Cormac mac Art Ó Melaghlain

Cormac mac Art Ó Melaghlain
Fonction
Roi de Mide
-
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture

Cormac mac Art Ó Melaghlain (mort en 1239), est roi titulaire de Mide vers 1209/1213 à 1239[1]. Il parvient à remporter plusieurs victoires importantes sur les Anglo-normands et de ce fait il est l'un des plus notables parmi les derniers rois de Mide. Cependant, les gains territoriaux réalisés par Cormac, ne devaient pas survivre à la fin de son propre règne, et les seigneurs du Clan Cholmáin postérieurs perdirent ensuite toute influence dans la politique de l'Irlande médiévale ultérieure[2].

ContexteModifier

La famille de Cormac a fourni des souverains au royaume de Mide depuis au moins le début du VIe siècle. Connue comme le Clan Cholmáin, elle compose une lignée des Uí Néill du Sud. Ses membres prennent le surnom de Uá Máel Sechlainn ultérieurement anglicisé en Ó Melaghlin / Ó Melaghlain, de leur prestigieux ancêtre, Mael Seachnaill Ier mac Mael Ruanaid, qui règne comme Ard ri Erenn de 845 à 860. Un de ses descendants , un autre des ancêtres de Cormac; Máel Sechnaill mac Domnaill, connu comme Máel Sechnaill II, est Ard ri avant et après le règne de Brian Boru. Après le règne Mael Seachnaill II Mór de 976 à 1022, le Royaume de Mide perd rapidement une grande partie de son ancien puissance.

Malgré, ou peut-être à cause de sa situation dans le centre de l'Irlande, le royaume de Mide devient un auxiliaire dans les luttes de pouvoir entre les nouveaux royaumes dominants, alors que le pouvoir réel sur l'île passe aux dynasties auparavant marginalisées du Leinster, Munster et Connacht ainsi qu'à leurs parents les Uí Néill du Nord. Ses donations passées à un grand nombre de monastères a miné les ressources du royaume et son échec à obtenir la suzeraineté sur Dublin, capitale économique de l'île, signifiait qu'il fournirait plus jamais d'Ard ri Erenn[2].

RègneModifier

On ne sait rien du début de la vie de Cormac sauf qu'elle s'est déroulée en grande partie pendant le règne de son père Art mac Mael Sechlainn meic Domnaill Ua Mael Sechlainn qui s'empare du trône en 1173 en tuant son frère, le précédent roi Domnall Bregach Ua Máel Sechlainn[3];[4] Le père de Cormac est tué en 1184 par un fils de Domnall Mór Ua Briain Roi de Thomond lors d'une rencontre entre les deux souverains, selon les Annales des quatre maîtres, à l'instigations des anglo-normands.[5] Il a comme successeur la même année Maelsechlainn Beag Ó Melaghlain, qui trois ans plus tard défait Domnall, lors d'un combat, rase un château anglo-normand et en massacre la garnison[6]. En 1202 les annales relèvent la mort d'un autre frère de Cormac nommé Dermot[7].

La première mention de Cormac dans les sources se situe en 1209/10 lorsqu'il tue Art mac Domnaill Ó Ruairc Roi de Breifne[8].;[9] En 1211 il défait les Anglo-normands à Delvin (en) et tue le connétable Robert de Duncomar[10]. L'année suivant il défait John de Gray évêque de Norwich et Justicier d'Irlande (1208-1213) il lui prend un large butin, plus tard lors de la bataille du « Wood of the High Trees » il défait une autre force anglo-normande en tuant une « grande multitude »[11]. Cette bataille fut sans doute notable car elle est mentionnée par les Annales d'Ulster qui sont par ailleurs peu dissertes sur le destin du Clann Cholmain à partir du XIIe siècle[12]. Cormac lui-même est défait, après cette victoire par Donnell fils de Maelsechlainn Beag dans ce qui semble être une guerre civile. Donnell est peu après tué et Cormac marche sur les domaines de Maelsechlainn Beag, le contraignant à l'exil et il détruit le château de Birr[13],[14]. Il pille également le château anglais de Kilclare s'empare de chevaux et d'autres butins, provoquant une expédition de représailles contre lui où il est vaincu à la bataille de Tine Bridge en 1213 ce qui le contraint d'abandonner les domaines récemment conquis.[13],[14]

Après cette défaite, Cormac est rarement mentionné dans les annales. Il est capturé en 1227 mais on ignore où et par qui[15] ? Il est possible qu'il soutienne le roi de Connacht Felim mac Cathal Crobderg Ua Conchobair en 1236 dans ses tentatives pour recouvrer son trône[16],[17]. En 1239 Cormac meurt et il a comme successeur son fils Art mac Cormac Ó Melaghlain.

SuccessionModifier

Art aura lui aussi un règne relativement victorieux pour un ultime « roi » de Mide, battant les Anglo-normands de Meath en 1264, et réaffirmant son contrôle sur les terres que son père avait perdues après la bataille de Tine Bridge et obtenant la soumission de nombreux chefs locaux[18]. Deux ans plus tard, ses gens repoussent une attaque de la famille de Bourg du Connacht[19]. Un autre descendant possible de Cormac est Cairpre Ó Melaghlain roi de Mide après Art, qui réussit à vaincre une coalition d'Anglo-normands de Meath et de Magnus mac Conchobair Ruaid Ua Conchobair Roi de Connacht en 1289 avant d'être tué par traitrise l'année suivante par « Mac Cochlain et les Delbna »[20] .

Notes et référencesModifier

  1. « Annales des quatre maîtres », sur celt.ucc.ie (consulté le )
  2. a et b Francis John Byrne, Irish kings and high-kings, Dublin, Four Courts Press, , 268–269 p. (ISBN 9782821969, OCLC 17430353, lire en ligne)
  3. (en) T.W Moody, F.X. Martin,F.J. Byrne, Maps, Genealogies, Lists. A companion to Irish History part II, Oxford, Oxford University Press, coll. « A New History of Ireland » (no 9), , 674 p. (ISBN 9780199593064), p. 131 « Southern Uí Néill: Ua Máel Sechlainn 1030-11184  » généalogie n°5.
  4. « Annales des quatre maîtres », sur celt.ucc.ie, (consulté le )
  5. « Annales of Loch Cé », sur celt.ucc.ie, (consulté le )
  6. « Annales des quatre maîtes », sur celt.ucc.ie, (consulté le )
  7. « Annales des quatre maîtres », sur celt.ucc.ie, (consulté le )
  8. « Annales des quatre maîtres », sur celt.ucc.ie, (consulté le )
  9. « Annales d'Ulster », sur celt.ucc.ie, (consulté le )
  10. « Annales des quatre maîtres », sur celt.ucc.ie, (consulté le )
  11. « Annales de Loch Cé », sur celt.ucc.ie, (consulté le )
  12. « Annales d' Ulster », sur celt.ucc.ie, (consulté le )
  13. a et b « Annales des quatre maîtres », sur celt.ucc.ie, (consulté le )
  14. a et b « Annales de Loch Cé », sur celt.ucc.ie, (consulté le )
  15. « Annála Connacht », sur celt.ucc.ie, (consulté le )
  16. « Annála Connacht », sur celt.ucc.ie, (consulté le )
  17. « Annale de Loch Cé », sur celt.ucc.ie, (consulté le )
  18. « Annála Connacht », sur celt.ucc.ie, (consulté le )
  19. « Annála Connacht », sur celt.ucc.ie, (consulté le )
  20. « Annála Connacht », sur celt.ucc.ie, 1289 & 1290 (consulté le )


SourcesModifier

  • (en) Francis John Byrne, Irish Kings and High-Kings, Dublin, Courts Press History Classics, , 341 p. (ISBN 1-851-82-196-1).
  • (en) T.W Moody, F.X. Martin,F.J. Byrne, Maps, Genealogies, Lists. A companion to Irish History part II, Oxford, Oxford University Press, coll. « A New History of Ireland » (no 9), , 674 p. (ISBN 9780199593064), p. 131 « Southern Uí Néill: Ua Máel Sechlainn 1030-11184  » généalogie n°5 & Clan Cholmáinn Kings of Mide 766-1184 p. 195.
  • (en) Goddard Henry Orpen (Introduction de Seán Duffy), Ireland under the Normands 1169-1333, Dublin, Four Courts Press (réédition), , 633 p. (ISBN 9781846828188), p. 295,297-8,303

Lien externeModifier