Discussion:Doctrine juridique française

Discussions actives
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives

Raisons de la demande de vérificationModifier

  • La page devrait pouvoir recenser les sources de doctrine : revues juridiques, recueils de doctrine...
  • La place de la doctrine dans les sources du droit (et en l'occurence, à leur extérieur) devrait aussi être une piste de débat intéressante.

Recenser les sources de doctrine serait une entreprise indéfinie. En effet, qu'est-ce qui relève de la doctrine en droit interne? La question est loin d'être terminée. Il vaudrait peut-être mieux préciser que cette définition s'applique au droit français (le mot doctrine n'a pas le même sens partout). Surtout, il pourrait être préciser que, concernant la théorie des sources du (ou de, là encore il y a débat) droit, plusieurs conceptions de la science du droit existent (en France toujours mais cela pourrait être élargi à des pays étrangers)et que de chacune résulte une conception du rôle de la doctrine, de son contenu, de son autorité et de la part de sa contribution au droit positif interne. Des précisions bibliographiques peuvent être également citées afin d'inviter le lecteur à aller plus loin. Erasoft24 26 avril 2006 à 00:20 (CEST)

Discussions et commentairesModifier

Cher Pierre-Camille, je crois que, depuis ton argumentation, ancienne déjà, il s'est passé beaucoup de choses (bibliographie de choix) et il est certain que j'ai volontairement opposé deux écoles, celle qui a recueilli la pensée de F. Terré, membre de l'Académie des sciences morales et politiques, de Paris II Panthéon-Assas, et de J. Ghestin, de l'Université Panthéon-Sorbonne (Paris I). Tout contributeur est libre d'ajouter les pensées des auteurs les mieux placés de Paris et de province, de la jeune génération. S'agissant d'une PàV, sache que le code de la propriété intellectuelle autorise "de courtes citations" sans violer l'esprit du texte de l'auteur en cause, autrement la doctrine n'aurait aucun espace de liberté et serait contrainte à une rhétorique produite ab nihilo, les yeux tournés vers le fututur. Cette démarche n'est pas concevable, les éditeurs exigeant de nombreuses références dans les articles de doctrine. Guillaume.weiszberg 16 septembre 2006 à 21:31 (CEST)


Il me semble qu'un erreur de biblio s'est glissée au renvoi "8" en effet "l'eloge de l'exegese" a pour auteur M.le Professeur Philippe REMY et non sa fille Pauline ( l'initiale "P" ayant du générer l'erreur. cordialement

Revenir à la page « Doctrine juridique française ».