait des bandes de couleur dorée au lieu des bandes aux 11 couleurs des autres ballons Jabulani utilisés pour les matches précédents de cette compétition. Ce ballon, fourni par l’équipementier Adidas, porte le nom de Jo'bulani, ce en référence au ballon des matchs autres que la finale, le Jabulani, mais aussi à la ville où se déroule la finale, Johannesbourg.

Feuille de matchModifier

Match 64 Pays-Bas   0 - 1ap   Espagne Soccer City, Johannesbourg

20:30 (UTC+2)
  Historique des rencontres
(0 - 0)   116e Andrés Iniesta (Cesc Fàbregas  ) Spectateurs : 84 490
Arbitrage :   Howard Webb
  Photos du match
Rapport
Pays-Bas
Espagne
 
PAYS-BAS :
  1 Maarten Stekelenburg
2 Gregory van der Wiel    111e
3 John Heitinga       57e, 109e
4 Joris Mathijsen    117e
5 Giovanni van Bronckhorst      105e    54e
6 Mark van Bommel    22e
7 Dirk Kuyt    71e
8 Nigel de Jong    99e    28e
9 Robin van Persie    15e
10 Wesley Sneijder
11 Arjen Robben    84e
Remplaçants :
17 Eljero Elia    71e 
23 Rafael van der Vaart    99e 
15 Edson Braafheid    105e 
Sélectionneur :
  Bert van Marwijk
 
 
ESPAGNE :
  1 Iker Casillas  
3 Gerard Piqué
5 Carles Puyol    16e
6 Andrés Iniesta    118e
7 David Villa    106e
8 Xavi    120+1e
11 Joan Capdevila    67e
14 Xabi Alonso    87e
15 Sergio Ramos    23e
16 Sergio Busquets
18 Pedro    60e
Remplaçants :
22 Jesús Navas    60e 
10 Cesc Fàbregas    87e 
9 Fernando Torres    106e 
Sélectionneur :
  Vicente del Bosque

Assistants :
  Darren Cann
  Mike Mullarkey
Quatrième arbitre :
  Yūichi Nishimura
Cinquième arbitre :
  Toru Sagara

Homme du Match :
  Andrés Iniesta

Déroulement du matchModifier

Les chiffres du match[8]
  Pays-Bas   Espagne
Possession du ballon 44 % 56 %
Tirs cadrés 5 6
Tirs non cadrés 8 12
Arrêts du gardien 3 5
Fautes commises 28 19
Corners obtenus 6 8
Hors-jeu 7 6
Cartons jaunes 8 5
Cartons rouges 1 0
Coups francs 18 23

Le match commence de manière assez tendue, le jeu est pauvre et marqué par un jeu dur de la part des Néerlandais. Mark van Bommel reçoit un carton jaune pour un tacle par derrière sur Andrés Iniesta qui aurait pu valoir un rouge. Peu après, Nigel de Jong place un coup de pied sur le torse de Xabi Alonso mais bénéficie de l'indulgence de l'arbitre, qui ne lui met qu'un carton jaune. En seconde période, Arjen Robben manque deux face à face avec Iker Casillas. Le match se termine sur un nul 0 à 0, et va donc en prolongation. Lors de la prolongation (116e minute), Andrés Iniesta marque le but de la victoire pour l'Espagne. Il dédie son but à Daniel Jarque (capitaine emblématique de l'Espanyol Barcelone mort en 2009).

Après-matchModifier

En remportant sa première Coupe du monde, l'Espagne réalise en parallèle le doublé Championnat d'Europe / Coupe du monde, soit exactement la même chose que l'Allemagne en 1972 et 1974.

L'Espagne devient par la même occasion :

  • la première équipe à remporter une Coupe du monde après avoir perdu son premier match du tournoi[9] (Espagne - Suisse : 0-1).
  • la première équipe européenne à s'imposer hors du vieux continent.
  • la première équipe championne en marquant seulement 8 buts[10].
  • la 8e nation à devenir Champion du monde après le Brésil (5), l'Italie (4), l'Allemagne (3), l'Uruguay (2), l'Argentine (2), l'Angleterre (1) et la France (1).
  • la 3e équipe championne avec le deuxième jeu de maillots (après le Brésil en 1958 et l'Angleterre en 1966).

Ce match reste dans les annales puisque l'arbitre distribue 14 avertissements (dont un carton rouge consécutif à deux cartons jaunes), ce qui constitue un record pour une finale de Coupe du monde.

Alors que nombre de commentateurs prédisaient une finale de revanche lors de l'Euro 2012, du fait du classement des Néerlandais à la première place au tableau FIFA en 2011, puis le retour des Espagnols en 2012 à ce rang, les Pays-Bas (successivement défaits par le Danemark, l'Allemagne et le Portugal) sont éliminés à la surprise générale lors du premier tour de l'événement. À la Coupe du monde 2014, les Pays-Bas écrasent 5 à 1 les Espagnols lors de la phase de poules, où l'Espagne se fait sortir par le Chili. « Humiliation de la Roja » ou « Mise à mort du système Del Bosque » sont parmi les termes employés dans les médias. En 2015 a lieu un nouveau match entre les deux équipes, que les Pays-Bas gagnent 2 à 0. Iniesta est particulièrement sifflé à l'Amsterdam Arena, mais beaucoup estiment qu'après ces deux épisodes, le petit pays plat a eu sa revanche.

Notes et référencesModifier