Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Estampe
Un dibbouk par Ephraim Moshe Lilien (1874–1925) dans le Livre de Job.

Un dibbouk ou dybbouk (plusieurs graphies existent à partir de l'hébreu דיבוק signifiant « attachement ») est, dans la mythologie juive et kaballistique de l'Europe de l'Est, un esprit ou un démon qui habite le corps d'un individu auquel il reste attaché. Un dibbouk peut être exorcisé.

Selon Leo Rosten dans Les Joies du yiddish, un dibbouk peut être :

  1. un esprit malin, habituellement l'âme d'une personne décédée qui pénètre dans une personne vivante avec qui le mort a eu un différend ;
  2. un démon qui prend possession de quelqu'un et le rend fou, irrationnel, vicieux, corrompu.

Les Dibboukim sont censés s'échapper de la Géhenne ou s'en détourner à cause de transgressions trop importantes pour que l'âme se voie permise une rédemption en ce lieu.

Le dibbouk peut être emprisonné dans un armoire, ou un placard, mais si le meuble est ouvert, le propriétaire aura des ennuis de santé, ou de la malchance, jusqu'à ce qu'il cède l'objet à une autre personne, pour retrouver une vie normale.

Voir aussiModifier

Le dibbouk est évoqué dans de nombreux récits littéraires ou cinématographiques :

SourcesModifier

Notes et référencesModifier