Clippiacum

ancienne villa royale
Plan du terroir de St-Denis en France et des paroisses de La Chapelle d'Aubervilliers, de la Cour Neuve, de Stains, de Pierrefitte, de Villetaneuse, d'Epinay et St-Ouen. Auteur : Charles Inselin. Graveur. Sur la droite, on peut voir le Château de Saint-Ouen.

La villa Clippiacum (Clippiacum Villa Regalis, Palatium Clippiacum[1]. Au XIIe siècle Clichiacum) est une ancienne villa royale située sur les territoires de Clichy et de Saint-Ouen-sur-Seine, en Seine-Saint-Denis[2],[3], centrée sur le quartier du Vieux Saint-Ouen, où se trouve l'actuelle église Saint-Ouen-le-Vieux[4],[5]. Élevé sur un promontoire de quelques mètres, habité depuis le Paléolithique moyen[6], et où poussent quelques pieds de vigne, l'endroit domine la Seine. Toutes proches, la rue Saint-Denis se dirige vers l'abbaye du même nom, et la rue du Landy va vers Aubervilliers.

ToponymieModifier

Deux thèses s'affrontent quant à l'origine du nom:

  • L'existence supposée d'un propriétaire gallo-romain, dont le nom aurait donné en latin domaine de Cleppius[7]
  • Selon Léopold Pannier et Vagandard, faisant référence au monticule où est sise l'église, il s'agirait de la racine germanique, "Klippe" (falaise, écueil) à laquelle aurait été ajouté le suffixe gallo-romain "acum"[4].

Palais mérovingienModifier

Clotaire II, père de Dagobert Ier, y installe sa résidence principale et sa Cour depuis 614. Judicaël, roi des Bretons, vient en 636 se soumettre à Dagobert[8]. De nombreux actes et diplômes des rois mérovingiens sont signés à cet endroit (datum Clipiaco)[9]. Saint Ouen y meurt le , et une chapelle est bâtie à sa mémoire, à laquelle se rendent les premiers pèlerins.

Mais le déclin frappe Clippiacum, et en 741[10], Charles Martel fait présent à l'Abbaye de Saint-Denis[11] de ce qui reste de la villa: une chapelle dont on ne sait rien, des terres et quelques cabanes de pêcheurs et de vignerons. La villa est mentionnée une dernière fois lorsqu'en 781, Charlemagne y signe une charte[12]. Le village est encore recensé dans les biens de l’abbaye de Saint-Denis en 832[13].

Résidence royale au Moyen ÂgeModifier

À cette époque, la villa mérovingienne a disparu. En 1193, Philippe Auguste donne à Gaucher III de Châtillon une grande partie des terres de la villa[14]. En 1285, un manoir est acheté sur ce domaine par Guillaume de Crépy, clerc des archives royales de Philippe III le Hardi[15]. Charles de Valois l'acquiert par spoliation en 1299, et y fait faire des travaux de construction[16]. Ce manoir est par la suite fréquenté par Philippe IV le Bel[17]. Jean le Bon hérite du domaine qu'il baptise la Noble-Maison[18], et y fonde l'Ordre de l'Étoile en 1352.

L'ordre étant sur le déclin, en 1482, Louis XI fait don du palais aux moines de l'Abbaye de Saint-Denis[19].

Au XVIIIe siècle, on perd trace des bâtiments royaux et seigneuriaux.

Ancien RégimeModifier

 
Le Vieux-Saint-Ouen, sur l'emplacement de la villa Clippiacum, sur la carte Cassini de 1756

Sans reprendre son statut de domaine royal, l'emplacement conserve des lieux de pouvoir, ainsi le château de Saint-Ouen à l'ouest de la rue du Landy.

Une autre demeure a marqué cet endroit de sa présence: Sous Louis XVI, Jacques Necker acquiert des créanciers du prince de Soubise une grande maison à proximité de l'église, au bord de la Seine, et qui, construite vers 1743 et appelée à l’époque Château Sainte-Anne[20], avait aussi appartenu au duc de Gesvres[21]. La rue des Châteaux à Saint-Ouen-sur-Seine en conserve le souvenir[22].

Vers 1825, le baron Ternaux rachète cette demeure et son terrain et y fait bâtir une manufacture[23]. On dit qu'en bâtissant la maison du précédent propriétaire, un certain Doria ou Dauriac, on y aurait trouvé vers 1750 une pierre sur laquelle était gravé Ici s’élevait la maison de Dagobert. Par la suite, la bâtisse, localement surnommée "Petit-Château" ou "Château-Necker" sera acquise par Alexandre Legentil qui l'offrira aux Oblats de Saint François de Sales. Son emplacement est aujourd'hui occupé par l'Institut supérieur de mécanique de Paris.

RéférencesModifier

  1. Histoire et recherches des antiquités de la ville de Paris, Volume 2, Henri Sauval, 1724
  2. Louis Courajod. La noble maison de Saint-Ouen, la villa Clippiacum et l'Ordre de l'Étoile, par Léopold Pannier, Bibliothèque de l'école des chartes, 1872, vol. 33, no 1, p. 507-509
  3. La noble-maison de Saint-Ouen, la villa Clippiacum et l'ordre de l'Étoile : d'après les documents originaux, Léopold Pannier, 1872
  4. a et b Clippiacum
  5. Vie de Saint-Ouen, abbé E. Vagandard, 1902
  6. Histoire de la paroisse Saint-Ouen
  7. Histoire de la commune de Clichy-la-Garenne. Étymologie partagée avec Clichy-sous-Bois
  8. Paroisse Saint-Vincent de Paul - Église catholique de Clichy-la-Garenne
  9. Table chronologique des diplômes, chartes, titres et actes imprimés concernant l'Histoire de France, Louis George Oudard Feudrix de Bréquigny, Imprimerie Royale, 1769
  10. Histoire de la ville et de tout le diocèse de Paris, Abbé Jean Lebeuf, 1754
  11. Histoire de l'abbaye de S. Denys en France: contenant les antiquitez d'icelle, les fondations, prerogatives & privileges : ensemble les tombeaux et épitaphes des Roys, Reynes, Enfans de France, et autres signalez personnages qui s'y trouvent jusques a présent : le tout recueilly de plusieurs histoires, bulles des papes, et chartes des roys, princes, et autres documens authentiques, Volume 2, Jacques Doublet, 1625
  12. Histoire de l'ancien Clichy et de ses dependances depuis les origines jusqu'en 93, C Narbey, 1908
  13. Sant-Ouen tourisme: Sites remarquables
  14. Histoire de la commune de Clichy-la-Garenne
  15. Delaborde Henri-François. Les archives royales depuis la mort de saint Louis jusqu'à Pierre d'Étampes. In: Bibliothèque de l'école des chartes. 1908, tome 69. p. 289-302.
  16. Saint-Ouen au fil de l'eau
  17. Histoire de la commune de Saint-Ouen
  18. Nouvelle description des environs de Paris: contenant les détails historiques & descriptifs des maisons royales, Jacques-Antoine Dulaure, 1787
  19. Dictionnaire historique, critique, politique et moral des Bénéfices, Hennique de Chevilly, chez Couturier, imprimeur et libraire, 1778
  20. Saint-Ouen Château Sainte-Anne. Ex-collège des R. R. P. P. Oblats", vue de la façade sur cour et des communs du château de Rohan
  21. Correspondance de Buffon, 12 septembre 1776
  22. Rue Ternaux
  23. Itinéraire historique, géographique, topographique, statistique, pittoresque et biographique de la vallée de Montmorency, Louis Victor Flamand-Grétry, 1835