Dolmens de Kerroyal

ensemble de deux dolmens submergés à marée haute, à Plougoumelen, France

Dolmens de Keroyal
Image illustrative de l’article Dolmens de Kerroyal
La rivière du Bono ; en arrière-plan, le bourg de Plougoumelen.
Présentation
Type Dolmen
Période Néolithique
Caractéristiques
Géographie
Coordonnées 47° 39′ 54″ nord, 2° 55′ 36″ ouest
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Commune Plougoumelen
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
(Voir situation sur carte : Bretagne)
Dolmens de Keroyal
Géolocalisation sur la carte : Morbihan
(Voir situation sur carte : Morbihan)
Dolmens de Keroyal
Géolocalisation sur la carte : arrondissement de Lorient
(Voir situation sur carte : arrondissement de Lorient)
Dolmens de Keroyal
Géolocalisation sur la carte : golfe du Morbihan
(Voir situation sur carte : golfe du Morbihan)
Dolmens de Keroyal

Les dolmens de Keroyal (ou Kerroyal[1]) sont deux dolmens en ruines situés sur l'estran de la rivière du Bono, dans le Morbihan, en France.

DescriptionModifier

Les dolmens sont érigés à proximité du lieu-dit de Keroyal, sur le territoire de la commune de Plougoumelen. Ils se situent à une centaine de mètres de la côte, dans la vasière de l'estran de la rivière du Bono, qui s'élargit à cet endroit, juste après le moulin à marée de Pont-Sal : ils sont donc entièrement submergés à chaque marée haute, deux fois par jour, et sont très difficilement accessibles. Les deux dolmens sont distants l'un de l'autre de 80 m[2].

Le mieux conservé des deux monuments est un dolmen à cabinet latéral, long de 8 m. La chambre mesure 3,8 m de long pour 2,6 à 3 m de large ; la galerie d'accès mesure 4,2 m sur 0,9 m ; le cabinet latéral, 1,55 m sur 1,18 m. Il est constitué de 18 supports et d'une table recouverte de lichens, qui lui donnerait le nom de « roh-vilen » (« roche jaune »)[3].

Le deuxième monument, nettement plus ruiné, pourrait être une allée couverte[2]. Longue de 5,2 m et large de 1,2 m, il n'en subsiste que 8 supports et une table[3].

HistoriqueModifier

 
Illustration de la hausse du niveau de la mer au cours des 24 000 dernières années. Les dolmens de Keroyal ont été bâtis il y a 5 à 6 000 ans.

Les dolmens sont érigés au cours du Ve millénaire av. J.-C., alors que le niveau de la mer est environ 5 m plus bas qu'il ne l'est actuellement : les monuments sont alors bâtis sur la côte. Ils sont fouillés à une date ultérieure, peut-être à l'époque romaine[3]. Les tables sont alors soulevées et déposées contre les supports.

À l'époque contemporaine, le mieux conservé des deux dolmens de Keroyal semble être décrit pour la première fois en 1906 par Léon Lallement[4]. Il est visité par Geoffroy d'Ault-Dumesnil et Zacharie Le Rouzic en 1908[2],[3], lesquels découvrent également le deuxième dolmen[3]. En 1909, Geoffroy d'Ault-Dumesnil et Zacharie Le Rouzic retournent fouiller les dolmens : après avoir enlevé 40 cm de vase, ils trouvent un vase en terre brune, deux éclats de silex et des fragments de charbon de bois[3].

Notes et référencesModifier

  1. Les deux graphies se rencontrent sur les cartes éditées par l'Institut national de l'information géographique et forestière
  2. a b et c Giot et Morzadec 1992
  3. a b c d e et f Le Rouzic 1910
  4. Lallement 1906

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Pierre-Roland Giot et Hervé Morzadec, « Des dolmens à couloir au péril des mers actuelles », Revue archéologique de l'ouest, vol. 9,‎ , p. 62-65 (lire en ligne)
  • Léon Lallement, « Communications diverses », Bulletin de la Société polymathique du Morbihan, vol. procès-verbaux,‎ , p. 30 (lire en ligne)
  • Zacharie Le Rouzic, « Dolmens submergés de Kerroyal (dits Roh-Vilen), commune de Plougoumelen », Bulletin de la Société polymathique du Morbihan,‎ , p. 122-125 (lire en ligne)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier