Congrès du Parti communiste de l'Union soviétique

Le Congrès du Parti communiste de l'Union soviétique était la réunion des délégués du Parti communiste de l'Union soviétique. D'après les statuts du Parti, il s'agissait de l'instance suprême à la tête de toute la structure du Parti Communiste.

PrincipesModifier

Le congrès avait pour principe de réaffirmer la ligne directrice du parti, qui contrôlait l'Union Soviétique, les organes de l’État sont inférieurs à ceux du parti.

Entre deux congrès, la direction était assurée par le Comité central, dont notamment le politburo. Dans les faits, vu le délai conséquent entre deux congrès et la prééminence du comité central, le congrès est devenu quasiment honorifique, entérinant les décisions de fait. La fréquence des réunions du Congrès fut très variable : dans les années 1920, il se réunissait tous les ans, alors qu'il n'y eut aucune réunion entre 1939 et 1952 à cause de la Seconde Guerre mondiale et du fait que Staline ne tenait pas compte des délais prescrits. Après la mort de Staline, les réunions eurent lieu tous les 5 ans, permettant l'alignement avec les plans quinquennaux soviétiques. Elles se tiennent au Palais d'État du Kremlin[1]'[2].

Liste des CongrèsModifier

Numéro Date Lieu
(ville, pays)
Chef du parti Faits et décisions principales
1er (en) 1er au 3 mars 1898 Minsk, Empire russe Gueorgui Plekhanov Congrès illégal, fondation du Parti social-démocrate.
2e (en) 17 juillet au 10 août 1903 Bruxelles (Belgique), puis Londres (Royaume-Uni) Lénine Congrès marqué par la division entre les bolcheviks et les mencheviks.
3e (en) 12 au 27 avril 1905 Londres (Royaume-Uni)
4e (en) 10 au 25 avril 1906 Stockholm (Suède)
5e (en) 30 avril au 19 mai 1907 Londres (Royaume-Uni)
6e (en) 26 juillet au 3 août 1917 Petrograd
7e 6 au 8 mars 1918 Moscou (URSS, RSFSR)
8e 18 au 23 mars 1919
9e 29 mars au 5 avril 1920 Congrès marqué par la guerre civile et la politique du communisme de guerre.
10e 8 au 16 mars 1921
11e 27 mars au 2 avril 1922 Congrès marqué par les premières épurations massives au sein du parti.
12e 17 au 25 avril 1923
13e 23 au 31 mai 1924 Staline
14e (en) 18 au 31 décembre 1925 Nommé par Staline « Congrès de l'industrialisation socialiste ». Les congrès suivants abandonnèrent le rythme des réunions annuelles.
15e (en) 2 au 19 décembre 1927
16e (en) 26 juin au 13 juillet 1930
17e 26 janvier au 10 février 1934
18e (en) 10 au 21 mars 1939
19e 5 au 14 octobre 1952
20e 14 au 25 février 1956 Nikita Khrouchtchev Nikita Khrouchtchev affirme sur le plan extérieur la coexistence pacifique et critique Staline sur le plan intérieur avec le Rapport sur le culte de la personnalité et ses conséquences ou Discours secret, lançant la déstalinisation.
21e 27 janvier au 5 février 1959
22e 17 au 31 octobre 1961
23e 29 mars au 8 avril 1966 Leonid Brejnev
24e 30 mars au 9 avril 1971
25e 24 février au 5 mars 1976
26e 23 février au 3 mars 1981
27e 25 février au 6 mars 1986 Mikhaïl Gorbatchev
28e 2 juillet au 13 juillet 1990 Ultime congrès avant la fin de l'Union soviétique l'année suivante, Mikhaïl Gorbatchev lutte face aux dissidents conservateurs menés par Egor Ligatchev et aux réformateurs dirigés par Boris Eltsine, ce dernier quitta le parti le 12 juillet avec le groupe des réformateurs[3].

Liens internesModifier

RéférencesModifier

  1. Zimmerman, William, The Twenty-fifth Congress of the CPSU: Assessment and Context, Stanford University. Hoover Press, (ISBN 0817968431)
  2. Bernard Carantino et Alexis Shiray, « Le XIXe congrès du Parti communiste de l'Union soviétique. », Politique étrangère, no 5,‎ , p. 379-408 (lire en ligne)
  3. « 2-13 juillet 1990 - U.R.S.S. XXVIIIe congrès du Parti communiste », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 5 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/evenement/2-13-juillet-1990-xxviiie-congres-du-parti-communiste/