Fagauvea

langue
(Redirigé depuis Faga uvea)

Fagauvea
Pays Nouvelle-Calédonie
Région Ouvéa
Nombre de locuteurs 2 219
Classification par famille
Statut officiel
Régi par Académie des langues kanak
Codes de langue
ISO 639-3 uve
IETF uve
Glottolog west2516

Le fagauvea ou faga-uvea est une langue polynésienne parlée dans l'île d'Ouvéa, aux Îles Loyauté, par 2 219 locuteurs (2009)[1]. Il s'agit d'une des 28 langues kanak de Nouvelle-Calédonie, régie par l'Académie des langues kanak. Elle dérive du wallisien (faka 'uvea)[2].

DénominationModifier

Le fagauvea est appelé West Uvean en anglais pour la distinguer de sa langue parente, le wallisien, dénommé East Uvean. En iaai, la langue est appelée hwen ûë[3].

HistoireModifier

Le fagauvea constitue la seule langue polynésienne qui soit indigène à la Nouvelle-Calédonie. Elle est issue des migrations des Wallisiens partis de Wallis ('Uvea) entre le XVIe et le XVIIIe siècle[4].

Depuis son installation à Ouvéa, cette communauté polynésienne est en contact avec le iaai, l'autre langue parlée sur l'île. Ce contact linguistique de plus de deux siècles a profondément affecté la phonologie et le lexique du fagauvea[5]. Le fagauvea possède un système consonantique très proche du iaai avec 27 consonnes ; à l'inverse, les voyelles sont restées stables (Ozanne-Rivierre en dénombre cinq en 1976[3], l'académie des langues kanak en dénombre neuf[1]). Environ un quart des locuteurs du iaai parlent également fagauvea[3]

Répartition géographiqueModifier

En 2009, la langue est parlée au nord et au sud de l'île d'Ouvéa, à Heo, Takedji, Weneki, Teuta, Gossanah, Önyhât au nord, et dans le sud à Lekiny, Fayava et Mouli[1].

En 1976, Françoise Ozanne-Rivierre note l'existence de zones bilingues (peuplées par environ 700 personnes) dans les tribus de Wekin, Hnebuba, Önyhât (nord) et à Lekiny au sud (où le fagauvea supplante progressivement le iaai). En dehors de ces zones de bilinguisme, chacun parle sa langue, mais « l'intercompréhension est assez générale, surtout chez les adultes pour qu'on échange des discours coutumiers, lors des rencontres, chacun dans sa langue »[3].

ExempleModifier

Extrait d'un conte en fagauvea, « L'épouse du chef Drumai et la sorcière Nemejie »[6]

Itahoo ituai odi de aliki Drumai odi na ia seke i de manaha nei. Odi go ia hnoo ifo i dinei i Muli. Dai faifaasia odi e isi e avana dona ingoa go Nyoneishi. Go ia hnoo ifo ma de avana odi goa faitama de avana. Ifo go ia tokaa de avana i uta i Hwineni i dona mahale la i uta i tua. Go ia hano ma dona sinelapa ma ona tehina o hano faangota i malaa motu.

« Le chef Drumai est arrivé, jadis, dans ce pays. Il s'installa à Muli. Il y épousa une femme du nom de Nyoneishi. Au bout d'un certain temps, elle attendit un enfant. Il la laissa donc en brousse à Hwineni, dans sa résidence de l'intérieur, et partit pêcher vers les îlots avec son serviteur et ses sujets. »

RéférencesModifier

  1. a b et c « Fagauvea | Académie des Langues Kanak (ALK) », sur www.alk.nc (consulté le 16 décembre 2020)
  2. http://www.alk.gouv.nc/portal/page/portal/alk/langues/fagauvea
  3. a b c et d Françoise Ozanne-Rivierre, Le iaai: langue mélanésienne d'Ouvéa, Nouvelle-Calédonie : phonologie, morphologie, esquisse syntaxique, Peeters Publishers, (ISBN 978-2-85297-097-7, lire en ligne), p. 28-29
  4. « Corpus fagauvea », sur Collection Pangloss (consulté le 16 décembre 2020)
  5. « Fagauvea », sur corpusdelaparole.huma-num.fr (consulté le 23 octobre 2016)
  6. (fr + uve) Françoise Ozanne-Rivierre, Fereol Bali, « L'épouse du chef Drumai et la sorcière Nemejie », sur pangloss.cnrs.fr,

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • « Fagauvea », sur corpusdelaparole.huma-num.fr (consulté le 23 octobre 2016) (présentation de la langue et des principales publications à son sujet)
  • Alexandre Djoupa (Directrice de thèse : Claire Moyse-Faurie), Analyse syntaxique et sémantique du fagauvea (Ouvéa, Iles loyauté, Nouvelle-Calédonie) (Thèse de doctorat en Langues, littératures et sociétés du monde), Paris, INALCO,
  • Alexandre Djoupa, « Bien manger la langue ou l’art de « troper » le non-dit en fagauvea (Ouvéa, îles Loyauté, Nouvelle-Calédonie) », Journal de la Société des Océanistes, vol. 138-139,‎ (lire en ligne)
  • (uve + fr) K.J. Hollyman, Françoise Ozanne-Rivierre (collab.), Gervais Tulangi (collab.) et Madeleine Tulangi (collab.), De muna fagauvea : dictionnaire fagauvea-francais, Auckland, Linguistic Society of New Zealand, , p. 271

Articles connexesModifier

Lien externeModifier