Claude Nicaise

abbé, érudit

Claude Nicaise, connu sous le nom d'Abbé Nicaise, (1623-1701) est un prêtre et érudit français.

Claude Nicaise
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Autres informations
Religion

BiographieModifier

Né à Dijon, il était chanoine de la Sainte-Chapelle de cette ville. Il voyagea en Italie pour étudier les antiquités et les arts, et entretint pendant les vingt dernières années un commerce de lettres très étendu avec les principaux savants de l'époque, dont Gottfried Wilhelm Leibniz, Pierre-Daniel Huet, Pierre Bayle, Jacques-Bénigne Bossuet, Armand Jean Le Bouthillier de Rancé, etc.

On n'a de lui que de courts écrits, consacrés pour la plupart à des points d'antiquité. Sa correspondance est conservée manuscrite à la Bibliothèque nationale de France en 5 volumes in-4°. Victor Cousin a imprimé sa Correspondance avec Leibnitz sur l'amour de Dieu dans ses Fragments philosophiques.

On lui attribue la première utilisation du mot « romantique » dans la littérature française : « Que dites-vous, Monsieur, de ces pastoureaux, ne sont-ils pas bien romantiques ? » (1694).

Il meurt à Villey-sur-Tille où il est inhumé le 20 octobre 1701[1].

SourcesModifier

RéférencesModifier

  1. M. E. Garnier, « Deux statues de Jean Dubois dans l'église de Villey-sur-Tille et généalogie des Nicaise », Mémoires de la Commission des antiquités du département de la Côte-d'Or,‎ , p. 116-1119