Ouvrir le menu principal

Faïencerie Toul-Bellevue

ancienne faïencerie qui se tituait à TOul, France
Faïencerie de Toul-Bellevue
Bernard palissy dans son atelier 45078.jpg
Présentation
Destination initiale
Style
Architecte
Inconnus (XVIIIe siècle-XIXe siècle), Félicien César (1905)
Construction
Propriétaire
Particulier
Statut patrimonial
Inscrit à l'IGPC depuis 1999[1]
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de Lorraine
voir sur la carte de Lorraine
Red pog.svg

La faïencerie de Toul-Bellevue, fondée au milieu du XVIIIe siècle, à Toul, par le maître-faïencier Charles François, est l'une des grandes manufactures de Meurthe-et-Moselle, ayant contribué à la renommée des célèbres faïences de Lorraine. Fermée en 1939, il ne reste plus aujourd'hui de celle-ci que deux fours et le logis patronal, tous trois inscrits à l'IGPC, depuis 1999[1].

Sommaire

HistoireModifier

 
En 1899.

En 1732, un différend, relatif à la fiscalité, oppose les faïenciers de Champigneulles, au maire du comte de Fontenoy.
N'ayant obtenu satisfaction, les maîtres-artisans quittent le village. L'un d'eux, Claude François, s'installe à Domgermain, où il fonde, dans l'écart de Bois-le-Comte, sa propre faïencerie.
À la mort de ce dernier, en 1747, son fils Charles, lui succède à la tête de l'entreprise, jusqu'à ce qu'il fonde à son tour, en 1756, dans le faubourg Bellevue de Toul (actuelle avenue Clemenceau), une nouvelle fabrique[2].
En 1771, celle-ci est vendue à Charles Bayard, directeur de la faïencerie de Saint Clément et François Boyer, artiste faïencier, qui lui donne son premier essor, par l'obtention en 1773, du titre de manufacture royale, pour une durée de 15 ans.
En 1803, Martin Bayard, succède à son père, à la tête de l'entreprise, dont la prospérité est freinée par les troubles révolutionnaires, puis la vend en 1806, à Frédéric Botta, qui la vend à son tour, l'année suivante, à l'industriel Georges Sigisbert Aubry[3].
Les descendants de ce dernier, font reconstruire en partie la faïencerie en 1861 et 1887, les ateliers industriels en 1905, y emploient des décorateurs renommés, à l'instar d'Auguste Majorelle, et portent la production et la renommée de la faïencerie à son apogée.
Après la fermeture de la faïencerie en 1939, une vaine tentative de reprise d'activité est effectuée en 1945[4].
En 1986, atelier et logis ouvriers sont détruits. Seuls subsistent encore deux fours en briques et le logis patronal, inscrits à l'IGPC, en 1999[1].

PiècesModifier

Dès sa fondation, la faïencerie confectionne, avec le concours du sculpteur Paul-Louis Cyfflé, des statuettes blanches ou en émail polychrome[5], ainsi que de la vaisselle décorée au grand feu, puis représentant des paysages sur terre à pipe avec un émail plombifère, ou encore des services courants aux décors floraux[6].

Au XIXe siècle s'ajoutent à ces productions, celles de poêles en faïence[7], des horloges, des encriers, des écritoires etc[4]. Quelques-unes de ces pièces sont visibles au Musée d'art et d'histoire de Toul.

Chaque pièce est signée du B de Boyer, du A de Aubry, du T ou du blason de Toul, et est parfois datée ou signée par l'artiste-faïencier[8].

Directeurs de la faïencerie de Toul-BellevueModifier

 
Cigogne, taille réelle.
  • Charles François, de 1747 à 1771.
  • Charles Bayard, en association avec François Boyer de 1771 à 1777, puis seul jusqu'en 1803.
  • Martin Bayard, de 1803 à 1806.
  • Frédéric Botta, de 1806 à 1807.
  • Georges Sigisbert Aubry, de 1807 à 1839.
  • Sigisbert Aubry, de 1839 à 1858.
  • Jules Aubry, de 1858 à 1898.
  • Georges Aubry, de 1898 à 1923.
  • Roger et Xavier Aubry, de 1923 à 1939[2].

BibliographieModifier

UsuelModifier

  • Ris Paquot O-E, Dictionnaire encyclopédique des Marques et Monogrammes, tomes 1 et 2, H. Laurens, Paris, 1893

InventairesModifier

  • Catalogue des objets d'art anciens - Succession Goudchaux-Picard, no 772, Nancy, 1820
  • Alfassa P, Bloch A, Chompret (Dr) et Guerin J, Répertoire de la Faïencerie française, tomes V et VI, Paris, 1933.

JournauxModifier

  • Vieille industrie touloise (Une) - Le domaine de la faïence, dans l'Avenir Toulois, 3 et 10 février 1945
  • Masson P, La faïencerie de Bellevue, dans l'Est Républicain, 5 janvier 1969

RevuesModifier

  • Jacob A, Toul Bellevue, dans ABC décor, n° avril 1977, Paris, 1977, pp. 77-82
  • Save G, La terre de Lorraine. Lunéville et Bellevue-Toul, Lorraine Artiste n°6, 1900

OuvragesModifier

  • Fenal E, La céramique en Lorraine, dans Nancy, la région Lorraine, Nancy, v.1922, p. 191
  • Laffite L, Rapport général sur l'exposition internationale de l'est de la France - Nancy 1909, Nancy, 1912.
  • Morey P, Les statuettes dites en terre de Lorraine, Mémoire de la Société d'Archéologie de Lorraine, 1871, p. 1-46
  • Tainturier D, Recherches sur les anciennes manufactures de porcelaine et de faïence (Alsace-Lorraine), Strasbourg, 1978

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Base Mérimée du ministère de la Culture
  2. a et b Ancement L, Dépouillement de Registres Paroissiaux, dans Études Touloises, n°11, Cercle d'Études Locales du Toulois, Toul, 1978
  3. Goudard C, Recherches sur la faïencerie Toul-Bellevue : État actuel de la question, dans Études Touloises, n°11, Cercle d'Études Locales du Toulois, Toul, 1978
  4. a et b Marc Heilig, La faïence de Bellevue au Musée de Toul, archeographe, 2009
  5. Morey P, Les statuettes dites en terre de Lorraine, Mémoire de la Société d'Archéologie de Lorraine, 1871, pp. 1-46
  6. Jacob A, Toul Bellevue, dans ABC décor, n° avril 1977, Paris, 1977, pp. 77-82
  7. Laffite L, Rapport général sur l'exposition internationale de l'est de la France - Nancy 1909, Nancy, 1912
  8. Ris Paquot O-E, Dictionnaire encyclopédique des Marques et Monogrammes, tomes 1 et 2, H. Laurens, Paris, 1893

Voir aussiModifier