Dan Lipinski

représentant des États-Unis pour l'Illinois de 2005 à 2021

Dan Lipinski
Illustration.
Portrait officiel de Dan Lipinski (2018).
Fonctions
Représentant des États-Unis

(16 ans)
Élection 2 novembre 2004
Réélection 7 novembre 2006
4 novembre 2008
2 novembre 2010
6 novembre 2012
4 novembre 2014
8 novembre 2016
6 novembre 2018
Circonscription 3e district de l'Illinois
Législature 109e, 110e, 111e, 112e, 113e, 114e, 115e et 116e
Prédécesseur Bill Lipinski
Successeur Marie Newman
Biographie
Nom de naissance Daniel William Lipinski
Date de naissance (56 ans)
Lieu de naissance Chicago (Illinois, États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti démocrate
Père Bill Lipinski
Diplômé de Université Northwestern
Université Stanford
Université Duke
Religion Catholicisme[1]
Résidence Western Springs[1]

Daniel William Lipinski, dit Dan Lipinski, né le à Chicago, est un homme politique américain. Membre du Parti démocrate, il représente le troisième district congressionnel de l'Illinois à la Chambre des représentants des États-Unis de 2005 à 2021.

Carrière politiqueModifier

Un héritier politiqueModifier

Dan Lipinski est né et a grandi à Chicago. Il est le fils de l'homme politique Bill Lipinski et de son épouse Rose Marie[2]. Il est diplômé d'un baccalauréat universitaire en génie mécanique de l'université Northwestern[2] en 1988[3] puis d'un master en ingénierie et économie de Stanford[2] en 1989[3]. Dans les années 1990, il participe à plusieurs campagnes électorales dans l'Illinois[2] et travaille pour plusieurs élus dont les collègues de son père George Sangmeister (1993-1994), Jerry Costello (1995-1996) et Rod Blagojevich (1999-2000)[3].

Lipinski achève ses études par une thèse sur les relations entre un représentant des États-Unis et ses concitoyens à l'université Duke[2], dont il sort diplômé en 1998[3]. Sa thèse, intitulée Shaping Perceptions of Congress Through Franked Mass Mailings, remporte le prix Carl Albert en 1999[4]. Il enseigne brièvement à l'université James Madison à Washington (2000) puis à l'université Notre-Dame de South Bend (2000-2001)[3] avant de donner des cours de science politique à l'université du Tennessee de Knoxville[2] à partir de 2001[3].

En août 2004, Bill Lipinski — élu depuis 11 mandats dans le 3e district congressionnel de l'Illinois — annonce qu'il ne se représente pas[2], après avoir remporté les primaires démocrates[5]. Les primaires étant passées, c'est une commission du Parti démocrate local qui doit désigner le candidat du parti pour les prochaines élections de novembre 2004[2],[4]. Bien qu'il n'ait jamais été élu et qu'il ne réside pas dans la région de Chicago depuis 15 ans[2], Dan Lipinski est désigné candidat pour succéder à son père[4]. Il est élu représentant avec plus de 72 % des voix face au républicain Ryan Chlada[1]. Le , il prête serment à la Chambre et succède ainsi à son père. Lipinski est réélu à son poste sans difficultés en 2006 (77,1 %), 2008 (73,3 %), 2010 (69,7 %), 2012 (68,5 %), 2014 (64,6 %)[1] et 2016 (sans opposant)[6].

En 2015, un article du Chicago Sun-Times souligne que Bill Lipinski gagne des millions de dollars en faisant du lobbying pour des entreprises du monde des transports alors que son fils siège à la commission des transports de la Chambre des représentants. Si Dan Lipinski soutient plusieurs amendements favorables aux clients de son père, il affirme que la situation de son père est légale et que celui-ci n'exerce pas ses activités de lobbying auprès de lui[7].

Un démocrate conservateurModifier

Lipinski est co-président de la Blue Dog Coalition[8]. À la fin des années 2010, il est considéré comme l'un des derniers démocrates conservateurs au Congrès[8],[9]. Au cours de sa carrière, il s'est en effet opposé au droit à l'avortement[8],[9],[10], à l'augmentation du salaire minimum[9], au DREAM Act[9], au mariage homosexuel[11] ou encore à la réforme de santé du Président Obama, qu'il estime insoutenable budgétairement[12] et qui prévoit des fonds pour l'avortement[10]. Il vote cependant en faveur de l'abolition du Don't ask, don't tell[11] et contre l'abrogation de l'Obamacare proposée par les républicains quelques années plus tard[12].

La gauche du Parti démocrate estime que ses positions plutôt conservatrices dénotent avec une circonscription largement démocrate, qui comprend le Southwest Side de Chicago et des banlieues à l'ouest et au sud de la ville[13]. Ainsi, en 2018, plusieurs associations progressistes et pro-choix décident de soutenir son opposante au sein de la primaire démocrate, la femme d'affaires Marie Newman. Deux de ses collègues représentants de Chicago font le même choix, Jan Schakowsky et Luis Gutiérrez[8],[9]. Lipinski ne remporte la primaire qu'avec un peu plus de 2 000 voix d'avance[14] (51 % contre 49 %)[8]. Il est toutefois confortablement réélu lors de l'élection générale avec 73 % face à Arthur Jones[6], un républicain suprémaciste blanc et négationniste[13].

Lors des élections de 2020, il affronte à nouveau Newman lors de la primaire démocrate. La candidate progressiste, soutenue par les associations pro-choix Emily's List et NARAL, réussit à lever davantage de fonds que le représentant sortant, qui lance un appel aux électeurs républicains pour le soutenir. Lipinski est finalement battu par Newman qui réunit 47 % des suffrages contre 45 % pour le sortant, qui réalise ses meilleurs résultats dans la ville de Chicago. En concédant sa défaite, Lipinski dit regretter le manque d'espace au sein du Parti démocrate pour les opposants à l'avortement et affirme qu'il ne cédera « jamais sur la protection des êtres humains les plus faibles au monde pour simplement gagner une élection »[14].

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d (en) « Member Profile: Rep. Daniel Lipinski, D-Ill. », sur media.cq.com, Roll Call (consulté le ).
  2. a b c d e f g h et i (en) Jennifer Skalka, « Lipinski's son seen as politically savvy », sur chicagotribune.com, Chicago Tribune, (consulté le ).
  3. a b c d e et f (en) Biographical Directory of the United States Congress, « LIPINSKI, Daniel (1966-) », sur bioguideretro.congress.gov (consulté le ).
  4. a b et c (en) David Mark, « Academia, a Step Before Graduating to the Hill », sur politico.com, Politico, (consulté le ).
  5. (en) David Bernstein, « On Congressman and former Blagojevich aide Daniel Lipinski », sur chicagomag.com, Chicago Mag, (consulté le ).
  6. a et b (en) « Daniel Lipinski », sur ballotpedia.org (consulté le ).
  7. (en) Better Government Association, « Ex. Rep. Lipinski making millions from clients who go before son’s House committee », sur chicago.suntimes.com, Chicago Sun-Times, (consulté le ).
  8. a b c d et e (en) Simone Pathé, « Dan Lipinski Survives Primary Challenge From the Left », sur rollcall.com, Roll Call, (consulté le ).
  9. a b c d et e (en) Natasha Korecki, « Progressives gang up on Lipinski », sur politico.com, Politico, (consulté le ).
  10. a et b (en) John Kass, « Lipinski Proud but Lonely Pro-Life Democrat », sur realclearpolitics.com, Chicago Tribune, (consulté le ).
  11. a et b (en) Chris Johnson, « Rep. Lipinski, Democrat who opposed LGBTQ rights, unseated in Ill. primary », sur washingtonblade.com, Washington Blade, (consulté le ).
  12. a et b (en) Kiannah Sepeda-Miller, « Fact-check: Lipinski turns to Republican talking point to defend Obamacare vote », sur chicago.suntimes.com, Chicago Sun-Times, (consulté le ).
  13. a et b (en) Elyssa Cherney, « Holocaust-denier Arthur Jones loses in Illinois 3rd District, but still gets more than 25 percent of the vote », sur chicagotribune.com, Chicago Tribune, (consulté le ).
  14. a et b (en) Ally Mutnick, « Rep. Dan Lipinski falls in Democratic primary », sur politico.com, Politico, (consulté le ).

Voir aussiModifier

Article connexeModifier

Liens externesModifier