Eudocie Comnène (fille d'Alexis Ier)

Eudocie Comnène (en grec : Εὐδοκία Κομνηνή, - vers 1129) est la troisième fille de l'empereur byzantin Alexis Ier Comnène.

Eudocie Comnène
Biographie
Naissance
Décès
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
Fratrie
Conjoint
Michel Iasitès (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Eudocie Comnène est née le . Elle est la troisième fille et le sixième enfant de l'empereur Alexis Ier et de l'impératrice Irène Doukas. Alors que ses parents gouvernent depuis 1081, elle reçoit le titre de princesse porphyrogénète[1],[2].

En 1109 ou peu après, elle se marie au fils du curopalate Constantin Iasitès, probablement dénommé Michel. Toutefois, cette union est rapidement annulée par l'impératrice Irène car Iasitès ne respecterait ni sa femme ni l'impératrice et se comporte envers elles de manière inappropriée étant donné leurs rangs. De ce fait, selon Jean Zonaras, Irène profite que sa fille tombe malade pour la confiner dans un couvent et expulser Iasitès du palais[2],[3]. De ce mariage, elle a quand même eu au moins deux enfants dont les noms ne nous sont pas parvenus[4].

Ces événements interviennent avant 1116 car, à cette date, Irène dédicace la première partie du typikon du monastère Kecharitomène et le place, ainsi que le monastère, sous le patronage d'Eudocie[5],[6]. Celle-ci est auprès de son père quand il est sur son lit de mort en . Elle meurt avant 1130-1131. L'historien Konstantinos Varzos situe sa mort autour de 1129[7].

NotesModifier

  1. Varzos 1984, p. 254-255.
  2. a et b Skoulatos 1980, p. 78.
  3. Varzos 1984, p. 255-257.
  4. Varzos 1984, p. 259.
  5. Skoulatos 1980, p. 78-79.
  6. Varzos 1984, p. 257-258.
  7. Varzos 1984, p. 258.

BibliographieModifier

  • Basile Skoulatos, Les Personnages byzantins de l'Alexiade : analyse prosopographique et synthèse, Louvain-la-Neuve, Nauwelaerts,
  • (grk) Konstantinos Varzos, Η Γενεαλογία των Κομνηνών [The Genealogy of the Komnenoi], Thessalonique, Centre for Byzantine Studies, University of Thessaloniki,‎ (lire en ligne)