Comité international de bioéthique

Le Comité international de bioéthique (CIB) est une instance internationale créée en 1993 par Federico Mayor Zaragoza, directeur de l'UNESCO. Il est composé de 36 experts indépendants (de différents pays et disciplines) chargés de suivre les progrès des recherches dans les sciences de la vie et leurs applications en veillant au respect des principes de dignité et de liberté de l'homme. L'émergence de ce comité est en lien avec le développement des Comités de protection des personnes et de la bioéthique en tant que soft law.

Déclaration sur le génome humain et les droits de l'hommeModifier

Cette déclaration, élaborée à l'UNESCO de 1994 à 1997 sous l'égide du CIB, alors présidé par Noëlle Lenoir, est approuvée par l'Assemblée générale des Nations unies le et constitue le premier texte juridique international sur la bioéthique[1].

Déclaration internationale sur les données génétiques humainesModifier

Cette déclaration est une extension de la première déclaration et est adoptée par l'UNESCO le  : elle met en place des règles sur la collecte, le traitement et la conservation des données génétiques humaines. Elle traite notamment de problèmes de confidentialité de ces données ou de discrimination génétique(en)[2].

Déclaration universelle sur la bioéthique et les droits de l'hommeModifier

Cette déclaration, adoptée par la Conférence générale de l'UNESCO le , a un cadre plus général : elle examine la forme et la portée d’un « instrument universel de bioéthique » [3].

Notes et référencesModifier

Articles connexesModifier