Domenico Colombo

Domenico Colombo (en français Dominique Colomb, Domenego Corombo en génois), né en 1418 et mort en 1496 est le père des navigateurs Christophe et Bartolomeo Colomb. Il exerçait le métier de tisserand et appartenait à la classe moyenne de son époque.

On considère que la ville de Saint-Domingue, République dominicaine sur l'île d'Hispaniola, dont son fils Christophe s'installe pour la première fois au Nouveau Monde, a été nommé d'après lui. Bien que, d'autres soutiennent que Bartholomé, indécis du nom, a vu dans le calendrier que le a été consacré à Dominique de Guzmán[1].

BiographieModifier

Domenico est né en 1418. Il avait trois frères, nommés Franceschino, Giacomo et Bertino[2].

 
Statue du fils de Domenico, Christophe Colomb

Son père, Giovanni Colombo, lui avait enseigné le métier de tisserand à l'âge de 11 ans. Domenico, qui appartient à la troisième génération de maîtres artisans dans la ville de Gênes, est aussi un commerçant. Son statut social est sûr et respectable, correspondant à celui de la classe moyenne-inférieure, mais il ne respecte aucun code de travail. Bien que piètre fournisseur, il est en général apprécié dans sa communauté.

Dans la ville de Gênes, agitée mais propice aux entreprises, il est tour à tour fromager, tavernier et marchand de laine et de vin. Il épouse Susanna Fontanarossa[3] et leur premier enfant est Christophe[4], né en 1451 ; puis viennent Giovanni Pellegrino, Bartolomeo[5], Giacomo, et une fille Bianchinetta.

Quand il se retrouve en difficulté, il reçoit le soutien financier de Christophe, son aîné. Abandonnant leurs métiers de tisserands, ce dernier et son frère Bartolomeo deviennent marins. On peut imaginer que si Domenico avait connu la prospérité, Christophe serait sans doute resté tisserand toute sa vie.

Domenico a pour belle-fille Filipa Moniz Perestrelo[6] et ses petits-fils sont Diego et Fernand Colomb[7] Il avait aussi une petite-fille naturelle, Maria.

Notes et référencesModifier

  1. Partido Revolucionario Dominicano. "Leyenda e Historia Envuelven la Fundación de Santo Domingo.
  2. (es) De Oviedo y Valdés, Gonzalo Fernández
  3. Encyclopædia Britannica, 1993 ed., Vol. 16, pp. 605ff / Morison, Christopher Columbus, 1955 ed., pp. 14ff
  4. Phillips, William D., and Carla Rahn Phillips.
  5. Ra Gerusalemme deliverâ, Genoa, 1745, XV-32.
  6. Antonio Maria de Freitas, The Wife of Columbus: With Genealogical Tree of the Perestrello and Moniz Families, New York, Stettinger, Lambert & Co, (lire en ligne)
  7. Washington Irving, A history of the life and voyages of Christopher Columbus, Volume 3, G. & C. Carvill, (lire en ligne), p. 232