Ouvrir le menu principal

Eoin Mac Néill

politicien irlandais
(Redirigé depuis Eoin MacNeill)
Eoin MacNeill
Eoin MacNeill.jpg
Fonctions
Teachta Dála
Clare
-
Teachta Dála
National University of Ireland
-
Ministre de l'Éducation et des Compétences
-
Fionán Lynch (en)
John Marcus O'Sullivan (en)
Ceann Comhairle
-
Teachta Dála
National University of Ireland
-
Membre du parlement d'Irlande du Nord (d)
Londonderry (en)
-
Ministre des Industries
-
-
-
Ministre des Finances
-
Teachta Dála
Londonderry City (en)
-
Membre du 31e Parlement du Royaume-Uni (d)
National University of Ireland (d)
-
Membre du 31e Parlement du Royaume-Uni (d)
Londonderry City (en)
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
DublinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Parti politique

Eoin Mac Néill (15 mai 1867 – 15 octobre 1945) fut un érudit irlandais, amoureux de la langue gaélique, activiste nationaliste, et militant du Sinn Féin. Il est aussi considéré comme à l'origine du regain d'intérêt pour l'étude de l'Irlande médiévale. Cette figure-clé de la culture gaëlique renaissante, fut ainsi un des fondateurs de la Ligue gaélique (1893), qui visait à sauvegarder culture et langue irlandaises.

BiographieModifier

Il contribua également, en 1913, à créer les Irish Volunteers dont il devint le principal dirigeant. Il avait encore ce rôle lors du déclenchement du soulèvement républicain dit des « Pâques sanglantes » à Dublin en 1916. Il n'eut pourtant aucune influence dans sa préparation, menée par des membres de l'IRB, infiltrés au sein des IV. L'apprenant, Mac Néill essaya de faire avorter le soulèvement, notamment en dialoguant avec Patrick Pearse - qui devait devenir le chef du gouvernement républicain auto-proclamé. L'influence de Mac Néill fut paradoxalement une des causes de l'échec. En effet, il demanda aux Volontaires de ne pas y prendre part, ce qui réduisit considérablement son efficacité, mais aussi le nombre de victimes. Malgré ce rôle modérateur, il fut cependant emprisonné, à cause de ses liens avec Casement, qui avait lui négocié avec le Kaiser, en pleine guerre. Libéré en 1917, il fut ensuite élu au Dáil, premier parlement « national » imposé à l'occupant anglais (1918), les députés républicains irlandais refusant de siéger à Londres.

RéférencesModifier