Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Naccache.
David Naccache
David Naccache.jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Française
Formation
Université Paris XIII, Université Paris II, Université Paris VI, Université Paris IV
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine

David Naccache, né le , est un cryptologue français, actuellement professeur à l'École normale supérieure où il dirige l'équipe de Sécurité de l'information[1].

Sommaire

BiographieModifier

Naccache défend en 1995 sa thèse de doctorat à Télécom ParisTech avec pour titre « Zero Knowledge Protocols and Digital Signatures, Attacks Defence and Algorithmic Tools[2] » sous la direction de Gérard Cohen.

De 1993 à 2005 il dirige le département de la recherche et innovation de la société Gemplus. En 2004, il soutient son habilitation à diriger des recherches à l'Université Paris 7 avec pour titre « Sécurité, Cryptographie : Théorie et Pratique[3] » . Il rejoint en 2005 l'Université Paris 2 en tant que professeur[4], et l'équipe de recherche en cryptographie de l'École normale supérieure. En 2009 il est nommé à l'Observatoire de la sécurité des cartes de paiement[5] et à nouveau en 2012[6], en 2015[7], 2017[8] (personnalité qualifiée). Pendant cette période il est également professeur invité à Royal Holloway[9].

TravauxModifier

Les travaux de Naccache portent majoritairement sur la cryptographie à clé publique (notamment les signatures numériques basées sur RSA), la sécurité informatique, et l'expertise judiciaire. À ce titre il intervient pour la cour de cassation[10], la cour pénale internationale[11], et la cour d'appel de Paris[12].

Il découvre entre 1997 et 1998 avec Jacques Stern deux nouveaux cryptosystèmes : l'un basé sur une variante du problème du sac à dos, appelé sac à dos de Naccache-Stern ; l'autre reposant sur la résiduosité supérieure et doté de propriétés homomorphes, et appelé cryptosystème (homomorphe) de Naccache-Stern.

En 2004, avec Claire Whelan, il montre comment des techniques de traitement d'images révèlent l'information censurée d'un document américain (Bin Ladin Determined To Strike in US, daté du 5 août 2001)[13].

Avec Igor Shparlinski il est l'auteur d'un article de référence sur la théorie des nombres lisses et leurs applications en cryptographie[14].

Naccache est membre du comité éditorial du journal Cryptologia[15] et du magazine IEEE Security and Privacy[16].

RéférencesModifier

  1. « École normale supérieure, Département d’Informatique (UMR 8548) », sur www.ens.fr (consulté le 18 septembre 2018)
  2. (en) « David Naccache - The Mathematics Genealogy Project », sur genealogy.math.ndsu.nodak.edu (consulté le 18 septembre 2018)
  3. (en) David Naccache, « Security, Cryptography: Theory and Practice », Habilitation à diriger des recherches, Université Paris 7 - Denis Diderot,‎ (lire en ligne, consulté le 18 septembre 2018)
  4. Décret du 12 décembre 2005 portant nomination, titularisation et affectation (enseignements supérieurs) (lire en ligne)
  5. Arrêté du 29 juin 2009 portant nomination de membres de l'Observatoire de la sécurité des cartes de paiement (lire en ligne)
  6. Arrêté du 29 octobre 2012 portant nomination à l'Observatoire de la sécurité des cartes de paiement (lire en ligne)
  7. Arrêté du 10 décembre 2015 portant nomination des membres de l'Observatoire de la sécurité des cartes de paiement (lire en ligne)
  8. Arrêté du 16 juin 2017 portant nomination à l'Observatoire de la sécurité des moyens de paiement (lire en ligne)
  9. (en) « Staff directory | Royal Holloway, University of London », sur www.ma.rhul.ac.uk (consulté le 18 septembre 2018)
  10. Cour de cassation, « Liste des experts agréés par la cour de cassation »,
  11. Cour Pénale Internationale, « Liste des experts devant la CPI au 12 novembre 2014 »,
  12. Cour d'appel de Paris, « Liste des experts judiciaires »,
  13. (en) John Markoff, « Illuminating Blacked-Out Words - The New York Times », (consulté le 18 septembre 2018)
  14. (en) David Naccache et Igor Shparlinski, « Divisibility, Smoothness and Cryptographic Applications », Algebraic Aspects of Digital Communications, série NATO Science for Peace and Security Series - D: Information and Communication Security,‎ , p. 73 (lire en ligne)
  15. (en) « Editorial board, Cryptologia », sur www.tandfonline.com (consulté le 18 septembre 2018)
  16. (en) « Editorial Board, IEEE Security & Privacy »

Liens externesModifier

  • Les Ernests : Quel est le QI de Dionaea Muscipula ?

Sur les autres projets Wikimedia :