Ouvrir le menu principal

Col du Coq
Image illustrative de l’article Col du Coq
Sommet du col depuis le versant nord-ouest.
Altitude 1 434[1] m
Massif massif de la Chartreuse (Alpes)
Coordonnées 45° 18′ 09″ nord, 5° 50′ 12″ est[1]
PaysDrapeau de la France France
ValléeGrésivaudan
(sud-est)
Vallée du Guiers-Mort
(nord-ouest)
Ascension depuisSaint-Nazaire-
les-Eymes
Saint-Pierre-
de-Chartreuse
Déclivité moy.8,5 % 5,5 %
Déclivité max.10 % 16 %
Kilométrage12,8 km 12 km
AccèsD30E route
Fermeture hivernale décembre-février

Géolocalisation sur la carte : Isère

(Voir situation sur carte : Isère)
Col du Coq

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Col du Coq

Le col du Coq est un col du massif de la Chartreuse situé à 1 434 mètres d'altitude qui relie Saint-Pierre-de-Chartreuse au nord-ouest à Saint-Pancrasse au sud-est.

Sommaire

ToponymieModifier

Le nom Coq provient du substantif de l'ancien français cuchet, lui-même issu du gaulois kukka, désignant un sommet de forme arrondie. Il n'a donc pas de rapport avec la présence du Tétras lyre ou coq de bruyère[2].

GéographieModifier

 
Vue de la dent de Crolles et du col et habert des Ayes depuis le col du Coq.

Le col du Coq se situe entre le Bec Charvet (1 778 m) et le mont Pravouta (1 760 m), au sud-ouest de la Dent de Crolles (2 062 m), dont il est le principal point d'accès par le col des Ayes.

HistoireModifier

Le col du Coq possédait une petite station de ski ouverte en 1967. Celle-ci était composée de trois téléskis : téléski du Chalet, téléski de la Prairie et téléski du Bec Charvet. À la suite de problèmes entre le propriétaire et l'exploitant du domaine, les infrastructures furent laissées à l'abandon à partir de 1995. En 2012, l'association Mountain Wilderness, avec l'aide de bénévoles, démonta les appareils désaffectés.

De à l'été 2019, l'accès au col du Coq par la route depuis Saint-Hugues-de-Chartreuse n'a pas été possible, un tronçon ayant été emporté par le ruisseau de l'Orme à la suite d'un glissement de terrain[3].

ActivitésModifier

Une école d'escalade se trouve à 5 minutes du col. Un des abris les plus proches est le habert de Pravouta (15 places).

CyclismeModifier

 
Lacets du col de Coq vus depuis l'ascension de la dent de Crolles. Vue sur Chamechaude (2 082 m) plus haut.

Le Tour de France a emprunté ce col, classé 1re catégorie, lors de la 17e étape du Tour de France 1984 entre Grenoble et L'Alpe d'Huez, avec un passage en tête de l'Espagnol Ángel Arroyo, puis lors de la 20e étape du Tour de France 1987 entre Villard-de-Lans et L'Alpe d'Huez, avec cette fois un passage en tête du Français Denis Roux[4].

Rallye automobileModifier

Le col a souvent été emprunté dans le cadre du Tour de France automobile dans les années 1970 à 1980.

Protection environnementaleModifier

Les prairies et forêts du col du Coq sont classées dans une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique de type I[5]. C'est un site de nidification du Tétras lyre. Dans les prairies on rencontre aussi le papillon apollon.

Le col du Coq, jusqu'au mont Pravouta (1 760 m) au nord, est déclaré en espace naturel sensible (ENS) afin de protéger la flore alpine et la faune sauvage[2].

Depuis 2011, l'accès en hiver au col via Saint-Pancrasse est interdit aux véhicules motorisés afin de pas perturber la nidification du Tétras lyre.

AnnexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Coordonnées identifiées à l'aide de Géoportail et carte IGN à l'échelle 1:20 000
  2. a et b Le col du Coq - A la découverte des prairies d’altitude.
  3. « Quel avenir pour la route du col du Coq en Isère ? », France 3 Auvergne-Rhône-Alpes,‎ (lire en ligne, consulté le 5 août 2018)
  4. Le dico du Tour - Le col du Coq dans le Tour de France depuis 1947.
  5. « Prairies et forêts du col du Coq », Inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique.

Sur les autres projets Wikimedia :