Ouvrir le menu principal

Les Eublepharidae sont une famille de geckos. Elle a été créée par George Albert Boulenger en 1883.

RépartitionModifier

Les espèces de cette famille se rencontrent dans le nord de l'Amérique, dans le sud de l'Asie et en Afrique subsaharienne.

DescriptionModifier

Les espèces cette famille se distinguent des autres geckos par :

  • la présence de paupières mobiles (la grande majorité des geckos a une écaille transparente sur l'œil) ;
  • l'absence de lamelles adhésives (setae) sous les pattes, bien que des espèces terrestres d'autres sous-familles puissent également en être dépourvues.

Dans l'ensemble, ces geckos vivent dans des milieux assez comparables, à quelques variations d'hygrométrie et de température près. On les trouve dans des milieux plutôt secs et chauds, de type aride ou semi-aride, même si beaucoup recherchent ponctuellement plus d'humidité (pour se reposer ou pondre par exemple). Ils sont nocturnes et insectivores.

Liste des genresModifier

Position phylogénétiqueModifier

Selon Gamble, Bauer, Greenbaum, & Jackman, 2008[2] et Vidal & Hedges, 2009[3].

           o Gekkota
           │
           ├─o Pygopodoidea
           │ ├─o Carphodactylidae
           │ ├─o Diplodactylidae
           │ └─o Pygopodidae
           │
           ├─o Eublepharoidea
           │ └─o Eublepharidae
           │
           └─o Gekkonoidea
             ├─o Gekkonidae
             ├─o Sphaerodactylidae
             └─o Phyllodactylidae

Publication originaleModifier

  • Boulenger, 1883 : Remarks on the Nyctisaura. Annals and magazine of natural history, ser. 5, vol. 12, p. 308 (texte intégral).

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. Reptarium Reptile Database, consulté le 7 sept. 2012
  2. Gamble, Bauer, Greenbaum, & Jackman, 2008 : Out of the blue: a novel, trans-Atlantic clade of geckos (Gekkota, Squamata). Zoologica Scripta, vol. 37, p. 355–366.
  3. Vidal & Hedges, 2009 : Lizards, snakes and amphisbaenias (Squamata). C. R. Biologies, vol. 332, p. 129–139 (texte intégral).