Course de la Paix 1967

Course de la Paix 1967
Généralités
Course
Étapes
16
Date
10 mai - 25 mai
Distance
2 307 km
Pays traversé(s)
Lieu de départ
Lieu d'arrivée
Coureurs au départ
120
Coureurs à l'arrivée
84
Vitesse moyenne
41,8 km/h
Résultats
Vainqueur
Deuxième
Flag of Bulgaria.svg Angel Kirilov (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Troisième
Classement par points
Meilleur grimpeur
Meilleure équipe

La Course de la Paix 1967 est la 20e édition de la course disputée entre les trois capitales d'Europe centrale et orientale. En 1967, elle s'affiche WBP, proposant le parcours Varsovie - Berlin - Prague. Comme lors de la précédente dizaine, le 20e anniversaire se traduit par des invitations plus nombreuses. Dans le même temps, un effort de popularisation est fait auprès du public, soutenu par :

  • la parution aux éditions d'État de l'Allemagne orientale[1] d'un livre, Fahrt der Millionen, retraçant les 19 éditions précédentes de la course[2].
  • l'émission par les Administrations postales des 3 pays concernés de timbres-poste marquant l'événement[3].

Les 20 équipes de 6 coureurs représentent un large panel des nations cyclistes, ou non. Ainsi la présence d'une équipe de Mongolie, tient plus de la géopolitique que du sport. Un seul des six coureurs termine l'épreuve[4] Le continent américain est représenté par Cuba, l'Afrique l'est par le Maroc et l'Algérie. Parmi les pays présents, deux sont rarement en ces lieux depuis 1948: la Suisse, dont c'est la 5e participation, et[5], la République fédérale d'Allemagne, dont c'est la 3e participation.

La courseModifier

Traquenard ou erreur tactique ?Modifier

Vainqueur trois ans plus tôt, le tchécoslovaque Jan Smolík dominait la course en Pologne et en Allemagne. Il entrait habillé de jaune dans son pays. Mais la 13e étape allait changer la donne. L'étape entre Plzen et Usti n. Labem était redoutée. Le programme édité avant la course par le quotidien Neues Deutschland[6] la signale "bergig", montagneuse...et les difficultés commencent dès le km 26 avec une petite ascension. Le belge Marcel Maes aborde l'étape alors qu'il est classé second à 2 min 44 s du maillot jaune. Comme tous il sait que les pentes ne réussissent pas au rouleur tchèque. Il attaque, mais il n'est pas seul... Après la course les tchécoslovaques accusent allemands et polonais d'avoir roulé avec le belge. Le problème est pourtant simple, il tient ...au classement par équipes, auquel est accordé une importance égale que la première place individuelle. Or l'équipe de Tchécoslovaquie, était aussi en tête de ce classement ! Défendre les 2 trophées aurait nécessité une équipe plus forte. Or Pavel Dolezel, le meilleur coureur tchécoslovaque, derrière le leader Smolík, se retrouve dans un groupe de tête où il va rester, en compagnie de 4 allemands et 3 polonais, sans doute avec l'espoir de sauver la place de l'équipe. Groupe de tête ? 16 hommes où 2 équipes décidées ont placé leurs leaders, et où le second du classement général trouve naturellement aide par concordance des objectifs. 16 hommes, dont Klaus Ampler et Gainan Saidschushin, habitués de la course, Jan Magiera, le leader de l'équipe polonaise et des hommes rompus aux coups tactiques tel le roumain Gabriel Moiceanu. Le rouleur français Henri Heintz[7] fait aussi partie du groupe des "16". Au soir de cette étape Smolik arrivé 8 minutes après les premiers, perd le maillot jaune. L'équipe tchécoslovaque perd globalement 12 minutes, et laisse la première place du challenge collectif à la Pologne.
Marcel Maes est alors le premier coureur belge[8] à remporter la Course de la Paix. Il le demeure.

Les étapesModifier

# Date Villes étapes km Vainqueur Leader
1 10 mai Circuit autour de Varsovie (POL) 112   Jan Smolík   Jan Smolík
2 11 mai Kutno (POL) - Poznań (POL) 176   Manfred Dähne   Manfred Dähne
3 12 mai Poznań (POL) - Bydgoszcz (POL) 134   Jan Smolík   Manfred Dähne
4 13 mai Bydgoszcz (POL) - Slupsk (POL) 210   Rainer Marks   Rainer Marks
5 14 mai Slawno (POL) - Koszalin (POL) 42 (clm)   Henri Heintz   Jan Smolík
6 14 mai Koszalin (POL) - Szczecin (POL) 160   Jan Serpenti   Jan Smolík
7 16 mai Szczecin (POL) - Berlin (RDA) 157   Zenon Czechowski   Jan Smolík
8 17 mai Berlin (RDA) - Leipzig (RDA) 206   Piet Tesselaar   Jan Smolík
9 18 mai Leipzig (RDA) - Halle (RDA) 40 (clm)   Marcel Duchemin   Jan Smolík
10 18 mai Halle (RDA) - Gera (RDA) 112   Laszlo Pavlic   Jan Smolík
11 19 mai Gera (RDA) - Karl-Marx-Stadt (RDA) 180   Piet Tesselaar   Jan Smolík
12 20 mai Karl-Marx-Stadt (RDA) - Plzen (TCH) 170   Jean-Marie Gorez   Jan Smolik
13 22 mai Plzen (TCH) - Ústí nad Labem (TCH) 170   Rainer Marks   Marcel Maes
14 23 mai Ústí nad Labem (TCH) - Liberec (TCH) 128   William Bisland   Marcel Maes
15 24 mai Liberec (TCH) - Hradec Kralove (TCH) 155   Zenon Czechowski   Marcel Maes
16 25 mai Hradec Kralove (TCH) - Prague (TCH) 147   Hans Tesselaar   Marcel Maes

Le classement généralModifier

Cycliste Équipe Temps
1.   Marcel Maes Belgique en 55 h 23 min 39 s
2.   Angel Kirilov Bulgarie + 5 min 09 s
3.   Jan Magiera Pologne 6 min 34 s
4.   Jan Smolík Tchécoslovaquie 7 min 23 s
5.   Günther Hoffmann RDA 7 min 27 s
6.   Andrzej Blawdzin Pologne 7 min 44 s
7.   Henri Heintz France 8 min 48 s
8.   Pavel Dolezel Tchécoslovaquie 9 min 21 s
9.   Rainer Marks RDA 11 min 41 s
10.   Gainan Saidschushin URSS 13 min 07 s

Les classements annexesModifier

Classement du plus combatifModifier

Cycliste Points
1   Manfred Dähne 28
2   Janos Juszko 27
3   Marcel Maes 25

Classement du meilleur grimpeurModifier

Cycliste Points
1   Marcel Maes 42
2   Piet Tesselaar 29
2   Andrzej Blawdzin 18

Classement par équipesModifier

Équipe Temps
1 Pologne en 166 h 26 min 57 s
2 RDA + 4 min 12 s
3 Tchécoslovaquie + 11 min 41 s
4 Bulgarie + 20 min 55 s
5 URSS + 38 min 54 s

Notes et référencesModifier

  1. Il s'agit des éditions "Sportverlag" de Berlin.
  2. "Fahrt der Millionen": 294 pages, dont plus de 60 de statistiques, et 72 pages de photos. Un livre de sport, d'où la propagande n'est pas absente. Ainsi la première page de photo montre Bernard Guyot lachant une colombe pacifique, mais la page deux, sous couvert de "Friedensfahrtatmosphäre" donne à voir Walter Ulbricht, radieux au milieu d'un foule, évidemment en liesse. De même les deux vainqueurs yougoslaves de 1948, August Prosinek et Alexander Zoric, sont ignorés tant en photo que dans les "biographies", malgré le rétablissement des relations entre Tito et les régimes de l'Est.
  3. Voir le § sur ce sujet, dans l'article consacré à la Course de la Paix.
  4. Dossard N° 99, Lusam Erschemschams termine cependant 67e à Prague, bien devant la "lanterne rouge".
  5. Faut-il y voir un signe politique en réponse aux ouvertures du vice-chancelier fédéral Willy Brandt ?
  6. "Jubiläums-Friedensfahrt 1967", 32 pages.
  7. Henri Heintz n'a pas encore 21 ans. Né le 17 juillet 1946, il avait obtenu une médaille de bronze, avec l'équipe de France, lors du championnat du monde 1965 des 100 km contre-la-montre en équipe. Lors de cette 20e Course de la Paix, il termine 7e, mais des 6 de l'équipe de France initiale ils ne sont plus que 2 à Prague. Lui et René Grenier, 37e. Marcel Duchemin et José Catieau abandonnaient le 14e jour, Roland Berland le 11e jour.
  8. L'équipe belge, qui termine 6e du classement par équipes termine à 5 coureurs : outre Marcel Maes, ce sont Frans Mintjens 15e, René De Bie 45e, Pol Mahieu 52e, Jean-Marie Gorez 63e.

Liens externesModifier