Diocèse de Nanyang

Situation du diocèse au sud-ouest de la province
Situation de la province du Henan

Le diocèse de Nanyang (Dioecesis Naniamensis) est un siège de l'Église catholique en République populaire de Chine, suffragant de l'archidiocèse de Kaifeng. Le siège est vacant.

TerritoireModifier

Le diocèse comprend la ville-préfecture de Nanyang, dans la partie occidentale de la province du Henan (anciennement Ho-Nan).

Le siège épiscopal est la ville de Nanyang, où se trouve la cathédrale Saint-Joseph.

HistoireModifier

Le vicariat apostolique du Honan est érigé en 1844, recevant son territoire du diocèse de Nankin (aujourd'hui archidiocèse).

En 1869, il cède des portions de son territoire à l'avantage du vicariat apostolique du Honan septentrional (aujourd'hui diocèse de Jixian).

Le , il cède encore des portions de territoire à l'avantage de la nouvelle préfecture apostolique du Honan occidental (aujourd'hui diocèse de Zhengzhou) et prend le nom de vicariat apostolique du Honan méridional.

Le , il cède encore des portions de territoire à l'avantage du vicariat apostolique du Honan oriental (aujourd'hui archidiocèse de Kaifeng).

Le , il assume le nom de vicariat apostolique de Nanyang(fu).

Le , il cède des portions de territoire à l'avantage de l'érection de la nouvelle préfecture apostolique de Zhumadian (aujourd'hui diocèse).

Enfin, le , il est élevé au rang de diocèse par la bulle Quotidie Nos de Pie XII[1].

Après que le culte chrétien a recommencé à être toléré dans le courant des années 1980, la situation des chrétiens dans la province du Henan n'est toujours pas claire. En 2000, il y avait un évêque « officiel » reconnu par les autorités communistes, tandis que sur les huit diocèses de la province, seuls quatre (dont celui de Nanyang) ont des évêques « clandestins » (c'est-à-dire non reconnus par les autorités communistes, mais valides selon Rome)[2] et que plusieurs ecclésiastiques sont emprisonnés.

Un évêque non-officiel est consacré en 1995 en la personne de Joseph Zhu Baoyu, mais il démissionne plus tard pour limite d'âge et sa démission est acceptée par Rome. Cependant le , alors qu'il est âgé de quatre-vingt-dix ans, les autorités communistes chinoises le nomment de nouveau évêque officiel du diocèse, en contradiction avec Rome[3]

La congrégation féminine diocésaine de Saint-Joseph, fondée en 1920 par un missionnaire italien de l'Institut pontifical pour les missions étrangères afin de seconder les missionnaires, opère dans la région et compte au début du XXIe siècle 116 religieuses[4].

OrdinairesModifier

  • Jean-Henri Baldus, C.M. † ( - [5] nommé vicaire apostolique du Kiang-Si)
    • Sede vacante (1864-1873)
  • Simeone Volonteri, P.I.M.E. † ( - )
  • Angelo Cattaneo, P.I.M.E. † ( - )
  • Noè Giuseppe Tacconi, P.I.M.E. † ( - nommé vicaire apostolique du Honan oriental)
  • Flaminio Belotti, P.I.M.E. † ( - )
  • Pietro Massa, P.I.M.E. † ( - )
    • Sede vacante
    • Joseph Jin De-chen, consacré en 1981
    • Joseph Zhu Bao-yu, depuis le

StatistiquesModifier

Le diocèse à la fin de l'année 1950 comprenait 22 807 baptisés pour 4.025.000 habitants (0,6%).

Notes et référencesModifier

  1. Le 11 avril 1946, Pie XII annonçait l'établissement de la hiérarchie de l'Église catholique de Chine, avec l'érection de vingt provinces ecclésiastiques, comprenant 79 diocèses et 38 vicariats apostoliques. Deux mois plus tôt, le 18 février 1946, Mgr Thomas Tien Keng-hsin avait été élevé au cardinalat, devenant le premier cardinal chinois - et même asiatique.
  2. Cf eglasie.mepasie.org: [1], [2], [3].
  3. MepAsie, article d'agence du 1er juillet 2011.
  4. Informations sur le site de l'agence Fides.
  5. (la) Eubel, Hierarchia Catholica Medii Aevi, vol. 7, p. 403.