Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nansen.
Frégates de classe Nansen.

La classe Nansen est une série de cinq frégates dédiées à la lutte anti-sous-marine en service au sein de la Marine royale norvégienne. Elle remplace la classe Oslo et porte le nom de l'explorateur norvégien Fridtjof Nansen, attribué au premier navire de la série, le KNM Fridtjof Nansen. Les bateaux sont fabriqués en Espagne par les chantiers navals de l'entreprise Navantia.

Sommaire

CaractéristiquesModifier

Longue de 133,25 mètres, ayant une largueur de 16,8 m, un tirant d'eau de 5,15 m et un tirant d'air de 32,25 m et affichant un déplacement de 5 290 tonnes en charge, cette classe de bâtiment armé par 122 marins peut atteindre la vitesse de 26 nœuds.

Elle est dotée notamment de 32 missiles surface-air RIM-162 ESSM dans huit silos d'un système de lancement verticaux Mark 41 avec la capacité de recevoir huit autres silos, de huit missiles antinavire Naval Strike Missile embarqués à partir de 2012, d'un canon Otobreda compact SR de 76 mm, de quatre mitrailleuses Browning M2 pouvant être installées des tourelles Sea Protector (une à l'origine) , de quatre tubes lance-torpilles Sting Ray et de deux canons à son. Des emplacements sont réservés pour recevoir éventuellement un système d'arme rapproché ou un canon de 40 mm et un bruiteur remorquée Nixie.

L’équipement électronique comprend notamment un dérivé système de combat Aegis avec un radar tridimensionnel à balayage électronique à quatre faces planes SPY-1F américain n'ayant qu'une capacité de défense aérienne locale, deux radars de conduite de tir SPG-62, deux radars de navigation Litton Industries, un sonar de coque Thales Spherion MRS 2000 et un sonar remorqué Thales Captas 2[1].

Elle embarque un hélicoptère NHIndustries NH90[2] (6 exemplaires commandés) depuis 2015[3].

HistoriqueModifier

Cette classe a été commandée le 23 juin 2000 pour remplacer les frégates de la classe Oslo. Le coût total du « programme Nansen » est d'environ 21 milliard de couronnes norvégiennes[4] soit 4 milliard par navire[5] (ou environ 300 millions d'euros l'unité[6]).

Cinq navires sont construits à Ferrol en Espagne par la société Navantia : le KNM Fridtjof Nansen, le KNM Roald Amundsen, le KNM Otto Sverdrup, le KNM Helge Ingstad et le KNM Thor Heyerdahl et 6 blocs ont été réalisés par les chantiers Bergen Yards de Bergen et Aker de Florø en Norvège pour chacun de ces bateaux ayant treize tranches. Ces bâtiments ont connu quelques problèmes de mise au point à la suite notamment d'une corrosion prématurée[1].

Le , vers h du matin GMT, le KNM Helge Ingstad est entré en collision avec le pétrolier sous pavillon maltais de 62 000 t Sola TS dans le fjord Hjeltefjorden (en) (comté de Hordaland)[7]. Pour éviter son naufrage, la frégate est volontairement échouée près de la côte par l'équipage qui est entièrement évacué. L'accident fait huit blessés légers, le navire étant désormais hors-service[8].

Article détaillé : KNM Helge Ingstad#Accident de 2018.

Liste des naviresModifier

Les navires sont nommés en l'honneur des explorateurs Fridtjof Nansen, Roald Amundsen, Otto Sverdrup, Helge Ingstad et Thor Heyerdahl.

Navires de la classe Fridtjof Nansen
no coque Nom Commande Mise en chantier Lancement Entrée en service actif Retrait de service actif
F310 KNM Fridthof Nansen 23 juin 2000 9 avril 2003 3 juin 2004 5 avril 2006
F311 KNM Roald Amundsen 23 juin 2000 3 juin 2004 25 mai 2005 21 mai 2007[9]
F312 KNM Otto Sverdrup 23 juin 2000 25 mai 2005 28 avril 2006 30 avril 2008[10]
F313 KNM Helge Ingstad 23 juin 2000 28 avril 2006 23 novembre 2007 29 septembre 2009 Hors service 8 novembre 2018
F314 KNM Thor Heyerdahl 23 juin 2000 23 novembre 2007 11 février 2009 18 janvier 2011


Notes et référencesModifier

  1. a et b Bernard Prézelin, Flottes de combat 2012, Éditions maritimes et d'outre-mer, , 1468 p. (ISBN 9782737350214), p. 1009.
  2. Vincent Groizeleau, « Heurtée par un tanker, une frégate norvégienne chavire », sur Mer et Marine, .
  3. (en) « Fridtjof Nansen-class », sur Marine royale norvégienne, (consulté le 10 novembre 2018).
  4. (no) « NRK: – Milliardfregatten var ikke forsikret », Synnøve Gjerstad sur tv2.no, consulté le 11 novembre 2018.
  5. (no) « Fregatten til 4 milliarder er laget for å jakte ubåter – i dag kolliderte den med et tankskip », Lars Barth-Heyerdahl sur tv2.no, consulté le 11 novembre 2018.
  6. (en) « See photos of Norway’s badly damaged €300 million warship », Thomas Nilsen, The Barents Observer, 10 novembre 2018.
  7. « Une frégate menace de couler après une collision en Norvège », sur La Croix,
  8. (en) « Norwegian frigate damaged in collision with tanker, Update frigate to blame VIDEO », sur http://maritimebulletin.net/, (consulté le 8 novembre 2018).
  9. Norwegian Defence Force official website: Første seilas med F311 « https://web.archive.org/web/20070930221055/http://www.mil.no/sjo/start/article.jhtml?articleID=142767 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), (no)
  10. Tredje fregatt på norske hender Norwegian Defence Force official website « https://web.archive.org/web/20080502190111/http://www.mil.no/start/aktuelt/article.jhtml?articleID=160981 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), (no)