Discussion:Madhva

Discussions actives
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives

Déplacement de contenuModifier

J'ai déplacé le contenu ajouté par une IP pour le placer dans cette section, car celui-ci est très secondaire par rapport au sujet de l'article. De plus, le titre de la section est sujet à caution et peut relever d'un certain activisme. D'autre part, on notera que :

  • Aucune référence secondaire universitaire ne vient étayer le contenu.
  • Pour créditer quelque peu la section, il est fait usage d'une citation émanant d'une source primaire.
  • Le troisième paragraphe est curieux et semble relever du commentaire personnel. Autrement dit, nous sommes certainement là en présence d'un TI.

GLec (d) 14 septembre 2011 à 07:16 (CEST)

<Contenu déporté>

== Lutte contre les sacrifices d'animaux et propagation du végétarisme ==

Le philosophe Madhva, de même que les maîtres hindous Ramanuja ou Adi Shankara, propagea et consolida la pratique du végétarisme en Inde ; une citation, du chapitre expliquant la philosophie Chârvâka, et venant du Sarva-Darsana-Sangraha de Madhavacharya, établit :

« Les trois auteurs du Véda étaient des bouffons, des valets et des démons. Toutes les formules bien connues des pandits, jarphari, turphari, etc. et tous les rites obscènes pour la reine commandés dans l'Aswamedha, ceux-ci ont été inventés par des bouffons et ainsi que toutes les sortes diverses de cadeaux aux prêtres, tandis que des démons rôdant la nuit ont de la même façon commandé les repas de chair.[1] »

Les rites obscènes dont il est question sont la fausse bestialité (reine couchant avec un cheval) et la nécrophilie impliquées dans certains rituels de l' Yajurveda, le plus souvent interprétés métaphoriquement (quoique les lois de Manu indiquent que des grands sages ont eu pour mère une mère animale non humaine, nés du ventre d'une créature animale (mammifère, oiseau) et d'un humain brâhmane, afin de prouver que la semence virile est plus importante, dans la formation du caractère, que l'utérus féminin ou femelle).

  1. Madhavacarya, Sarvadarsana-sangraha, English translation by E. B. Cowell and A. E. Gough, 1904 quoted in Debiprasad Chattopadhyaya (ed.), Carvaka/Lokayata: An Anthology of Source Materials and Some Recent Studies (New Delhi: Indian Council of Philosophical Research, 1990)
Revenir à la page « Madhva ».