Deodat del Monte

peintre flamand

Deodat del Monte, Deodat van der Mont or Deodatus Delmont[Note 1], baptisé le à Saint-Trond et mort le à Anvers, est un artiste peintre flamand baroque, architecte, ingénieur, astronome et un marchand d'art, qui faisait partie des proches de Peter Paul Rubens.

Deodaat Delmonte
Image dans Infobox.
Naissance
Décès
Activités

BiographieModifier

Deodat van der Mont est né le, ou peu avant, le 24 septembre 1582 (date de son baptême) à Saint-Trond. Ses parents sont Ghuilliam van der Mont, un orfèvre, et Margriet Pruynen. Sa famille était influente localement mais elle ne faisait pas partie de l'aristocratie, comme l'ont supposé certaines sources. Son père a déménagé à Anvers en 1590 après avoir été obligé de quitter le diocèse de Liège en raison d'accusations de falsification d'argent[1].

 
Adoration des mages

La vie de Del Monte est étroitement liée à Rubens. Selon les témoins contemporains, del Monte et Rubens étaient les meilleurs amis dès leur plus jeune âge[2]. Del Monte aurait été son premier élève, du moins dans le domaine de la peinture. On croit qu'il est devenu un élève de Rubens entre 1598 (l'année où Rubens est devenu maître) et 1600. Il a peut-être étudié sous un autre maître avant de devenir l'élève de Rubens[1].

Del Monte a voyagé avec Rubens en Italie en 1600, selon certaines sources au service de Rubens tandis que d'autres déclarent qu'ils ont voyagé en tant que meilleurs amis[2],[3]. Les deux étaient ensemble en Italie la plupart du temps pour une période de 8 ans. Ceci est attesté par le témoignage de del Monte en 1608 d'un contrat entre Rubens et les oratoriens pour l'exécution d'un retable pour l'église San Filippo Neri à Fermo, en Italie[3].

Immédiatement après son retour à Anvers avec Rubens en 1608, del Monte a été enregistré comme « Wijnmeester » («maître du vin») de la Guilde de Saint-Luc locale[4]. Comme il s'agit d'un titre réservé aux fils des membres de la Guilde, on peut conclure que son père était ou avait été membre de la Guilde. Del Monte a rejoint l'année suivante la « sodaliteit of bejaerde jongmans », une fraternité pour les célibataires établie par l'ordre des Jésuites. Il a servi de « consulteur » de la fraternité en décembre 1609, 1610 et 1614[1]. Il a travaillé comme peintre et est enregistré comme ayant un atelier avec deux élèves en 1610[2]. Sa première commande était pour un triptyque pour l'autel principal de l'église Saint-Bénédict (nl) à Mortsel. Ce travail a été achevé en 1612 mais a été remplacé plus tard par une œuvre d'Anton Goubau et est maintenant perdu[1].

Del Monte a épousé Geertruyt vanden Berghe le 26 octobre 1614. Le couple aurait trois fils. Le premier biographe Cornelis de Bie affirme dans son Het Gulden Cabinet de 1662 que Del Monte était au service de Wolfgang Guillaume de Wittelsbach depuis quelque temps. Certains historiens placent cette période de service dans les années 1610, mais cela est peu probable, car pendant cette période, il y a de nombreux enregistrements de la présence de del Monte à Anvers. Il est cependant probable que Del Monte était au service de Wolfgang Wilhelm depuis que le comte palatin l'a fait cavalier en 1626 et lui a permis d'avoir un blason[1].

On pense en outre qu'il est entré au service des gouverneurs de l'époque des Pays-Bas méridionaux, des archiducs Albert et Isabelle[2].

Il a également travaillé comme architecte et ingénieur militaire pour le roi Philippe III. Le roi lui a accordé plusieurs privilèges menacés dans ses dernières années. Cornelis de Bie a allégué que le fils du roi Philippe IV est intervenu au nom de Del Monte avec son frère Ferdinand d'Autriche qui, à l'époque, était le gouverneur des Pays-Bas des Habsbourg, et que ses privilèges avaient été restaurés[1].

Dans ses dernières années, sa situation financière s'est détériorée, probablement parce qu'il ne pouvait plus travailler en raison d'une maladie[1]. Il mourut en 1644 à une date que, selon de Bie, del Monte avait prédit d'après des étoiles[5]. Le portrait que fit de lui Antoine van Dyck a été gravé au xviiie siècle par Felice Polanzani.

Parmi ses élèves figuraient Boudewyn Claessen (1610), Thomas Morren (1610), Thomas van Bemelen (1621-22), Jakus Adriaenssen (1622-23), van den Berch (1623-24) et Martin Goes (1625-26)[4].

ŒuvreModifier

 
Les quatre éléments

Il y a peu d'informations sur l'œuvre peinte de del Monte, car seules quelques œuvres signées ont survécu. Il a travaillé dans les genres de peinture d’histoire et de peinture de portrait[4]. En 1610, il a fait un retable pour l'église Saint-Bénédict (nl) de Mortsel, qui est perdu[2]. En 1614, il a peint une Transfiguration pour la cathédrale Cathédrale Notre-Dame d'Anvers qui se trouve maintenant au Musée royal des beaux-arts d'Anvers. Il y a une signature sur La descente de la croix (1623) dans l'église Onze-Lieve-Vrouw Hemelvaart à Munsterbilzen[6]. Ces œuvres montrent la plasticité classique qui caractérise les œuvres que Rubens a peintes entre 1612 et 1618[3]. Une adoration des mages (Musée royal des beaux-arts d'Anvers) a été attribuée à del Monte. Cette œuvre est d'une qualité beaucoup plus élevée que les travaux signés de del Monte. Cela contribue peut-être à expliquer pourquoi il était tellement apprécié dans son temps et pourquoi le biographe artistique primé Cornelis de Bie consacrait plus d'espace à del Monte qu'à Jacob Jordaens et Antony van Dyck[1].

D'autres attributions à del Monte incluent une peinture sur les quatre éléments (vendus à Jean Moust) daté de 1644, qui doit alors avoir été peint dans l'année où il était malade et est mort[7]. La composition de nature morte est attribuée à Osias Beert le Jeune[8]. Un Triomphe de Bacchus en Inde a été attribué à del Monte lorsqu'il a été vendu en 2000, mais à Simon de Vos lors de sa vente par la même maison de ventes Dorotheum en 2002[9].

Un dessin intitulé L'onction du Christ mort dans le Fogg Art Museum a été attribué à del Monte. C'est un dessin préparatoire pour un tableau de del Monte dans l'église Onze-Lieve-Vrouw Hemelvaart à Munsterbilzen[10].

On pense que del Monte a aidé Rubens dans ses conceptions architecturales[2].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. D'autre formes : Dieudonné Delmont, Deodaat del Monte, Deodati del Monte, Dieudonne van der Monte, Deodati del Mont et Deodati Dermond

RéférencesModifier

  1. a b c d e f g et h (nl) G. Baeck, " MONT, Deodatus van der (1582-1644), schilder en architect ", in Nationaal biografisch woordenboek, (1970), VII 603-605
  2. a b c d e et f (nl) Rutger Tijs, Rubens en Delmonte, een onmisbaar Italiaans interludium, in Renaissance- en barokarchitectuur in België, Lannoo Uitgeverij, 1999, p. 115-122
  3. a b et c Hans Vlieghe. "Monte, Deodaat del." Grove Art Online. Oxford Art Online. Oxford University Press. Web. 3 Dec. 2013.
  4. a b et c (nl) Deodat van der Mont at the Rijksbureau voor Kunsthistorische Documentatie
  5. (nl) Deodatus del Mont in Het Gulden Cabinet
  6. The Descent from the Cross in Munsterbilzen.
  7. Deodat Delmonte, The four elements at Jean Moust
  8. (nl) Attributed to Deodat van der Mont and Osias Beert (II), The four elements at the Rijksbureau voor Kunsthistorische Documentatie
  9. (nl) Attributed to Deodat van der Mont, The Triumph of Bacchus at the Rijksbureau voor Kunsthistorische Documentatie
  10. Deodat van der Mont (1582-1644), Anointing the Dead Christ at Harvard Art Museum

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier