Claude Wiseler

homme politique luxembourgeois

Claude Wiseler
Illustration.
Claude Wiseler en .
Fonctions
Président national du Parti populaire chrétien-social luxembourgeois
En fonction depuis le
(1 an, 9 mois et 3 jours)
Prédécesseur Frank Engel
Député luxembourgeois
En fonction depuis le
(9 ans, 1 mois et 22 jours)
Élection
Réélection
Circonscription Centre
Législature 33e et 34e
Groupe politique CSV

(5 ans et 17 jours)
Élection
Réélection
Circonscription Centre
Législature 30e
Groupe politique CSV
Successeur Martine Stein-Mergen
Ministre du Développement durable et des Infrastructures

(4 ans, 4 mois et 11 jours)
Premier ministre Jean-Claude Juncker
Gouvernement Juncker-Asselborn II
Prédécesseur Fernand Boden (Développement rural)
Successeur François Bausch
Ministre de la Fonction publique, de la Réforme administrative et des Travaux publics

(4 ans, 11 mois et 22 jours)
Premier ministre Jean-Claude Juncker
Gouvernement Juncker-Asselborn I
Prédécesseur Lydie Polfer (Fonction publique et Réforme administrative)
Erna Hennicot-Schoepges (Travaux publics)
Successeur François Biltgen (Fonction publique et Réforme administrative)
Biographie
Date de naissance (62 ans)
Lieu de naissance Luxembourg-Ville (Luxembourg)
Nationalité Luxembourgeoise
Parti politique CSV
Conjoint Isabel Wiseler-Lima
Diplômé de Athénée de Luxembourg
université Paris III
Profession professeur de lettres

Claude Wiseler, né le à Luxembourg (Luxembourg), est un homme politique luxembourgeois, secrétaire-général du Parti populaire chrétien-social (CSV) de 1995 à 2000.

Membre de la Chambre des députés de 1999 à 2004 puis depuis 2013, il fait son entrée au gouvernement comme ministre de la Fonction publique, de la Réforme administrative et des Travaux publics de 2004 à 2009 puis il est reconduit dans le gouvernement de Jean-Claude Juncker en tant que ministre du Développement durable et des Infrastructures de à .

BiographieModifier

FamilleModifier

Né le , Claude Wiseler, fils d'enseignants, est originaire de la capitale où il passe son enfance dans le quartier de Belair[1]. Devenu professeur de lettres, il épouse Isabel Lima Dos Santos, également professeur de lettres mais dans le privé, future élue au conseil communal et échevine de la capitale. Aux élections européennes de 2019, son épouse est tête de liste pour les chrétiens-sociaux et obtient un siège d'eurodéputé au Parlement européen, un autre siège étant remporté par Christophe Hansen[2]. Claude et Isabel Wiseler ont trois enfants, deux fils et une fille.

FormationModifier

Après avoir obtenu son diplôme de fin d'études secondaires, à l'Athénée de Luxembourg, section littéraire, Claude Wiseler poursuit ses études à l'université Paris III (Sorbonne-Nouvelle) où il se consacre aux lettres françaises et décroche sa maîtrise. Rentré au Luxembourg, il se présente avec succès au concours de recrutement donnant accès au 3e cycle de formation, d'une durée de trois ans, cycle débouchant sur le professorat « de l'enseignement secondaire et supérieur » (comparable à l'agrégation française). Il réussit toutes les épreuves théoriques, pratiques, générales et particulières de ce cycle, y compris le mémoire scientifique (L'action et la politique dans l'œuvre de Pierre Drieu La Rochelle, 1985, 383 p.) et le mémoire pédagogique.

Carrière professionnelleModifier

Il est assermenté en 1986 et affecté, dans un premier temps, au Lycée technique du Centre à Luxembourg-Limpertsberg. Peu de temps après, le ministre de l'Éducation nationale de l'époque, Fernand Boden, le prend à son service en tant que professeur attaché (1987-1992). Claude Wiseler suit du reste ledit ministre lorsque ce dernier devient titulaire des ressorts ministériels de la Famille, de l'Environnement et du Tourisme. Claude Wiseler, alors conseiller de gouvernement, occupe une partie de ces années de détachement de l'enseignement effectif à la préparation et à la soutenance (à Paris, en 1989) d'une thèse de doctorat ès lettres portant sur « Deux écrivains devant l'action et la politique : Pierre Drieu la Rochelle et Antoine de Saint-Exupéry »[3]. Ayant confirmé son goût pour la politique, Claude Wiseler ne retourne pas dans l'enseignement, mais se consacre désormais pleinement à la vie politique.

Parcours politiqueModifier

Politique localeModifier

Membre du Parti populaire chrétien-social depuis 1984, il en est le secrétaire-général de 1995 à 2000. Il est également membre du conseil communal de la ville de Luxembourg pendant plusieurs années de 2000 à 2004 puis comme échevin de 2000 à 2004.

Politique nationaleModifier

Il fait son entrée au parlement pour la circonscription Centre à la suite des élections législatives de 1999. Réélu dans la même circonscription aux législatives de 2004, il est contraint de quitter sa fonction lors de sa nomination au gouvernement. Depuis que son parti a rejoint l'opposition à la suite des élections législatives anticipées d'octobre 2013, il est le chef de file des chrétiens-sociaux en disposant du plus grand groupe politique à la Chambre sous les gouvernements dirigés par Xavier Bettel. En , peu après son échec aux élections législatives, il cède, à l'ouverture de la nouvelle législature, sa place de chef de groupe parlementaire à Martine Hansen qui est élue par un vote de quinze voix pour, trois voix contre et une abstention[4]. Il est membre de plusieurs commissions à la Chambre, il préside notamment celle du Contrôle parlementaire du Service de Renseignement de l'Etat et est vice-président de celle des Finances et du Budget de 2014 à 2018[5].

Il est nommé ministre de la Fonction publique, de la Réforme administrative et des Travaux publics du [6],[7] au [8],[9] dans le gouvernement Juncker-Asselborn I, puis ministre du Développement durable et des Infrastructures du au [10] dans le gouvernement Juncker-Asselborn II.

En , il dépose sa candidature pour l'élection à la présidence de son parti[11].

DécorationModifier

Notes et référencesModifier

  1. Geneviève Montaigu, « [Souvenirs de vacances] Les vacances de Claude Wiseler », Le Quotidien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. Thierry Raizer, « Isabel Wiseler-Lima va quitter son poste d’échevin », Paperjam News,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. Claude Wiseler, « Deux écrivains devant l'action et la politique : Pierre Drieu La Rochelle et Antoine de Saint-Exupéry », sur http://www.theses.fr/, (consulté le ).
  4. « Martine Hansen prend la tête de la fraction du CSV », Luxemburger Wort,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. « Fiche signalétique de Claude Wiseler », sur https://chd.lu/ (consulté le ).
  6. « Arrêté grand-ducal du 31 juillet 2004 portant nomination de Monsieur Jean ASSELBORN à la fonction de Vice-Premier Ministre et Madame Mady DELVAUX-STEHRES, Monsieur Jeannot KRECKE, Monsieur Mars DI BARTOLOMEO, Monsieur Lucien LUX, Monsieur Jean-Marie HALSDORF, Monsieur Claude WISELER et Monsieur Jean-Louis SCHILTZ à la fonction de Ministre », sur http://legilux.public.lu/, Mémorial, (consulté le ).
  7. « Arrêté grand-ducal du 31 juillet 2004 portant attribution des compétences ministérielles aux Membres du Gouvernement », sur http://legilux.public.lu/, Mémorial, (consulté le ).
  8. « Arrêté grand-ducal du 23 juillet 2009 portant reconduction dans leur fonction de Ministre de Madame Marie-Josée JACOBS, Madame Mady DELVAUX-STEHRES, Monsieur Luc FRIEDEN, Monsieur François BILTGEN, Monsieur Jeannot KRECKÉ, Monsieur Mars DI BARTOLOMEO, Monsieur Jean-Marie HALSDORF et Monsieur Claude WISELER », sur http://legilux.public.lu/, Mémorial, (consulté le ).
  9. « Arrêté grand-ducal du 23 juillet 2009 portant attribution des compétences ministérielles aux membres du Gouvernement. », sur http://legilux.public.lu/, Mémorial, (consulté le ).
  10. « Arrêté grand-ducal du 4 décembre 2013 accordant démission honorable à Monsieur Claude WISELER, Ministre », sur http://legilux.public.lu/, Mémorial, (consulté le ).
  11. « Claude Wiseler prêt à reprendre le flambeau », RTL 5minutes,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. « Compte rendu des séances publiques N° 17 – Session ordinaire 2003-2004 », sur https://www.chd.lu/ (consulté le ).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier