Ouvrir le menu principal
Une collision frontale de deux voitures.

Une collision frontale est une collision qui voit les extrémités avant de deux véhicules se percuter en premier.

Ce type de collision est extrêmement dramatique en raison de l'énergie générée par le choc. Pour cette raison, les véhicules devant circuler vite bénéficient de routes à chaussées séparées, notamment autoroute ou route express, qui sont censées éviter les chocs frontaux.

Sur les routes dont les chaussées ne sont pas séparées, certaines autorités internationales recommandent de rouler à des vitesses plus réduites.

Par ailleurs, la sécurité active et certains systèmes anti-collision permettent de réduire les collisions frontales par des alertes données en temps réel.

Dans certains pays, les collisions frontales représentent environ 20 % de la mortalité routière[1].

Exemples de collisions frontales :

HistoireModifier

En 1968, en France, il est constaté que le risque de collision frontale dépend du nombre et de la largeur des voies[2].

 

Énergie du chocModifier

L'énergie du choc qui n'est pas la somme des vitesses des deux véhicules. Une dispersion d'énergie se produit. La vitesse à laquelle les véhicules se sont choqués compte. Ainsi, dans le cas où deux véhicules identiques arrivent face à face, chacun à une vitesse identique, mais dans le sens contraire, l'énergie du choc produite par chaque véhicule est équivalente à l'énergie du choc contre un mur à cette vitesse donnée par chacun des véhicules.

En pratique, il est peu probable que les deux véhicules aient la même masse, la même vitesse et les mêmes caractéristiques d’absorption du choc. Ceci signifie que pour l'un des deux véhicules, l'énergie du choc est supérieure à l'énergie du choc contre un mur.

FranceModifier

En France, en 2017 et 2018, 2563 et 2556 collision frontales hors agglomération hors autoroute ont tué 536 et 545 personnes.

Collision frontales par type de réseaux
 
 
sources ONISR 2018

Articles connexesModifier

RéférencesModifier