Famille Ruzé

ancienne maison française originaire de Touraine
Image représentant deux personnes Cette page explique l’histoire ou répertorie les différents membres de la famille Ruzé.

Famille Ruzé
Armes de la famille.
Armes de la famille : Famille Ruzé

Blasonnement de gueules, à un chevron fascé ondé d’argent & d’azur de six pièces, accompagné de trois lions d’or
Branches de Beaulieu, d'Effiat, de Cinq-Mars
Pays ou province d’origine Flag of Touraine.svg Touraine
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Demeures Château d'Effiat
Château de Cinq-Mars
Charges Maire de Tours
Secrétaire d'État
Surintendant des finances
Grand écuyer de France
Ambassadeur
Pair de France
Fonctions militaires Maréchal de France
Grand maître de l'artillerie de France
Fonctions ecclésiastiques Évêque
Récompenses civiles Ordre du Saint-Esprit
Récompenses militaires Ordre de Saint-Louis

La famille Ruzé est une famille noble française originaire de Touraine. Elle a donné plusieurs personnalités qui ont assumé d'importantes responsabilités politiques, religieuses et militaires au royaume de France, tout en s'alliant avec d'autres familles aristocratiques comme les Briçonnet[1].

Origines et personnalitésModifier

 
Martin Ruzé, commandeur du Saint-Esprit et Guillaume Ruzé, gisant de la cathédrale d'Angers relevé par Roger Gaignières.

Les origines connues de cette famille remontent au XIVe siècle: une des mentions fait état de Jean Ruzé, « bourgeois de Tours », ayant pour épouse une demoiselle Bernard[2].

Elle s'est peut-être éteinte le avec la mort — sans postérité — d'Antoine Coëffier Ruzé, marquis d’Effiat, Chilly et Longjumeau, chevalier des Ordres du Roi[3],[4].

Descendant des Ruzé par les femmes, la famille de Rueil en releva le nom.

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

  • Pierre Benoist, « Le cardinal-conseiller Charles de Lorraine, le roi et sa cour au temps des premières guerres de Religion », Parlement[s], Revue d'histoire politique, no hors-série,‎ , p. 14-28.
  • Grégory Goudot, « Dévots et fondations de couvents en Auvergne au XVIIe siècle », Revue historique, nos 668/4,‎ , p. 833-874.
  • Philippe Hamon, Une famille de notables parisiens au XVIe siècle, les Ruzé, Mémoire de maîtrise d'histoire contemporaine, 1983.
  • Philippe Hamon, « Culture et vie religieuse dans le monde des offices : les Ruzé dans la première moitié du XVIe siècle », Bibliothèque d'Humanisme et Renaissance, t. LIII, no 1,‎ , p. 49-64.
  • Gilbert Jacqueton, « Le trésor de l'épargne sous François Ier, (1523-1547) », Revue historique, t. 56,‎ , p. 1-43 (lire en ligne).
  • Véronique Julerot, « Jean Simon, évêque de Paris (1492‑1502): les réseaux d'un succès », Revue historique, nos 659/3,‎ , p. 511-525.
  • Michel Laurencin, Dictionnaire biographique de Touraine, Chambray-lès-Tours, CLD, , 607 p. (ISBN 2-85443-210-X)
  • Hervé Leuwers, « Les factums de l'avocat Robespierre. Les choix d'une défense par l'imprimé », Annales historiques de la Révolution française, no 371,‎ , p. 55-71.
  • Alice Motte, Antoine Ruzé d’Effiat (v. 1581-1632), surintendant des finances sous Louis XIII : Thèse d'archiviste paléographe, Histoire, Époque moderne, Paris, École nationale des chartes, , 397 p.
  • Roland Ropion, « L'écu des Ruzé », bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. LI,‎ , p. 153-154 (lire en ligne).
  • Bénédicte Sère (dir.), François Foronda et Christine Barralis, Violences souveraines au Moyen Âge : travaux d'une école historique, Presses universitaires de France, , 288 p. (ISBN 978-2-13057-363-0).
  • Alfred Spont, Semblançay (?-1527). La bourgeoisie financière au début du XVIe siècle : Thèse présentée à la Faculté des lettres de Paris, Paris, Hachette, , 324 p. (lire en ligne).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. Laurencin 1990, p. 526.
  2. Laurencin 1990, p. 527.
  3. Étienne Pattou, « Famille Ruzé » [PDF], sur Racines et Histoire (consulté le 16 novembre 2015).
  4. Laurencin 1990, Arbre généalogique de la famille Ruzé, planche hors-texte.
  5. a b et c Jacques-Xavier Carré de Busserolle, Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine, t. V, Société archéologique de Touraine, , 444 p. (lire en ligne), p. 440.