Discussion:Polynésie française

Dernier commentaire : il y a 6 ans par Mamshaa dans le sujet Personnalités de Polynésie Française
Autres discussions [liste]

Bonjour, je suis un "nouveau" sur Wiki, et je recherche des gens qui seraient disponibles pour m'aider à développer la page "Polynésie Français" de Wikinews, y aurait il quelqu'un ?

Temanu Boissy.

GéologieModifier

Je me suis permis de reprendre de large pans de la partie géologie, en effet très fantaisiste. Il reste à mon avis encore beaucop à faire mais cela dépasserait mes compétences. Quelques précisions et indications toutefois :

  • le madrépore (le "corail") est très sensible aux conditions de température, de salinité et de turbidité de l'eau. Ce sont ces conditions - et non la pente des montagnes ou l'âge de l'archipel - qui expliquent à mon avis l'absence de récif autour des Marquises. Je n'en suis toutefois pas certiains, aussi me suis-je abstenu de modifier le paragraphe
  • Tahiti n'est pas entourée d'une barrière de corail : en de nombreux endroits, rien ne s'interpose entre l'océan et la côte (en particulier sur le versant est).
  • le courant dans les passes peut-être fort

--Bugul Noz

oui, voir l'ensemble de mes remarques plus bas. Il est à noter que la partie Est de Tahiti (y compris vers le sud de la presqu'île) qui paraît ne pas avoir de récif en a en réalité un mais il est immergé sous quelques mètres d'eau (sa présence se fait sentir en cas de forte houle par des brisants)--Motunono 24 août 2007 à 01:41 (CEST)Répondre[répondre]

Nombre d'ilesModifier

"Mangareva (qui est le siège de la commune de Rikitea, le chef-lieu des Tuamotu-Gambier)" je ne crois pas, je pense plutôt que l'île de Mangareva, qui a pour chef lieu Rikitea, est le siège de la commune des GAMBIER (sans s) ! Par ailleurs, il faudrait reprendre quelques parties de l'article, assez fantaisiste surtout du point de vue géologique. Ainsi le relief des Marquises (dont l'âge se compte en millions d'années) s'explique par l'ancienneté de leur érosion et de leur subsidence par rapport à la jeunesse de Tahiti (dont l'âge ne s'exprime qu'en centaines de milliers d'années) alors que l'article semble supposer le contraire.--Motunono 28 mars 2006 à 05:13 (CEST)Répondre[répondre]

J'ai hésité à rajouter le nombre total d'îles en Polynésie, seulement je ne suis pas complètement sur du chiffre de 118 îles, et une recherche sur le net ne m'a pas beaucoup plus aidé. Je pense que ce serait une information intéréssente à rajouter si quelqu'un est plus sur que moi.

Pierre

On peut arriver à un nombre définif d'îles qu'à condition de fixer une règle : de nombreuses îles hautes sont elles mêmes entourées d'îlôts de toutes tailles, faut-il les compter ou non et jusqu'où ? Pour les atolls qui sont composés d'îlots, on ne les compte qu'une fois, mais les anglo-saxons ont tendances à compter les "motu" comme des îles... Enfin dans le cas des Gambiers, on a à l'intérieur d'un immense récif frangeant des îlots volcaniques ET des motus (coralliens)...--Motunono (d) 19 février 2008 à 04:35 (CET)Répondre[répondre]

CatégoriesModifier

Vu leur contenu, j'ai l'impression que Catégorie:Personnalité politique polynésienne et Catégorie:Personnalité polynésienne devraient s'appeler "personnalité politique de la Polynésie française" et "personnalité de la Polynésie française". Apokrif 1 janvier 2007 à 18:59 (CET)Répondre[répondre]

ReligionsModifier

Bonjour, Je tiens à préciser que les églises pentecôtistes sont des églises chrétiennes à part entière, cependant, les témoins de jéovah est une secte. Si bien que je me permets d'apporter une modification dans ce sens. Antoine

GéographieModifier

Je ferai ici un certain nombre de remarques sur la géographie :

je ne crois pas qu'on puisse affirmer que les points chauds se trouvent "à l’intersection de failles sismiques". Justement, les points chauds se trouvent dans des endroits aberrants par rapport à la tectonique d'ensemble.

Nuku Hiva est la DEUXIEME plus grande île à ma connaissance, et Hiva 'oa la troisième, si on considère leur superficies.

Huahine, aussi appelée « l’île aux femmes » ; mais où allez vous chercher tout ça ?

Mont Toheia : orthographe à vérifier, je ne connais pas ce mont ?

"les cratères que l’on peut encore deviner ne sont que des vestiges de l’activité volcanique et ne sont pas des volcans éteints"

ce ne sont pas des cratères mais des caldeiras (issues d'un effondrement) ! il reste toutefois un cratère, celui de Me'etia

"et ces atolls souvent très désolés sont habités de crustacés" un peu sommaire !

"Leur lagon est alimenté en eau océanique par quelques passes" en fait l'alimentation se fait plutôt par les hoa et la sortie de l'eau par les passes...

"autour de larges vallées et plaines alluvionnaires fertiles " non, ces plaines littorales sont au contraire relativement étroites ainsi que les vallées...

Ce fait unique donne des plages très accessibles à toute heure, mais des ports difficiles d’accès (à condition de franchir les passes océaniques peu profondes et dangereuses à cause de la houle)" je ne vois pas pourquoi l'absence de marnage compliquerait l'entrée dans les passes et le mouillage dans les ports,au contraire; les passes sont souvent très profondes et quand elle sont dangereuses, ce n'est pas en général à cause de la houle (sauf cyclone) mais du courant !

"Le très court et très abrupt plateau donne à la houle océanique une puissance" un plateau est plat, il ne peut donc être abrupt !

"Aux Marquises par contre, dont la formation géologique est plus récente, les volcans sont faiblement érodés" une erreur qui a été répandue par le livre d'Ottino, qui est archéologue, par géologue ! Les Marquises ont entre 3 et 9 millions d'années, Tahiti 300 000 ans ! le relief escarpé aux Marquises est au contraire dû à l'érosion.

"Les Marquises ne possèdent pas de barrière de corail." Pas de récif barrière en général mais tout de même un atoll (immergé pour la plus grande partie) et des formations corralliennes étendues autour de certains îlots. Les grandes îles ont quelques récifs frangeant assez discrets (Taiohae dans la partie ouest de la baie en a un mais le plus étendu est à Anaho, de l'autre côté de Nuku Hiva)

"Le paysage des Marquises offre, vu de la mer, une allure de cathédrales surgies de l’eau, d’où s’écoulent des cascades alimentant de très courtes rivières saumâtres traversant les plages, la côte étant semée de petites criques cernées par une forêt d’arbres tropicaux. La richesse de ces îles a été prisée depuis l’antiquité, et les Marquises recèlent de sites archéologiques témoignant de la colonisation et des cultures polynésiennes les plus anciennes." sans commentaire

--Motunono 24 août 2007 à 01:38 (CEST)Répondre[répondre]

un gogo a mis ça en haut de la page je l'ai déplacé....et répondu par emailModifier

Bonjour ! J'aimerais avoir des informations sur la politique d'immigration de la Polynésie Française.

Il ne faut pas mettre votre annonce comme ça n'importe où mais à la suite des autres commentaires, je l'ai déplacée...

la PF a pour politique d'immigration :

Une loi qui date de 46 si ma mémoire est bonne, et qui demande à tout européen, y compris français, d'avoir un billet de retour à l'arrivée ou de déposer une caution. Cette législation est appliquée par la police locale de l'air et des frontières, qui dépend du haut-commissariat...et a pour but d'empêcher une accumulation de "touristes bananes" c'est à dire de clochards qu'il faudrait ensuite rapatrier en Europe au frais de l'État… Elle est fortement encouragée par les hommes politiques locaux, qui se divisent en autonomistes et indépendantistes mais qui tous aimeraient que les français et les locaux soient bien distingués par la loi… À une époque on faisait remplir des documents dans les avions dans lequel on devait choisir, quand on était français, entre « résident » et « non résident ». À la suite d'une plainte d'un député français qui l'avait eue mauvaise de remplir ça, ce document a été retiré ...et remplacé par un autre similaire (mais anonyme) assorti de menaces pour celui ou celle qui refuserait de le remplir. Le plus simple est donc de mettre n'importe quoi !

Bien à vous

Îles RaevkiModifier

Bonjour,

Quelqu'un aurait-il une certitude sur le périmètre de l'archipel que recouvre le terme d'îles Raevski ? Il me semble pour ma part que sous ce nom ne sont regroupés que trois îlots inhabités, alors que les sources anglophones y mettent quasiment toutes les Tuamotu…

Merci

Sardon (d) 19 juillet 2008 à 14:03 (CEST)Répondre[répondre]

Motion de censure, le 25/11/2009Modifier

Oscar Temaru n'est plus à la tête de la Polynésie depuis le 25/11/2009 (source: lemonde.fr ) D'autres postes ont du probablement changer aussi. Je vous laisse faire les modifs.

HistoireModifier

Je propose de créer une page Histoire de la Polynésie française et de remplacer la rubrique actuelle par un résumé qui pourrait ressembler à ceci :

(Début) Le peuplement des cinq archipels par les Polynésiens

Il y a 5 000 ans (3 000 av. J.-C.), des habitants du littoral de la Chine du Sud, cultivateurs de millet et de riz, commencent à traverser le détroit pour s'installer à Taïwan. Vers 2 000 avant J.-C., des migrations ont lieu de Taïwan vers les Philippines. De nouvelles migrations commencent bientôt des Philippines vers Célèbes et Timor et de là, les autres îles de l'archipel indonésien. Vers 1 500 av. J.-C., un autre mouvement mène des Philippines en Nouvelle-Guinée et au-delà, les îles du Pacifique. Les Austronésiens sont sans doute les premiers navigateurs de l'histoire de l'humanité.

Histoire moderne et contemporaine

A partir de 1521, date de la découverte de Puka Puka par Magellan, les Européens explorent progressivement la Polynésie orientale aux XVII° et XVIII° siècles. Tahiti n’est découverte qu’en 1767 par le Britannique John Byron, suivi en 1768 par Bougainville et par Cook en 1769. La fin du XVIII° siècle est marquée par la promotion d’un chef de Tahiti, qui, allié aux Anglais, fonde la lignée des Pomare, et par l’implantation à Moorea de missionnaires britanniques.

Au début du XIX° siècle, les Iles de la Société sont converties au christianisme (protestant) sous l’égide de la dynastie Pomare, tandis que des missions catholiques françaises s’implantent aux Gambier et aux Marquises dans les années 1830.

Les années 1840 sont marquées par le début de l’implantation coloniale française, d’abord aux Marquises puis à Tahiti, où la reine Pomare IV doit accepter le protectorat français (1842). En 1880, Pomare V accepte de céder son royaume à la France ; il devient l’élément principal d’une colonie, les Etablissements français d’Océanie. Les îles encore indépendantes sont intégrées aux EFO de 1887 à 1901.

Des habitants des EFO participent aux combats de la Première Guerre mondiale avec le bataillon du Pacifique ; parmi eux le futur leader du mouvement anticolonialiste, Pouvanaa Oopa. Mais il faut attendre la fin de la Seconde Guerre mondiale pour qu’une évolution sensible ait lieu.

En 1940, les EFO rallient la France libre et un nouveau Bataillon du Pacifique est formé. En 1946, la Constitution de la IV° République établit l’Union française : les EFO passent du statut de colonie à celui de Territoire d’Outre-Mer et le droit de vote est accordé aux habitants. Le mouvement anticolonialiste se structure dans les années 1945-1949 : en 1949, Pouvanaa Oopa est élu député et fonde le RDPT, parti autonomiste, qui domine la vie politique dans les années 1950, malgré la formation de l’Union tahitienne de Rudy Bambridge, parti attaché au maintien de la souveraineté française.

En 1957, les EFO deviennent la Polynésie française et bénéficient d’un statut plus autonome grâce à la loi-cadre dite loi Deferre. Mais l’installation de la V° République en mai 1958 entraîne une forme de mise au pas, avec notamment l’arrestation de Pouvanaa Oopa, condamné à 8 ans de prison.

A partir de 1962, la Polynésie française entre dans une ère nouvelle : celle de l’installation du Centre d’expérimentations du Pacifique qui amène plusieurs milliers de militaires et de techniciens dans le Territoire, à Moruroa, Fangataufa, Hao, mais aussi à Papeete qui connaît de surcroît un afflux de populations polynésiennes.

Dans les années 1960 et 1970, deux questions d’ailleurs liées sont essentielles : celle du statut du territoire et celle des effets des essais nucléaires qui commencent en 1966. L’Union tahitienne (Rudy Bambridge, puis Gaston Flosse), ralliée au parti gaulliste (UNR, UDR puis RPR) défend les positions gouvernementales tandis que le RDPT est plus contestataire : il est d’ailleurs dissout en 1963, ce qui amène la création du Pupu Here Aia en 1965 (John Teariki). Une nouvelle personnalité politique apparaît en 1965 : Francis Sanford, avec le parti Te Ea Api, qui adopte une orientation autonomiste. Pouvanaa Oopa est libéré de son exil en métropole en 1968 et devient sénateur en 1971 pour le Pupu Here Aia.

Au cours des années 1970, apparaissent des formations plus nettement indépendantistes, notamment le parti créé par Oscar Temaru (FLP/Tavini Huiraatira). Un premier changement de statut a lieu en 1977 (autonomie de gestion), complété en 1984 (autonomie interne). En ce qui concerne les essais nucléaires, ils sont suspendus en 1992, mais une reprise a lieu en 1995-96, puis le démantèlement du CEP est décidé.

La Polynésie française quitte le domaine de l’Histoire : on a désormais affaire à des conflits d’ordre politique, dans lesquels s’opposent la coalition dirigée par Oscar Temaru et celle de Gaston Flosse. (Fin)

Le dernier paragraphe est peut-être approximatif ?

Cordialement.

--PUNKAHARJU44 (d) 16 mars 2010 à 17:52 (CET)Répondre[répondre]

Mise à jour début 2012Modifier

La rubrique économie a été complétée.

Extension du chapitre sur l'indépendance

J'ai tenté de rééquilibrer La rubrique sur les institutions ajout du role des 48 communes, et du CESC

Gastronomie : corrections diverses de forme et quelques compléments

Modification de la position du patrimoine naturel, mais ce chapitre reste très succinct et orienté sur la protection : A COMPLETER et A VERIFIER, avis aux connaisseurs en plantes, poissons et autres

--Mac Uloth (d) 2 janvier 2012 à 04:15 (CET) Mac UlothRépondre[répondre]

DrapeauModifier

Bonjour,

Ne faudrait-il pas mettre le drapeau de la France à côté du drapeau de la Polynésie française (et donc supprimer les armoiries, ceci n'étant pas gênant puisque les armoiries se retrouvent sur le drapeau spécifique de la Polynésie française) ? A titre de comparaison, sur les articles des autres COM (Collectivité d'outre-mer) de la République française dans l'Océan Pacifique (la Nouvelle-Calédonie et Wallis-et-Futuna), le drapeau de la République française est présent à côté des armoiries de ces deux COM. La Polynésie française ayant quant-à elle un drapeau spécifique comportant les armoiries, je pense qu'il serait pertinent de le laisser aux côté du drapeau de la République française.

Bon, s'il n'y a pas de remarques lors de la semaine qui vient, je procèderais à la modification. ;)
Je ne pense pas que tu devrais faire cette modification, elle serait je pense reverté au bout d'un moment. En effet, la convention sous wikipedia est de mettre le drapeau officiellement choisi par la collectivité locale représentée - voir les articles de la plupart des régions métropolitaines ou ultramarines, par exemple la Région Bretagne. L'Assemblée de la Polynésie française a officiellement adopté ce drapeau pour représenter la collectivité (à l'époque TOM) de Polynésie française le , décision appliquée par un arrêté du . Un consensus, après plusieurs discussions, a finalement été choisi pour la Nouvelle-Calédonie qui, techniquement, présente un cas plus complexe (voir l'article Drapeaux de la Nouvelle-Calédonie). Le Congrès de la Nouvelle-Calédonie a adopté le un vœu non contraignant juridiquement pour que deux drapeaux flottent sur les bâtiments publics. Aucun de ces deux drapeaux (le tricolore national et l'indépendantiste dit « Kanaky ») n'est reconnu officiellement comme le drapeau représentant la collectivité néo-calédonienne : un tel drapeau fait partie des signes identitaires de la Nouvelle-Calédonie prévus par l'accord de Nouméa, qui doivent être adoptés selon une procédure clairement établie par ce même accord et la loi organique relative à la Nouvelle-Calédonie de 1999 (soit le vote d'une loi de pays pas une majorité des 3/5 des membres du Congrès). Trois signes ont pour l'instant été clairement et officiellement adoptés (hymne, devise et graphie des billets de banque), il en reste deux (drapeau et nom de l'archipel). En attendant qu'un tel drapeau-signe identitaire soit adopté, il a été décidé de ne laisser sur l'article Nouvelle-Calédonie du wikipedia francophone que le drapeau national, le seul à avoir une existence légale. À Wallis-et-Futuna, il y a bien un drapeau (rouge à croix de saint André que l'on retrouve sur le blason), mais celui-ci n'est pas officiel. En espérant t'avoir convaincu de laisser la page de l'article de la Polynésie avec l'actuel drapeau, qui pour sa part a bien une existence légale et officielle. Cordialement--Tharkun (d) 17 mai 2013 à 15:32 (CEST)Répondre[répondre]
Convaincu par ton explication Tharkun, je n'en ferai donc rien.

Personnalités de Polynésie FrançaiseModifier

Bonjour ,

L'article détaillé Personnalités de Polynésie française étant essentiellement centré sur les personnalités politiques (ou influentes politiquement) en P.F. , je trouvais opportun de nommer quelques personnalités contemporaines (liste non exhaustive bien sûr). étant une contributrice novice , je vous remercie de tout complément ou modification mieux adapté !

bien à vous / Mamshaa (discuter) 29 mars 2016 à 03:52 (CEST)Répondre[répondre]

Revenir à la page « Polynésie française ».