Démocrature

forme de gouvernement

L'oxymore démocrature est un mot à la mode dans le discours politique, un mot-valise composé de démocratie et dictature. Le slogan est destiné à exprimer une intention critique: telle prétendue démocratie n'est en réalité pas de vraie démocratie.

Origine et démarcation des motsModifier

Une formation de mots telle que Demokratur s'appelle également amalgamation ou fusion en linguistique. Cela dénote des mots nouveaux à partir de parties d’autres mots, ces parties ne devant pas nécessairement être des morphèmes[1].

La définition du mot démocrature: une "forme de gouvernement qui est passée d'une démocratie à une quasi-dictature" et se caractérise par un déficit démocratique. En ce sens, cela correspond à un simulacre de démocratie[2].

UtilisationModifier

Rudolf Augstein a déclaré lors d’une interview dans le magazine Stern en 1993: "Après tout, j’ai joué un rôle majeur en mettant un terme à la démocrature des messieurs Adenauer et Strauss. "Dès , Der Spiegel avait fait l'affirmation selon laquelle il ne s'agissait plus d'une démocratie, mais d'une "démocrature", "d'un bla-bla quotidien "[3].

"Cette nouvelle formation désignant le gouvernement d'Adenauer, la contamination de la démocratie par la dictature, la Demokratur (en allemand) est une trouvaille du carnaval de Mayence de 1951", a déclaré en 1971 le philologue munichois Werner Betz[4]. Cependant, aujourd’hui, on se souvient mieux de l’emploi de ce terme par des artistes de cabaret comme Dieter Hildebrandt.

RéférencesModifier

  1. Dieter W. Halwachs: "Au début était le jeu de mots.
  2. Hans-Georg Müller : Adleraug et Luchsenohr: formules allemandes doubles et leur utilisation.
  3. Steuerzahler / BonnDer Spiegel, Ausgabe 48/1955,
  4. Werner Betz: l' humour dans le paysage de Goethe et les derniers mots de Goethe .

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

LittératureModifier

  • L'extrémisme politique en tant que problème des systèmes démocratiques: l'extrémisme de droite en Autriche, Marion Stangl, 2004/05, Institut de politique sociale et sociale