Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Weyergans.
François Weyergans
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Père
Autres informations
Membre de
Distinctions
Œuvres principales

François Weyergans, né le [1] à Etterbeek (Bruxelles) en Belgique et mort le [2], est un écrivain et un réalisateur franco-belge.

Il est le deuxième auteur après Philippe Hériat à avoir reçu à la fois le prix Renaudot (pour La Démence du boxeur en 1992) et le prix Goncourt (en 2005 pour Trois jours chez ma mère) ; il est membre de l'Académie française.

Sommaire

BiographieModifier

JeunesseModifier

Son patronyme vient d'un grand-père paternel forgeron allemand qui vécut à Cologne et qui travaillant en 1914 à Liège dans la construction ferroviaire, prit la nationalité belge « en 24 heures », évitant ainsi l'internement. Fils de Franz Weyergans, écrivain lui aussi, et d’une mère avignonnaise[3] (qui a vécu plusieurs années à Forcalquier), il a été scolarisé à Bruxelles, au Collège Saint-Michel puis à l'Institut Saint-Boniface-Parnasse. Il suit ensuite à Paris les cours de l'Institut des hautes études cinématographiques (IDHEC) et se passionne pour Bresson et Godard.

À 20 ans, il cesse de fréquenter la messe[4].

CarrièreModifier

François Weyergans écrit des critiques dans Les Cahiers du cinéma de décembre 1960 à juillet 1966.

Il réalise en 1961 un premier film sur Maurice Béjart.

À la suite d'une analyse, il publie en 1973 un compte rendu sarcastique de sa cure. C'est la substance de son roman Le Pitre, remarqué par la critique, qui obtient le prix Roger-Nimier.

Puis, en 1981, Macaire le Copte (Gallimard) est consacré par le prix Victor-Rossel en Belgique et obtient aussi le prix des Deux Magots en France. Dès lors, Weyergans se voue entièrement à la littérature, travaillant la nuit, de onze heures du soir au lendemain midi.

Le Radeau de la méduse (Gallimard, Paris, 1983) reçoit le prix Méridien des quatre jurys et La Démence du boxeur obtient le prix Renaudot en 1992. Il écrit aussi La Vie d'un bébé ainsi que Franz et François, allusions à son père et à lui-même. Son roman Trois jours chez ma mère obtient le prix Goncourt le 3 novembre[5] 2005 au terme d'une intense compétition avec le roman La Possibilité d'une île de Michel Houellebecq.

Il a été élu le à l'Académie française au fauteuil de Maurice Rheims, laissé vacant par le décès d'Alain Robbe-Grillet. Sa réception sous la coupole est célébrée le 16 juin 2011 avec un discours d'accueil prononcé par Erik Orsenna et son double éloge[6] de ses deux prédécesseurs au fauteuil 32[3].

FamilleModifier

François Weyergans est le père de la comédienne Métilde Weyergans[7].

Œuvre littéraireModifier

FilmographieModifier

Courts métrages
Longs métrages

DistinctionModifier

DistinctionsModifier

Prix littérairesModifier

DécorationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Le 2 août 1941 selon le site de l’Académie française, mais le 9 décembre 1941 selon le site Internet Movie Database et mort le .
  2. « François Weyergans est mort », sur Livres Hebdo (consulté le 27 mai 2019).
  3. a et b François Weyergans en habit vert dans Le Monde du 16 juin 2011.
  4. Anne Diatkine, « François Weyergans Point de final », sur Libération.fr, (consulté le 29 mai 2019).
  5. « Prix Goncourt », sur www.prix-litteraires.net (consulté le 29 mai 2019).
  6. Alain Robbe-Grillet refusa en effet sa réception à l'Académie, par « costumophobie », et de fait ne prononça jamais l'éloge de son prédécesseur.
  7. Alexandre Demidoff, « Profession: enchanteur », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 29 mai 2019).
  8. « Ouverture du Festival de Venise », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 21 juin 2015).
  9. Arrêté du 13 septembre 2016 portant nomination dans l'ordre des Arts et des Lettres.
  10. Décret du 13 juillet 1998 portant promotion et nomination.

Voir aussiModifier