Pick up artist

(Redirigé depuis Communauté de la séduction)

La communauté de la séduction est un ensemble d’hommes hétérosexuels qui s’échangent leurs conseils et leurs techniques de séduction des femmes. Le terme de pick up artist, abrégé couramment en PUA[1] est également utilité pour représenter ce mouvement social.

Cette subculture est apparue aux États-Unis à la fin des années 1990, et existe aujourd’hui dans tous les pays occidentaux. Au sein de cette communauté, la séduction est vue comme un jeu et comme un apprentissage ; un « gars frustré moyen » est quelqu’un de timide ayant eu peu d’expériences amoureuses ou sexuelles. Au fur et à mesure de sa progression et quel que soit son physique, il aura un succès croissant auprès des femmes jusqu’à devenir un « artiste de la drague ». En ce sens, la communauté de la séduction se rattache au développement personnel.

Originellement limitée aux forums sur internet, la théorisation de la séduction se vend sous forme de livres, de DVD, de séminaires, et même de « travaux pratiques sur le terrain ».

HistoireModifier

Le terme pick up (ramasser, recueillir, prendre) dans ce contexte vient de l'argot américain et désigne le fait de faire connaissance avec une inconnue dans l'anticipation d'un rapport sexuel et date au moins des années 1970[2] et fut notamment popularisé par le magazine Pick-Up Times et le film semi-autobiographique The Pick-up Artist de James Toback[1].

Le terme Pick-Up Artist est associé a une sous-culture masculine, basée essentiellement sur le développement personnel. Celle-ci prit naissance dans les années 1980 sous l'impulsion de Ross Jeffries, coach en séduction et Programmation Neuro Linguistique[3] et de Erik Von Markovik , aka Mystery. Mais ce n'est réellement qu'à partir de la publication du livre de Neil Strauss, The Game : Les secrets d'un virtuose de la drague (The Game: Penetrating the Secret Society of Pickup Artists) en septembre 2005 et la diffusion de l'émission de télévision The Pick-up Artist sur la chaine VH1 avec Mystery et Matador" (partenaire de drague de Mystery) que le terme se répand.

Ces groupes, au départ via la création de newsgroup, appelés « lair » ont pour but de partager des connaissances ou des techniques, sans en faire un commerce[4]. En France, la communauté de séduction s'est d'abord regroupée sur des forums de discussion sur Internet à partir de 2003[4].

Principes générauxModifier

La communauté a développé une certaine théorie autour de la séduction, la considérant comme une technique scientifique[5].

Ainsi, selon la communauté, le premier principe est d’oublier la séduction romantique, à base de compliments (du type : « Ton père a volé les étoiles du ciel pour les mettre dans tes yeux »). Au contraire, une phrase un peu déstablilisante aura plus d’effet (par exemple « Sympa tes ongles, ce sont des vrais ? »). Il s'agit du "push and pull", c'est-à-dire d'un compliment immédiatement contrebalancé par une remarque déplacée)[6].

Afin de devenir un bon séducteur, les hommes doivent apprendre les traits du « mâle dominant » : se lier aisément avec d’autres personnes, être bien habillé…[6]

La communauté utilise de nombreuses expressions et acronymes pour qualifier leurs environnements, tels que :

  • Target : la cible (c'est-à-dire la fille convoitée)
  • Numclose de number, numéro de téléphone, et close pour cloture ou conclusion (d'une vente) quand le PUA obtient le numéro de téléphone
  • Kissclose de kiss, bisou qui se dit quand on obtient un baiser
  • Fclose de fuck, baiser, pour ceux qui arrivent à coucher avec la cible
  • Instant Fclose, kissclose, numclose, c'est ce qui se dit quand le close est fait dès la première rencontre
  • Push and pull : faire un compliment en y joignant une remarque déplacée. Cette technique utilise le principe de l'ascenseur émotionnel
  • Alpha Male[7], le mâle dominant, masculin, viril, celui qui attirerait le plus les femmes
  • AMOG[7], Alpha Male Other Guy, l'autre mâle dominant avec lequel le PUA est en concurrence
  • Game[7], chasse en anglais, terme utilisé pour décrire le jeu de la séduction
  • Field[7], lieu dans lequel la séduction prend place
  • Field report : rapport de drague que les membres de la communauté s'échangent entre eux
  • Openeer : aborder une fille
  • Peacocking : attirer l'attention avec des accessoires vestimentaires, en référence à "l'art de la sape"
  • AFC : débutant
  • Inner game : développement personnel
  • HB[7], Hot Babe, femme considérée comme attirante. Est souvent affixé à la mention HB le "rang" de la femme (une note sur 10) : HB10, HB9...
  • Friend zone : devenir ami avec la fille. C'est considéré comme un échec puisque selon cette théorie, cela empêche de pouvoir devenir son petit-ami

Coaching en séductionModifier

Surfant sur la vague du développement personnel, les coachs sont généralement des personnes issues de la communauté, qui proposent une offre commerciale. Chacun propose sa théorie et sa méthode sous forme d’e-book, de DVD, de séminaires, de séances pratiques sur le terrain (dans les bars, et les boîtes de nuit). Ils s’adressent en principe aux personnes ayant des difficultés à séduire[4],[5]. Certains cours sont considérés comme plus avancés, comme la drague de rue[8].

Certains coachs américains sont mondialement connus.

Ross Jeffries, reconnu comme le fondateur de la communauté, a créé la « Speed Seduction ». Il se base sur la programmation neuro-linguistique. Cependant il a rarement été vu à l’œuvre, et ses techniques sont parfois qualifiées de manipulation[9].

Mystery est le théoricien de la séduction. Auteur de livres (The Mystery Method: How to Get Beautiful Women into Bed) et de DVD, il a mis au point une méthode qui consiste à approcher une « cible » alors qu’elle est dans un groupe. Tandis qu’il se rend intéressant auprès du groupe, il ignore la cible, puis lui donne l’occasion de se mettre en valeur. Plus tard il s’arrange pour la sortir du groupe, et à créer une tension sexuelle. Il a également prévu diverses solutions pour éviter la « résistance de dernière minute ». Dans The Game, il est présenté comme une personne en manque affectif, incapable de construire une relation ; il a fait plusieurs dépressions et un séjour en hôpital psychiatrique. Il intervient dans l'émission The Pickup Artist (en)[10].

David DeAngelo est un ancien élève de Ross Jeffries. Selon lui les hommes ne doivent pas être gentils et romantiques, mais plutôt décidés et provocateurs ; les femmes devront alors entrer dans le jeu afin de séduire un homme qui sera pour elle le gros lot. Il conseille aux hommes d’être « macho marrant »[11].

Neil Strauss est un élève de Mystery, notamment connu pour avoir écrit The Game. Journaliste au New York Times, il se décrit lui-même comme un ancien timide au physique ingrat. Il a pourtant eu de nombreuses conquêtes et a créé ses propres techniques[12].

Les coachs français préfèrent en général délaisser le côté technique, et présentent la séduction comme un art, s’inspirant des figures du dandy ou du gentleman[4],[5],[13].

Roosh V écrit la «Bang» série de guides touristiques concernant la séduction de filles des variés pays.[14]

DébatsModifier

Neil Strauss dénonce lui-même, dans The Game, la tendance à la déshumanisation de la séduction[6].

Les féministes réfutent l’idée selon laquelle les femmes sont « programmées » pour être attirées par certaines caractéristiques chez les hommes et dénoncent l’« inhumanité » de ces pratiques[15]. De plus, l'opinion selon laquelle les hommes et les femmes seraient fondamentalement différents se trouve contredite au niveau académique par les travaux en études de genre[5].

Inversement, l’étrange mélange de dandisme et de machisme de certains coach de la communauté serait une réponse au féminisme, qui obligerait les hommes à s’organiser, et à ne plus rester dans une séduction traditionnelle. Cette idée fut développée en France notamment par Alain Soral dans Sociologie du dragueur et Vers la féminisation ? ou bien encore par Éric Zemmour dans Le Premier Sexe[16].

Les formateurs (« coachs ») en séduction se voient reprocher de profiter de personnes frustrées, prêtes à payer des formations allant jusqu’à 8 000 euros[4].

Références à la communautéModifier

  • Dans l'épisode 7 de la première saison de Friends, Joey Tribbiani va populariser le concept de « Friend zone ».
  • Magnolia (1999) où le personnage joué par Tom Cruise aurait été inspiré par Ross Jeffries[9].
  • Confession d'un dragueur, film de 2001 réalisé par Alain Soral, met en scène un ensemble de pratiques de drague de rue.
  • Hitch, film de 2005, met en scène un coach en séduction.
  • L'École des dragueurs (School of Scoundrels) est un film de 2006, remake d'un film britannique de 1960, reprend le principe du coach en séduction. Même si ce film est un remake, il est tourné à un moment où le sujet est à la mode.
  • Les Experts : Miami, dans l'épisode 4-12, fait référence à une séance de coaching sur le terrain, c'est-à-dire, dans un bar. Les apprentis dragueurs, utilisent des techniques comparables à celles enseignées par les coach, mais le ton de l'épisode est réducteur. L'épisode est nommé The Score, ce qui est une référence à The Game. Le titre lui-même est réducteur, sous-entendant qu'un séducteur n'est intéressé que par son score, et non par l'aspect ludique de la séduction.
  • Dans How I Met Your Mother, Barney Stinson est un séducteur utilisant un certain nombre de techniques pour conclure avec ses cibles. Il pratique notamment les tours de magie, comme Mystery.
  • Let the Game Begin (en) est un film américain sorti en mai 2010. D'après la bande annonce, il aurait comme acteur Zan Perrion, coach en séduction, dans son propre rôle. L'histoire raconte la vie d'un cadre qui se fait plaquer par sa femme. Il voit sa vie changer quand son cousin l'introduit dans la communauté[17].
  • We Need to Talk About Kieran (en) est un film anglais sorti en janvier 2011, où le coach Richard La Ruina, dit « Gambler », joue son propre rôle[18].
  • L'Arnacœur, film français sorti en 2010, met en scène un briseur de couple utilisant des techniques de séduction[19].
  • L'Art de séduire, film français sorti en 2011.
  • Crazy, Stupid, Love, film américain sorti en 2011.
  • Dans Esprits criminels, dans l'épisode 9 de la saison 4, un tueur en série a suivi un cours de séduction auprès d'un coach, pour séduire ses victimes.
  • Dans Philadelphia, dans l'épisode 10 de la saison 5, intitulé "The D.E.N.N.I.S. System", le personnage, Dennis Reynolds, invente un système de séduction.
  • Dans la série Mentalist, dans l'épisode 14 de la saison 1, intitulé Rouge de désir, une enquête implique un "pick-up artist" nommé Paul, qui révèle certaines de ses techniques.
  • Dans The Closer : L.A. enquêtes prioritaires, dans l'épisode 6 de la saison 5, Mark Bernstein, alias "Intrigue", un coach qui donne des conseils de séduction sur Internet, est tué alors qu'il sortait de l'appartement de l'une de ses nombreuses conquêtes[20]
  • Dans The Big Bang Theory, The Venture Bros., et Parks and Recreation des termes de la communauté sont utilisés.
  • Dans Les Simpson et Les Griffin, des "docteurs" en séduction apparaissent.
  • Dans Castle (épisode 11 de la saison4) : Kate et Richard enquêtent sur le meurtre d'un PUA.[21]
  • Dans Jour J : François-Xavier Demaison joue le rôle d'un PUA[22].

Notes et référencesModifier

  1. a et b Strauss, Neil (2005). The Game : Les secrets d'un virtuose de la drague (The Game: Penetrating the Secret Society of Pickup Artists). ReganBooks. (ISBN 0-06-055473-8)
  2. "pickup". The American Heritage Dictionary of the English Language Fourth Edition. 2000. Retrieved on 26 août 2007
  3. Magazine ISA, n°83, avril 2007, page 84.
  4. a b c d et e Christophe Payet, « Coaching : devenez séducteur pour 8000 euros », sur Rue89,
  5. a b c et d Roch Mollero, « Communauté de la séduction : « Devenir un entrepreneur de sa propre existence » », sur nouvelobs.com,
  6. a b et c Roch Mollero, « Les « Pick-Up Artists », pionniers de la drague moderne ? », sur nouvelobs.com,
  7. a b c d et e Art de Séduire, « Lexique de la Séduction », sur Art de Séduire : Séduction, (consulté le 17 janvier 2019)
  8. Roch Mollero, « La drague de rue, un sport extrême ? », sur nouvelobs.com,
  9. a et b Roch Mollero, « Ross Jeffries, fondateur de la "Speed Seduction" », sur nouvelobs.com,
  10. Roch Mollero, « Mystery, la séduction érigée en science », sur nouvelobs.com,
  11. Roch Mollero, « David deAngelo, le macho marrant », sur nouvelobs.com,
  12. Roch Mollero, « Neil Strauss, le roi des "dragueurs non-naturels" », sur nouvelobs.com,
  13. Roch Mollero, « Êtes-vous un séducteur "chat" ou un séducteur "chien" ? », sur nouvelobs.com,
  14. (en) Baker, Katie J.M., « Cockblocked by Redistribution: A Pick-up Artist in Denmark », Dissent, fall 2013
  15. (en) Andrew Johnson, « Passing on 'foolproof' pick-up tips. Is this 'grooming' for adults? », The Independent,
  16. Vincent Glade, « La «Communauté de la séduction», le Fight Club de la drague », Slate (magazine),
  17. (en) Let the Game Begin sur l’Internet Movie Database
  18. (en) Let the Game Begin sur l’Internet Movie Database
  19. (en) L'Arnacœur sur l’Internet Movie Database
  20. « FRANCE 2 - Programmes, vidéos et replay - Pluzz FRANCE 2 », sur France2.fr (consulté le 22 juillet 2020).
  21. « Film de séduction : 15 films à voir absolument sur la séduction », sur Diary of a French PUA, (consulté le 22 juillet 2020).
  22. « Film de drague : une sélection de 10 films à voir absolument ! », sur Diary of a French PUA, (consulté le 22 juillet 2020).

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Fabrice Julien, La vérité (qui dérange) sur les relations hommes/femmes, 2013