Ouvrir le menu principal

Couvent des Ursulines de Paris

couvent situé à Paris, en France
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Couvent des Ursulines.

Couvent des Ursulines de Paris supprimé en 1790
Chapelle du couvent
Chapelle du couvent
Présentation
Culte Catholique romain
Début de la construction 1620
Fin des travaux 1627
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Paris
Ville 5e arrondissement de Paris
Coordonnées 48° 50′ 34″ nord, 2° 20′ 32″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Couvent des Ursulines de Paris supprimé en 1790

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Couvent des Ursulines de Paris supprimé en 1790

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Couvent des Ursulines de Paris supprimé en 1790

Le couvent des Ursulines de Paris, était un monastère parisien supprimé en 1792 situé à l’emplacement de l’actuelle rue des Ursulines.

HistoriqueModifier

Madeleine Lhuillier, veuve de Claude le Roux, sieur de Sainte-Beuve, fonda en 1607 un couvent de l'ordre de Sainte-Ursule dans une propriété du faubourg Saint-Jacques, l’« hôtel Saint-André » [Note 1]. La compagnie de Sainte-Ursule de religieuses non cloîtrées laïques n'ayant pas prononcé de vœux, fondée en 1539, fut transformée en ordre cloîtré. Les religieuses qui suivaient la règle de Saint-Augustin ajoutent aux trois vœux ordinaires la mission d’éducation des jeunes filles. En 1610, le couvent s’installa à proximité de leur première implantation et l'église, dont la première pierre fut posée par Anne d'Autriche en 1620, fut terminée en 1627. Sa chapelle était ornée de tableaux du peintre flamand Pieter Van Mol. Le couvent du Faubourg Saint-Jacques était la maison-mère de l'ordre qui se développe rapidement, avec 310 couvents en France en 1668. L'institution comprenait un pensionnat pour les élèves de la noblesse et de la bourgeoisie et dispensait également des cours aux enfants pauvres du quartier[1],[2].

Suppression du couventModifier

Le couvent fut fermé en 1790 et ses vastes terrains qui atteignaient l’actuelle rue d’Ulm furent vendus en 1798. La rue des Ursulines fut tracée sur cet ancien domaine et entraîna la destruction d’une partie des bâtiments de l’ancien couvent mais d’autres éléments, notamment sa chapelle, subsistèrent jusqu’au percement de la rue Gay-Lussac en 1864 qui emporta ses derniers vestiges.

Une communauté d'Ursulines avec un foyer d'étudiantes est actuellement installée, non loin de leur ancien couvent, au 9 impasse Royer-Collard.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. actuellement rue Saint-Jacques car à cette époque le faubourg Saint-Jacques s’étendait à partir de l’ancienne porte Saint-Jacques située approximativement à l’angle de la rue Soufflot et de la rue Saint-Jacques non après le boulevard de Port-Royal comme actuellement

RéférencesModifier

  1. Alexandre Gady, La Montagne Sainte-Geneviève et le quartier latin, Paris, éditions Hoëbecke, (ISBN 2 84230 067 X), p. 293
  2. Entrée « Couvent des Ursulines du faubourg Saint-Jacques, Paris », dans la base de données data.bnf.fr de la BnF.