Cinéma caribéen

Le cinéma caribéen, qui inclut les films issus de producteurs ou réalisateurs des Caraïbes, relève d'une réflexion sur « la singularité de l'identité caraïbe » « basée sur sa radicale diversité ». Son historiographie récente débute dans les années 1970, dans la foulée de processus d’affirmation culturelle qui se produit dans la région[1].

HistoireModifier

Bien qu'il ait existé dans les îles caraïbes des films produits avant cette date, le début de l'histoire du cinéma caribéen, dit aussi nouveau cinéma caribéen est généralement daté de 1972, avec la sortie du film The Harder They Come (film) produit en Jamaïque par Perry Henzell. Avec la diffusion internationale de films tels que Haïti, le chemin de la liberté (Ayití, Min Chimin Libete/ 1974) d’Arnold Antonin, film-culte du cinéma haïtien militant contre la dictature des Duvalier[2], ou Rue Cases Nègres film martiniquais sorti en 1981, le cinéma caribéen présente au monde une vision moins caricaturale, en rupture avec celle « paradisiaque et paternaliste, héritée des pratiques coloniales »[1].

CaractéristiquesModifier

Sur le plan économique, le cinéma caribéen rencontre plusieurs difficultés, dont l'absence d'un marché interne unifié, en raison de la diversité des langues utilisées : français, espagnol, anglais, néerlandais et d'un public qui ne se reconnait pas toujours dans des films aux provenances diverses et de différentes sphères linguistiques[3]. L'utilisation du créole avait été posée en 1982 par le réalisateur Christian Lara, qui en faisait l'une des conditions sine qua non pour qu'un film soit reconnu comme relevant du cinéma caribéen . Toutefois, cette contrainte a été controversée, et elle présente entre autres risque celui de se couper de la diaspora[1]. Globalement, la production soufre d'un manque d'expertise, avec des filières de formation insuffisantes[1],[3].

Festivals et manifestationsModifier

BibliographieModifier

  • (en) Mbye Cham. Ex-Iles, Essays on Caribbean Cinema. Nueva Jersey: Africa World Press, 1992,
  • (es) Mayra Pastrana, Rufo Caballero. «Cine caribeño, una utopía tan paradójica como inspirada». Revista Temas, No. 6: p. 40-48, abril-junio, 1996

Principaux filmsModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

RéférencesModifier

  1. a b c et d Juan Antonio García Borrero Quatre notes sur le cinéma des Caraïbes 29 juin 2012, caribefilm.cult.cu
  2. Arnold Antonin sur Africultures
  3. a et b Olivier Barlet, FEMI 2008 : quel film caribéen pour quel marché ? sur Africultures
  4. St Barth Film Festival - Cinema caraïbe
  5. FEMI : le marché du film caribéen
  6. [showUid=4555&cHash=236a7832a8 Rencontre de Cinéastes de l’Afrique, des Caraïbes et leurs Diasporas et semaine de Cinéma africain à La Havane] 2001, sur le site de l'Unesco