Ouvrir le menu principal
Enfants du Mékong

Cadre
Forme juridique Organisation non gouvernementale
But Protection de l'enfance
Zone d’influence Asie
Fondation
Fondation
Fondateur René Péchard
Origine Drapeau de la France France
Identité
Siège Asnières-sur-Seine, France
Personnages clés Yves Meaudre
Président Christine Lortholary-Nguyen
Site web https://www.enfantsdumekong.com

Enfants du Mékong est une Organisation non gouvernementale (ONG) fondée par René Péchard en 1958 au Laos et actuellement présidée par Christine Lortholary-Nguyen et dirigée par Guillaume d'Aboville. Son but premier est le parrainage individuel d'enfants démunis pour permettre leur scolarisation. Parallèlement à cette initiative, Enfants du Mékong met en place le financement de projets de développement durable liés à la protection de l'enfance et à la scolarisation. Son action se situe dans les pays du Sud-Est asiatique bordant le fleuve Mékong ainsi qu'aux Philippines.

Sommaire

HistoriqueModifier

En 1958, René Péchard, recueille deux orphelins et les scolarise dans un internat à Xieng Khouang. Des dons lui permettent de fonder l'Association des Amis du Pensionnat Saint-Joseph et de scolariser d'autres enfants.

En 1963, cette association devient l'Association pour la protection de l'enfance au Laos (APPEL). Deux foyers sont fondés à Vientiane. Ces foyers accueillent principalement des enfants orphelins eurasiens. Parfois des orphelins ou enfants de paysans pauvres sont accueillis en France par des amis de René Péchard pour y suivre des études.

Un principe fondateur se met en place : l'association finance la scolarité des enfants parrainés.

En 1975, les conflits au Cambodge, au Viêt Nam et au Laos conduisent à l'abandon des foyers de Vientiane. Le parrainage se déplace sur les camps de réfugiés en Thaïlande, souvent de façon clandestine. Des réfugiés sont accueillis en France et placés chez des parrains ou dans un foyer à Valence.

En 1977 l'association prend le nom d'Enfants du Mékong et en 1984 le foyer de Valence est transféré en région parisienne (Paris et Asnières-sur-Seine). Son but est alors de rassembler des familles dispersées par les guerres, de sortir des réfugiés des camps, de leur trouver des stages et des emplois.

Après la mort de René Péchard en 1988, Yves Meaudre avec les présidents qui succéderont au fondateur Jean-Claude Didelot (1988-2001), François Foucart (2001-2011) et le docteur Christine Lortholary-Nguyen (2011-...) met en place un développement de l'association sur d'autres pays : Le Vietnam, le Laos et le Cambodge seront suivis par la Thaïlande, les Philippines, la Birmanie et le Yunan dans la vallée de la Saluen.

Yves Meaudre, secrétaire général adjoint depuis 1986 à la demande de René Péchard devient administrateur délégué à la direction générale puis directeur général le 1er septembre 1988 (il est remplacé par Guillaume d'Aboville en juillet 2016). Après avoir clôt la longue parenthèse des camps de réfugiés il oriente l'association vers un projet plus éducatif dans les pays d'origine, proche des principes fondateurs de l'association. Il s'attelle à développer une vigoureuse politique de relations publiques pour répondre aux demandes croissantes des amis asiatiques. Sa volonté de créer des structures d'accueil pour les enfants très pauvres trop éloignés des centres urbains pour trouver un enseignement le conduira à fonder quelques quatre-vingt-dix centres et foyers d'éducation, appliquant la méthode élaborée par Antoine Filloux (dga) et Damien Verny en collaboration avec l'IPC (Institut de philosophie comparée) connue sous le nom des 15 pas .

En 1990 le Prix des Droits de l'Homme de La République Française est décerné à Enfants du Mékong. Cette année-là, le nombre des enfants parrainés étaient en Thaïlande, au Viêt Nam, au Cambodge, au Laos et aux Philippines de 11 656. Il est de 22.000 en 2017.

Le labbel IDEAS lui sera décerné pour la première fois en 2011 et reconduit en 2015[1].

Situation actuelle (bilan de la fin de l'année 2015)Modifier

  • 7 pays sont concernés : Viêt Nam, Laos, Cambodge, Thaïlande, Birmanie, Chine, Philippines.
  • 22 000 enfants sont parrainés et 60 000 autres bénéficient d'une aide (accueil en foyer, nourriture, soins, soutien juridique, etc.
  • 100 projets de développement durable sont financés.
  • 75 Volontaires de la Solidarité Internationale sont envoyés sur place pour une durée d'un, deux ou trois ans.
  • 37 salariés au siège
  • 95 salariés locaux en Asie
  • 1.000 bénévoles en France et en Asie.

Le budget 2017 s'élève à 11,3 millions d'euros (5,5 % vont aux dépenses de fonctionnement). Les ressources proviennent à 96 % de dons privés, particuliers, entreprises, fondations,clubs, de legs et d’événements.

Structure de l'associationModifier

Le siège de l'association se trouve à Asnières-sur-Seine, où sont regroupés la direction générale et les divers responsables de service (développement des ressources, recherche de nouveaux parrains, presse et relations publiques, recrutement et suivi des VSI, direction des chargées de parrainage (C.P), services généraux, etc.). La direction Asie est à Bangkok et des directions opérationnelles sont installées dans la plupart des pays concernés.

Le bureau composé de cinq membres (Président, vice-présidents, secrétaire général et trésorier) et le conseil d'administration de 17 membres. Celui-ci est présidé par Christine Nguyen Lortholary assistée de deux vice-présidents Yves Meaudre et Alain Deblock, d'un secrétaire général Stanislas de Guigné et d'un trésorier Tristan de Bodman.

En France, Enfants du Mékong a délégué l'accueil des étudiants à l'association Étudiants du Mékong (EMK) dont le directeur général-fondateur est Rodolphe du Gardin.

Le foyer d’Asnières d'EMK accueille dans le cadre de la francophonie une dizaine d'étudiants. Cette association est logée dans les locaux d'EDM à Asnières, elle a plusieurs autres foyers en province. Sa vocation est de maintenir la francophonie dans le monde étudiant d'Asie.

Les BambousModifier

Depuis 1991 les « bambous » seront les « yeux et les oreilles » d'EDM sur le terrain. Ils partent sous statut de volontaires de la solidarité internationale (VSI). L'association sollicite des jeunes de 22 à 35 ans et parfois plus (des retraités) qui s'engagent à donner un, deux ou trois ans de leur vie pour accomplir une mission dans un des pays où l'association est présente. Ils accomplissent des missions d'animation, de coordination de programmes de parrainage, d’animation et d'encadrement dans les foyers Enfants du Mékong en Asie et de projets de développement durable. Ils assurent le lien entre les parrains et les filleuls, le bon acheminement des fonds et le suivi des programmes de parrainage. Suivant en cela les principes de l'association, ils ne partent pas pour créer un projet, mais pour se mettre au service d'un projet qui s'accorde avec les objectifs d'Enfants du Mékong.

ActionsModifier

ParrainagesModifier

Un parrain ou une marraine s'engage à verser mensuellement une somme de 28 € qui permettra à un enfant d'être scolarisé. Les personnes parrainantes établissent aussi une correspondance avec les personnes parrainées.

Le parrainage collectif est un soutien financier à une structure ou un village améliorant les conditions de vie des enfants.

Les financements de projets de développement durableModifier

Enfants du Mékong finance également des projets de développement durable, plus ou moins en liens avec la scolarisation. Les demandes peuvent venir d'une collectivité, ou de représentants d'une communauté locale.

Considérations éthiquesModifier

L'action de l'association s'effectue toujours d'abord en direction de l'instruction des enfants. Le but d'Enfants du Mékong n'est pas d'arracher des élites à leur pays, mais de les aider à acquérir un niveau d'études et des compétences qui leur permettront de contribuer au développement de ce pays. Les fondateurs, la plupart des acteurs et les statuts de l'association se réclament de valeurs chrétiennes.

BibliographieModifier

  • Jean-Claude Darrigaud et Jean-Claude Didelot Les enfants du Mékong Fayard, 1989
  • Vincent Pieri, Enfants du Mékong, la force du don, Presses de la Renaissance, Paris, 2008.
  • L'enfance au cœur : témoignages de Bambous en Asie du Sud-Est, ouvrage collectif, CLD Éditions, Tours, 2004.
  • Thomas Goisque, Olivier de Fresnoy, Norbert Jung, Les Enfants du Mékong (photos), Nathan, 2007.
  • Yves Meaudre: les réfugiés Hoa, DMM 2012 (roman chez DMM)
  • Sabine Trannin, Les ONG occidentales au Cambodge, la réalité derrière le mythe, L'Harmattan, 2005.
  • Asie Reportages Magazine, revue bimestrielle, en particulier le no 155 de novembre – décembre 2008, qui traite principalement du cinquantenaire de l’association et renseigne sur ses objectifs et ses modes d’action.
  • Aude de Fontenilles, Le don privé, source d'enrichissement ?, mémoire de stage Master 1 de Gestion de l'humanitaire à Créteil, 2007-2008.

FilmographieModifier

  • Xavier de Lauzanne, Vivre comme un enfant, documentaire de communication 52 minutes, 2004, sur Enfants du Mekong
  • Xavier de Lauzanne, L'espérance parrainée, documentaire de communication 52 minutes, 2008, sur Enfants du Mekong
  • Grandir 2018

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

RéférencesModifier