Ouvrir le menu principal

Fernand Anginieur

militaire et explorateur français
Fernand Anginieur
Fernand Anginieur.JPEG
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 45 ans)
BruyèresVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Militaire, explorateurVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Grade militaire
Distinctions

Claude Marie Charles Fernand Anginieur, né le à Lyon et mort le à Bruyères (Vosges) est un militaire et explorateur français.

BiographieModifier

Fernand Anginieur passe son enfance au château de Magny en Morvan à Millay (Nièvre). Élève du collège Notre Dame de Montgré en 1880, Saint-Cyrien promotion "du Grand Triomphe" (1888-1890). Capitaine en 1900

Il bénéficie de congés qui lui ont permis de voyager dans le monde entier, entre 1896 et 1911 ; l'Italie, en 1897 et 1898; aux Philippines, au cours de la guerre hispano-américaine, en 1899 ; en Tunisie, en 1899 pour une mission militaire ; en Sibérie, au Japon, en 1900 ; en Chine lors de l'intervention militaire des troupes françaises en Chine en 1900.

Il traverse l'Asie centrale, le Turkestan russe, le Cachemire, le Pamir et le Tibet en 1903, en compagnie du voyageur américain Oscar Crosby. Le passage à travers le désert de Aksai Chin est nouveau pour l'époque. En Espagne et au Maroc, en 1906 ; en Turquie où il assiste à la révolution de la Jeune-Turquie, en 1908. Il effectue en 1909, une mission politico-scientifique en Perse et la Mésopotamie pendant la révolution de Tabriz. Il publie une relation de son voyage dans le Bulletin du Comité de l'Asie Française.

Ces voyages étaient à la fois des expériences personnelles, des reportages pour des sociétés savantes (Société de géographie de Paris, sociétés de Lyon, Autun, etc.) et des missions diplomatiques et de renseignements militaires.

Anginieur a rencontré un grand nombre de responsables politiques, religieux et tribaux des contrées visitées. Ses rapports ont été transmis aux autorités militaires, présentés dans la presse de l’époque ou dans des conférences.

Capitaine au 22e régiment d'infanterie en 1914, le 6 septembre, le capitaine Anginieur est mortellement blessé[1] dans un combat dans les Vosges au Col du Haut Jacques[2].

OuvragesModifier

DistinctionsModifier

RéférencesModifier

  1. Fiche MPF de Fernand Anginieur sur le site Mémoire des hommes
  2. JMO du 22e RI, 2 août 1914-31 décembre 1915, cote 26 N 595/1, disponible en ligne

BibliographieModifier

  • Claudius Roux, Le Capitaine Fernand Anginieur impr. A. Rey - 11 pages
  • Svetlana Gorshenina, La route de Samarcande: l'Asie centrale dans l'objectif des voyageurs d'autrefois, Éditions Olizane, 2000 - 247 pages
  • François Pouillon, Dictionnaire des orientalistes de langue française, Éditions Karthala, 2012 - 1112 pages

Liens externesModifier