Cinéastes de notre temps

Cinéastes de notre temps est une collection de documentaires, chacun consacré à un cinéaste ou à un autre thème lié au cinéma, produite par Janine Bazin et André S. Labarthe, dont le premier épisode a été diffusé en 1964. Interrompue en 1972, elle a repris en 1989 sous le titre Cinéma, de notre temps.

SynopsisModifier

Chaque documentaire traite d'un cinéaste, voire d'une école cinématographique (la Nouvelle Vague...) ou d'une question particulière liée au cinéma (critique et cinéma...). Le choix des réalisateurs et les questions abordées sont très empreintes de la vision des Cahiers du cinéma dont André S. Labarthe est l'un des anciens rédacteurs, alors que l'autre productrice, Janine Bazin, est l'épouse d'André Bazin, fondateur de la revue.

Sur le plan du traitement audiovisuel[pas clair], les documentaires sont assez hétérogènes et tentent d'ailleurs de s'accorder au style du réalisateur concerné : une caméra portée en plan séquence pour John Cassavetes, une conversation en voiture pour Abbas Kiarostami... D'une manière générale, les documentaires se gardent de comporter une voix-off et cherchent à donner la parole aux réalisateurs, pénétrer son univers, sans forcément recourir à l'interview.

La série démarre en 1964 sur l'ORTF. En 1989, à l'occasion de sa reprise par Arte, la collection est rebaptisée Cinéma, de notre temps.

ÉpisodesModifier

Cinéastes de notre temps (1964-1972)Modifier

  • 1964 : Un cinéaste de notre temps : Luis Buñuel réalisé par Robert Valey (44 min)
  • 1964 : Jean Vigo réalisé par Jacques Rozier (90 min)
  • 1964 : Abel Gance réalisé par Hubert Knapp (100 min)
  • 1964 : La Nouvelle Vague par elle-même réalisé par Robert Valey (95 min)
  • 1964 : La Nouvelle Vague, remède ou poison ? réalisé par Robert Valey (38 min)
  • 1965 : Jean-Luc Godard ou le cinéma au défi réalisé par Hubert Knapp (67 min)
  • 1965 : Roger Leenhardt ou le dernier humaniste réalisé par André S. Labarthe (71 min)
  • 1965 : Eric von Stroheim réalisé par Robert Valey (83 min)
  • 1965 : Robert Bresson : ni vu ni connu réalisé par François Weyergans (65 min)
  • 1965 : François Truffaut ou l’esprit critique réalisé par Jean-Pierre Charlier (64 min)
  • 1965 : Max Ophuls ou le plaisir de tourner réalisé par Michel Mitrani (50 min)
  • 1965 : Carl Th. Dreyer réalisé par Éric Rohmer (61 min)
  • 1965 : Sacha Guitry réalisé par Claude de Givray (64 min)
  • 1966 : Marcel Pagnol ou le cinéma tel qu’on le parle (1re partie) réalisé par André S. Labarthe
  • 1966 : Marcel Pagnol ou le cinéma tel qu’on le parle (2e partie) réalisé par André S. Labarthe (durée totale : 109 min)
  • 1966 : Pasolini l'enragé réalisé par Jean-André Fieschi (97 min)
  • 1966 : Et pourtant ils tournent réalisé par Claude Nahon (95 min)
  • 1966 : Raoul Walsh ou le bon vieux temps réalisé par André S. Labarthe et Hubert Knapp (57 min)
  • 1966 : Entre chien et loup, John Ford réalisé par André S. Labarthe et Hubert Knapp (75 min)
  • 1966 : Le Celluloïd et le marbre réalisé par Éric Rohmer (90 min)
  • 1967 : Jean Renoir, le patron, 1re partie : la recherche du relatif réalisé par Jacques Rivette.
  • 1967 : Jean Renoir, le patron, 2e partie : la direction d’acteur réalisé par Jacques Rivette
  • 1967 : Jean Renoir, le patron, 3e partie : la règle et l’exception réalisé par Jacques Rivette (durée totale : 264 min, monté par Jean Eustache)
  • 1967 : Samuel Fuller Independant Filmmaker réalisé par André S. Labarthe (68 min)
  • 1967 : Nouveau visage du cinéma italien ou Le Jeune cinéma italien réalisé par Jean-André Fieschi (88 min)
  • 1967 : D'un silence l'autre, Josef von Sternberg réalisé par André S. Labarthe (50 min)
  • 1967 : Le Dinosaure et le bébé, dialogue en huit parties entre Fritz Lang et Jean-Luc Godard réalisé par André S. Labarthe (61 min)
  • 1967 : Jacques Becker réalisé par Claude de Givray (76 min)
  • 1967 : Alexandre Astruc : l’ascendant Taureau réalisé par Jean Douchet (92 min)
  • 1968 : En passant par le Québec : Le Jeune cinéma canadien réalisé par Jean-Louis Comolli (88 min)
  • 1968 : La Première Nouvelle Vague : Delluc et Cie réalisé par Noël Burch et Jean-André Fieschi
  • 1968 : La Première Nouvelle Vague : Marcel L'Herbier, une révision réalisé par Noël Burch et Jean-André Fieschi (durée totale : 150 min)
  • 1968 : Bleu comme une orange réalisé par André S. Labarthe (58 min)
  • 1968 : Pierre Perrault, l'action parlée réalisé par Jean-Louis Comolli et André S. Labarthe (52 min)
  • 1968 : Jerry Lewis (1re partie) réalisé par André S. Labarthe (56 min)
  • 1968 : Festival de Tours réalisé par André S. Labarthe (76 min)
  • 1969 : Conversation avec George Cukor réalisé par Hubert Knapp et André S. Labarthe (42 min)
  • 1969 : John Cassavetes réalisé par Hubert Knapp et André S. Labarthe (48 min)
  • 1969 : Alain Robbe-Grillet, 1re partie : la désignation réalisé par Noël Burch et André S. Labarthe (52 min)
  • 1969 : Alain Robbe-Grillet, 2e partie : les formes d’Éros réalisé par Noël Burch et André S. Labarthe (48 min)
  • 1969 : Le Jeune Cinéma hongrois : Miklos Jancso réalisé par Jean-Louis Comolli (53 min)
  • 1969 : René Clair réalisé par Jacques Baratier (55 min)
  • 1969 : King Vidor réalisé par Hubert Knapp et André S. Labarthe (40 min)
  • 1970 : Rome brûle, portrait de Shirley Clarke réalisé par Noël Burch et André S. Labarthe (53 min)
  • 1970 : François Truffaut, dix ans dix films réalisé par Jean-Pierre Charlier (58 min)
  • 1970 : Murnau réalisé par Alexandre Astruc (59 min)
  • 1971 : Busby Berkeley réalisé par Hubert Knapp et André S. Labarthe (60 min)
  • 1971 : Jean-Pierre Melville, portrait en neuf poses réalisé par André S. Labarthe (51 min)
  • 1971 : Jerry Lewis (2e partie) réalisé par André S. Labarthe (51 min)
  • 1971 : Cinéma hongrois 2 : vivre et filmer en Hongrie réalisé par Jean-Louis Comolli (53 min)
  • 1972 : J'aurais aimé aimer Lola à Nantes réalisé par Bernard Bouthier (55 min)
  • 1972 : Claude Autant-Lara, l’oreille du diable réalisé par André S. Labarthe (54 min)
  • 1972 : Norman Mac Laren réalisé par André S. Labarthe (53 min)

Cinéma, de notre temps (1989-2018)Modifier

  • 1989 : David Lynch, Don't Look at Me réalisé par Guy Girard (59 min)
  • 1990 : Nanni Moretti réalisé par André S. Labarthe (60 min)
  • 1990 : Jacques Rivette, le veilleur, 1re partie : le jour réalisé par Claire Denis, avec la collaboration de Serge Daney (70 min)
  • 1990 : Jacques Rivette, le veilleur, 2e partie : la nuit réalisé par Claire Denis, avec la collaboration de Serge Daney (54 min)
  • 1990 : The Scorsese Machine réalisé par André S. Labarthe (73 min)
  • 1991 : Pasolini l'enragé réalisé par Jean-André Fieschi (remontage du documentaire de 1966) (65 min)
  • 1991 : Souleymane Cissé réalisé par Rithy Panh (53 min)
  • 1991 : Claude Chabrol l’entomologiste réalisé par André S. Labarthe, avec la collaboration de Jean Douchet (52 min)
  • 1992 : Chahine & Co réalisé par Jean-Louis Comolli (52 min)
  • 1992 : Oliveira l’architecte réalisé par Paulo Rocha (60 min)
  • 1993 : Josef von Sternberg, d’un silence l’autre réalisé par André S. Labarthe (remontage du documentaire de 1967) (50 min)
  • 1993 : André Téchiné, après la Nouvelle Vague réalisé par Laurent Perrin (50 min)
  • 1994 : Abbas Kiarostami, vérités et songes réalisé par Jean-Pierre Limosin (52 min)
  • 1994 : Éric Rohmer, preuves à l’appui, 1re partie réalisé par André S. Labarthe, avec la collaboration de Jean Douchet (57 min)
  • 1994 : Éric Rohmer, preuves à l’appui 2e partie réalisé par André S. Labarthe, avec la collaboration de Jean Douchet (58 min)
  • 1994 : Robert Bresson : ni vu ni connu réalisé par François Weyergans (remontage du documentaire de 1965) (64 min)
  • 1994 : Jean Renoir le patron, la direction d’acteur réalisé par Jacques Rivette (réédition d'un documentaire inédit de 1967) (97 min)
  • 1995 : Shohei Imamura le libre penseur réalisé par Paulo Rocha (60 min)
  • 1995 : Alain Cavalier, 7 chapitres, 5 jours, 2 pièces-cuisine réalisé par Jean-Pierre Limosin (55 min)
  • 1995 : La Nouvelle Vague par elle-même réalisé par Robert Valey et André S. Labarthe (remontage du documentaire de 1964) (57 min)
  • 1995 : Boetticher Rides Again réalisé par Claude Ventura, avec la collaboration de Philippe Garnier (60 min)
  • 1996 : Jean Pierre Melville, portrait en neuf poses réalisé par André S. Labarthe (remontage du documentaire de 1971) (52 min)
  • 1996 : Shirley Clarke, Rome is Burning réalisé par André S. Labarthe et Noël Burch (54 min)
  • 1996 : Georges Franju, le visionnaire réalisé par André S. Labarthe (49 min)
  • 1996 : HHH, portrait de Hou Hsiao-Hsien réalisé par Olivier Assayas (91 min)
  • 1996 : Citizen Ken Loach réalisé par Karim Dridi (60 min)
  • 1996 : Chantal Akerman réalisé par Chantal Akerman (64 min)
  • 1997 : Mosso, Mosso (Jean Rouch comme si…) réalisé par Jean-André Fieschi (73 min)
  • 1998 : Philippe Garrel, portrait d’un artiste réalisé par Françoise Etchegaray (48 min)
  • 1999 : David Cronenberg. I Have to Make the Word be Flesh réalisé par André S. Labarthe, avec la collaboration de Serge Grünberg (68 min)
  • 1999 : Takeshi Kitano l'imprévisible réalisé par Jean-Pierre Limosin (68 min)
  • 2000 : Une journée d'Andreï Arsenevitch réalisé par Chris Marker (55 min)
  • 2000 : Aki Kaurismäki réalisé par Guy Girard (55 min)
  • 2001 : Hitchcock et Ford, le loup et l’agneau réalisé par André S. Labarthe (60 min)
  • 2001 : Où gît votre sourire enfoui ? réalisé par Pedro Costa (104 minutes[1])
  • 2003 : Abel Ferrara : not Guilty réalisé par Rafi Pitts (80 min)
  • 2004 : Jean Rouch et Germaine Dieterlen réalisé par Philippe Costantini (54 min)
  • 2006 : Otar Iosseliani, le merle siffleur réalisé par Julie Bertuccelli (92 min)
  • 2006 : Le Home Cinéma des frères Dardenne réalisé par Jean-Pierre Limosin (52 min)
  • 2009 : Le Système Moullet réalisé par André S. Labarthe (60 min)
  • 2009 : Portrait de mon père, Jacques Baratier réalisé par Diane Baratier (58 min)
  • 2009 : Nico Papatakis réalisé par Timon Koulmasis et Iro Siafliaki (45 min)
  • 2009 : Il était une fois André S. Labarthe réalisé par Estelle Fredet (94 min)
  • 2010 : Victor Erice : Paris-Madrid allers-retours réalisé par Alain Bergala (73 min)
  • 2011 : No Comment réalisé par André S. Labarthe (50 min)
  • 2011 : L'Archipel du cas 'O réalisé par Sébastien Juy (78 min)
  • 2012 : Portrait d'Otto Preminger réalisé par André S. Labarthe (60 min)
  • 2012 : Diourka, à prendre ou à laisser réalisé par André S. Labarthe et Estelle Fredet (69 min)
  • 2012 : Catherine Breillat, la première fois réalisé par Luc Moullet (60 min)
  • 2013 : Michel Gondry (courir après) réalisé par André S. Labarthe (60 min)
  • 2014 : Nolot en verve réalisé par Estelle Fredet (76 min)
  • 2014 : Japanscope, panorama de la nouvelle nouvelle vague réalisé par André S. Labarthe et Philippe-Emmanuel Sorlin (52 min)
  • 2015 : Reminiscences of Jonas Mekas réalisé par Jackie Raynal (52 min)
  • 2015 : Benoît Jacquot, le dernier sphinx réalisé par Philippe-Emmanuel Sorlin (60 min)
  • 2015 : Adolfo Arrietta [Cadré - Décadré] réalisé par André S. Labarthe (60 min)
  • 2016 : Un, parfois deux réalisé par Laurent Achard (55 min)
  • 2016 : Rouben Mamoulian, Lost & Found réalisé par André S. Labarthe (55 min)
  • 2016 : No Return: Rafi Pitts réalisé par Gaëlle Vidalie (59 min)
  • 2017 : La Parallèle Mocky réalisé par Hugues Baudoin (60 min)
  • 2017 : Kiyoshi Kurosawa, au dos des images réalisé par Alain Bergala et Jean-Pierre Limosin (75 min)
  • 2017 : Danielle Arbid réalisé par Yannick Casanova (50 min)
  • 2017 : Aware, Anywhere - Olivier Assayas réalisé par Benoit Bourreau (52 min)
  • 2018 : My Name Is Elia Kazan réalisé par André S. Labarthe et Danielle Anezin (60 min)
  • 2018 : Mathieu Amalric, l'art et la matière réalisé par André S. Labarthe et Quentin Mével (52 min)
  • 2018 : Brisseau, 251 rue Marcadet réalisé par Laurent Achard (55 min)

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • André S. Labarthe, La saga « Cinéastes, de notre temps », Paris, Capricci, 2011.
  • Nicolas Azalbert, « Le cinéma des cinéastes », Cahiers du cinéma, n° 666, , p. 54-55.
  • Gaspard Nectoux, « Cinéma, toujours à l'œuvre », Cahiers du cinéma, n° 726, , p. 53-54.

Liens externesModifier