Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Ferdinand Keller (archéologue)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ferdinand Keller.
Ferdinand Keller
Archéologue
image illustrative de l’article Ferdinand Keller (archéologue)
Ferdinand Keller
Naissance
Marthalen
Décès (à 80 ans)
Zurich
Nationalité Suisse
Esquisse de Ferdinand Keller pour Bauschänzli, (1868-1869)

Ferdinand Keller, né à Marthalen le 24 décembre 1800 et mort à Zurich le 21 juin 1881, est un archéologue suisse, un des pionniers de la préhistoire.

Sommaire

BiographieModifier

Il étudie la théologie et entre dans les ordres en 1825. En parallèle, il suit des cours de sciences naturelles à Zurich, Lausanne et Paris où un riche Britannique lui confie l’éducation de son fils. Jusqu’en 1831, il parcourt toute la Grande-Bretagne puis revient en Suisse où il devient professeur d'anglais à l'Institut de technologie de Zurich.

Visitant les tumuli préhistoriques situés sur la colline du Burghölzli avec des étudiants, il se prend de passion pour l'archéologie. Il fonde en 1832 la Zürcher Antiquarische Gesellschaft qu'il présidera pendant quarante ans. Directeur des Mitteilungen de cette société, il y publie de nombreux articles de savants européens.

Mettant en place l'exploration systématique des tumuli et des grottes de la région de Zurich, il étudie les gisements palafittiques du lac de Zurich et fait entrer les villages lacustres dans le domaine de l'archéologie.

Pendant les hivers 1853-1855, il examine et explore l'établissement lacustre d'Obermeilen, où il reconnaît un habitat des âges de la pierre et du bronze ainsi qu'une période intermédiaire.

Keller inaugure les études des palafittes par l'identification de plusieurs sites lacustres dont Lüscherz-Locras (canton de Berne). Un fermier du nom de J. Messikommer lui révèle à Robenhausen, près de Wetzikon[1], sur le lac de Pfäffikon, un village lacustre qu'il fouille activement. Gabriel de Mortillet visitant le site, donne le nom de Robenhausen à la première phase du Néolithique. Plus de deux cents sites lacustres sont identifiés en Suisse en 1875. Les recherches s'étendent au lac de Constance et à l'Italie du Nord.

Keller est le premier à introduire dans ses fouilles l'analyse de la faune et de la flore des gisements. Il étudie nombre d'objets comme les épées, découvertes sur le site de La Tène sur le lac de Neuchâtel (1858), qu'il rattache à l'âge du fer.

TravauxModifier

On lui doit huit mémoires publiés de 1854 à 1879 et traduits en anglais sous le titre The Lake Dwellings of Switzerland, and Other Parts of Europe (1878) ainsi que :

  • Das Panorama von Zürich. Schilderung der in Zürich's Umgebungen sichtbaren Gebirge, nebst Beschreibung der im Jahr 1837 ausgeführten Ersteigung des Tödiberges, Orell, Füssli & Cie, Zurich, 1840.
  • Bauriss des Klosters Sankt Gallen vom Jahr 820 (1844).

BibliographieModifier

  • Meyer von Knonau, Lebensabriss von Ferdinand Keller, Zurich, 1882.
  • N. Coye, Le bel âge de l'archéologie lacustre entre Ferdinand Keller et Oscar Paret, in L'Homme et le lac. Usages et représentations de l'espace lacustre, Côme, 1995, p. 61-72.
  • Ève Gran-Aymerich, Les chercheurs de passé, Éditions du CNRS, 2007, p. 905-907 . 

Notes et référencesModifier

  1. « Wetzikon (ZH) » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .

Liens externesModifier