Ouvrir le menu principal

Février 1842

mois de 1842

Février 1842
Nombre de jours 28
Premier jour Mardi 1er février 1842
2e jour de la semaine 5
Dernier jour Lundi 28 février 1842
1er jour de la semaine 9

Calendrier
février 1842
Sem Lu Ma Me Je Ve Sa Di
5   1er 2 3 4 5 6
6 7 8 9 10 11 12 13
7 14 15 16 17 18 19 20
8 21 22 23 24 25 26 27 
9 28            
1842Années 1840XIXe siècle

Mois précédent et suivant
Février précédent et suivant

Chronologies par zone géographique
Chronologies thématiques

ÉvénementsModifier

  • 7 février, France : le projet de la loi sur les chemins de fer est présenté à la Chambre. La discussion s'ouvre le 26 avril, sur le rapport de Jules Dufaure et dure quinze jours. L'amendement de Adolphe Thiers, qui substitue une ligne unique (de la frontière belge à Marseille) au réseau de neuf lignes (six proposées par le projet, et trois ajoutées par la commission) est rejeté par 255 voix contre 152. L'ensemble est adopté par 255 voix contre 83. Contrairement à ce que dit Charles de Rémusat, Tanneguy Duchâtel joue un rôle important dans le débat. Les circonstances, au reste (expérience faite de l'impuissance des compagnies concessionnaires; charges financières trop lourdes de l'État entraînées par la crise de 1840) imposent une solution mixte entre les principes absolus de l'entreprise d'État et de l'entreprise privée. - Il est curieux que Rémusat qui avait pris tant de place dans les discussions de 1837 et de 1838, n'intervient pas dans la question en 1842.
  • 9 février : le gouvernement septembriste est renversé au Portugal à la faveur d’un mouvement insurrectionnel parti de Porto le 14 janvier.Costa Cabral devient président du conseil.
    • Retour à la Charte de 1826, sous la dictature des frères Cabral (fin en 1846) : libéralisme privilégiant les intérêts de la bourgeoisie marchande ou de la nouvelle aristocratie enrichie par l’achat des biens nationaux.
    • Les chartistes veulent maintenir le pays dans le marché international, en sauvant les restes de l’empire colonial.
  • 15 février, France : lors d’un débat sur la réforme électorale, Alphonse de Lamartine prononce un célèbre discours comparant la monarchie de Juillet à une borne : « On dirait, à les entendre, que le génie des hommes politiques ne consiste qu’en une seule chose, à se poser là sur une position que le hasard ou la révolution leur a faite, et à y rester immobiles, inertes, implacables […] si c’était là, en effet, tout le génie de l’homme d’État chargé de diriger un gouvernement, mais il n’y aurait pas besoin d’hommes d’État, une borne y suffirait. »

NaissancesModifier

DécèsModifier

Notes et référencesModifier


Sur les autres projets Wikimedia :