Ouvrir le menu principal

Eugène Hatin

historien, journaliste et bibliographe français
Eugène Hatin
Hatin, Eugene (1894).JPG
Portrait de Hatin dans le Catalogue illustré du Salon de 1894.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Louis-Eugène-Valentin HatinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction

Eugène Hatin, né le à Auxerre et mort le à Paris, est un journaliste, bibliographe et historien de la presse français.

BiographieModifier

Hatin fit d’excellentes études au collège de sa ville natale[1], et vint ensuite à Paris où il se trouva d’abord à s’employer que comme correcteur d’imprimerie, tout s’occupant à divers travaux anonymes de librairie[2].

Les premiers ouvrages qu’il publia, relatifs à des sujets d’histoire et de géographie, n’eurent qu’un assez médiocre succès et n’auraient certainement pas suffi à mettre son nom en relief. En 1846, il publia son premier travail sur le journalisme. Cet érudit a laissé une œuvre littéraire considérable[3]. Son travail de l’Histoire politique et littéraire de la presse en France (8 vol.) a été considéré comme n’ayant guère d’équivalent à l’étranger. Sa Bibliographie de la presse est un recueil précieux abondant en renseignements curieux[4].

Hatin a, en outre, collaboré au Dictionnaire des Dates, à l’Histoire des villes de France, au Complément de l’Encyclopédie du XIXe siècle, etc. Il a aussi été le précurseur de la presse à bon marché : bien avant Polydore Millaud, il a eu l’idée du premier journal politique à cinq centimes, intitulé la Seine, qui n’a eu qu’une existence éphémère[3]. En 1854, il a fondé le périodique l’Union littéraire devenu Bulletin des sociétés savantes[4].

Eugène Hatin fut fait chevalier de la Légion d’honneur le [5],[6]. Premier historien de Théophraste Renaudot, fondateur de la Gazette de France, il est mort quelques semaines avant l’inauguration, à Loudun, d’une statue de celui-ci, sur le piédestal duquel le comité d’organisation avait fait placer en médaillon le profil d’Eugène Hatin lui-même[3],[7].

Notes et référencesModifier

  1. Adolphe Bitard, Dictionnaire général de biographie contemporaine française et étrangère : contenant les noms, prénoms, pseudonymes de tous les personnages célèbres de temps présent l’histoire de leur vie, de leurs actes et de leurs œuvres la date de leur naissance et des principaux évènements de leur carrière, etc. augmenté d'un supplément, Paris, Léon Vanier, , 1198 p. (lire en ligne), p. 635.
  2. Camille Dreyfus et André Berthelot, La Grande encyclopédie, inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts : par une société de savants et de gens de lettres, t. 19, Paris, Henri Lamirault, , viii, 1199 p., in-8° (OCLC 61963170, lire en ligne), p. 109.
  3. a b et c « Nécrologie », Le Radical, vol. 13, no 261,‎ (lire en ligne, consulté le 26 juin 2019).
  4. a et b Polybiblion, Revue bibliographique universelle, Paris, Aux bureaux du Polybiblion, 1893.
  5. Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains : contenant toutes les personnes notables de la France et des pays étrangers, Paris, Hachette, , 4e éd. (lire en ligne).
  6. Archives nationales, « Cote LH/1270/55 : Notice L1270055 », sur Base Léonore (consulté le 26 juin 2019)
  7. L’Univers, en revanche, ajoute que « cependant on a oublié son nom lors de l’inauguration officielle de cette statue ; sans doute que les orateurs officiels, sans en excepter le ministre Dupuy, ignoraient les travaux de M. Hatin, ce qui ne témoigne pas d’une connaissance approfondie de leur sujet. » Voir « Nécrologie », L’Univers, no 9259,‎ (lire en ligne, consulté en 2019-06-31).

PublicationsModifier

  • Histoire pittoresque de l’Algérie, contenant une notice historique sur les commencements de cet état, et les diverses expéditions tentées contre Alger... Ouvrage orné de portraits et de vues avec une carte des régences d’Alger, de Tunis, de Tripoli et de Maroc, Paris, 1840, in-8°.
  • La Loire et ses bords : guide pittoresque du voyageur d’Orléans à Nantes et d’Orléans à Nevers par les bateaux à vapeur, Orléans, A. Gatineau, , iv-144 p., pl. ; in-18 (OCLC 457697434, lire en ligne).
  • Histoire pittoresque des voyages dans les cinq parties du monde, Paris, M. Ardant frères, 1843-47, 5 vol. in-8°.
  • Histoire du journal en France (1631-1846), Paris, Poulet-Malassis et de Broise, 1846, in-16, 2e édition, considérablement augmentée et continuée jusqu’en 1853, 1853, in-16.
  • Histoire politique et littéraire de la presse en France, Paris, Poulet-Malassis et De Broise, 1859-61, 8 vol. in-8° ou 8 vol. in-12 ;
  • Les Gazettes de Hollande et la presse clandestine aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, R. Pincebourde, 1865, in-8°.
  • La Presse périodique dans les deux mondes ; essai historique et statistique sur les origines du journal, Paris, Mesnil, 1866, in-8°.
  • Bibliographie historique et critique de la presse périodique française, Paris, Firmin Didot, 1866, in-8°.
  • Manuel théorique et pratique de la liberté de la presse : histoire, législation, doctrine et jurisprudence, Paris, Pagnerre, , 432 p., 2 vol. in-8° (OCLC 774842680).
  • Le Journal, 1881, in-32.
  • Théophraste Renaudot et ses innocentes inventions, Poitiers, Oudin, 1883, in-12.
  • À propos de Théophraste Renaudot. L’histoire, la fantaisie et la fatalité, Paris, Féchoz, 1884, in-8°.
  • La Maison du Grand-Coq et le Bureau d’adresses, berceau de notre premier journal, Paris, 1885, in-12.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :