Ouvrir le menu principal

Chronothérapie

traitement du syndrome de retard de phase du sommeil

La chronothérapie fait référence à l'utilisation des cycles endogènes, notamment les rythmes circadiens, dans le traitement de diverses maladies ou pathologies[1]. C'est donc une branche de la chronobiologie. Elle a pour but de synchroniser les rythmes circadiens et de les utiliser à des fins thérapeutiques dans le but de guérir ou du moins atténuer différents maux, en restaurant notamment la balance des hormones et neurotransmetteurs[2].

La chronothérapie englobe à la fois l’utilisation de traitements pharmaceutiques et non-pharmaceutiques qui ont pour but de contrôler les facteurs qui agissent sur nos rythmes biologiques. Les traitements non médicamenteux incluent la thérapie par “manque de sommeil”, la thérapie "d'éveil”, l’avance dans la phase de sommeil ou encore la thérapie "jour/nuit"[3]. D'autre part, lorsque la chronothérapie utilise des traitements médicamenteux, elle fait appel à la chronopharmacologie, qui est l’étude des effets des médicaments selon les rythmes circadiens, afin de donner un traitement optimal aux patients et en minimisant les effets indésirables[4],[5]. En effet, les médicaments peuvent avoir des résultats différents à travers une période de 24 heures, ce qui signifie que les effets des substances pharmaceutiques sont influencés par le moment de leur administration au cours de la journée. L'efficacité varie selon des changements circadiens de pH, température, cycles cellulaires, ou de synthèse protéique[6].

Sommaire

HistoireModifier

Première utilisationModifier

En 1814, Julien Joseph Virey, un anthropologue et naturaliste français[7], mentionne dans sa thèse Éphémérides de la vie humaine, ou recherches sur la révolution journalière et la périodicité de ses phénomènes dans la santé et les maladies, ses observations et ses conclusions sur la corrélation entre la prise de médicaments et la période de la journée.

« Tout médicament n'est pas également indiqué à toute heure, et ici encore la période diurne a besoin d'être consultée. Les hypnotiques, les narcotiques, l'opium, hors les conjectures extrêmes, ne seraient pas bien placés dans la matinée, lorsque toutes les facultés tendent au réveil; mais ces remèdes ont une action plus intense et plus salutaire dans la soirée, parce que les forces de la nature aspirent au sommeil et au repos[8].»

Cette hypothèse fut avant-gardiste mais ne pouvait être expliquée à cette époque-là, étant donné le manque de compréhension de la biologie moléculaire et l'absence de vérification expérimentale. Ce n'est que dans les années 1960, lors de la découverte de la chronobiologie et ses aspects génétiques et moléculaires que cette théorie fut expliquée[9].

XXe et XXIe sièclesModifier

La chronothérapie telle qu'on la connait aujourd'hui a d'abord été étudiée durant la deuxième moitié du XXe siècle[10]. En effet, le symposium de 1960 au Cold Spring Harbor Laboratory a posé les bases de la recherche sur la chronobiologie[11], ce qui a permis d'explorer plusieurs horizons des horloges endogènes, notamment les rythmes circadiens.

En 2017, le prix Nobel de physiologie ou médecine a été décerné à Jeffrey C. Hall, Michael Rosbash et Michael W. Young pour leurs recherches sur le contrôle des rythmes circadiens, ce qui a amené la chronothérapie au centre des discussions dans la communauté scientifique[12].

ApplicationsModifier

DépressionModifier

La dépression est un trouble complexe impliquant des facteurs génétiques, physiologiques, psychologiques et environnementaux dont les manifestations cliniques peuvent être des variations dans le rythme éveil/sommeil, dans l’humeur ou encore dans la sécrétion de cortisol. La dépression est aussi caractérisée par un manque d’attention, des modifications dans les habitudes alimentaires, des problèmes d’apprentissage et de mémoire, et un stress psychologique. Ces altérations sont reconnues comme découlant de perturbations chronobiologiques [13].

Étant donné que beaucoup de patients ne peuvent pas suivre de traitements médicamenteux à cause de leurs effets secondaires ou de leur coûts élevés, des traitements alternatifs comme la chronothérapie ont été mis en place[14]. Un certain nombre d’études montrent que la chronothérapie est efficace pour traiter des problèmes d’humeur et de sommeil, incluant la dépression[15]. Diverses stratégies comme le "manque de sommeil", la thérapie “d’éveil”, l’avance dans la phase de sommeil ou encore la thérapie jour/nuit sont utilisées dans la chronothérapie[3]. L’utilisation de ces techniques pourraient diminuer la durée d’hospitalisation, augmenter le taux de guérison, et réduire la prescription des traitements médicamenteux[16].

La thérapie lumineuseModifier

La thérapie lumineuse consiste à exposer les yeux à des niveaux intenses de lumière pendant de courtes périodes de temps et à des moments stratégiques de la journée afin de synchroniser l’horloge interne biologique de notre corps[17]. L'intensité lumineuse varie entre 2,000-10,000 lux, avec un temps d’exposition variant de 30 à 120 minutes par jour. Bien que cette thérapie soit habituellement pratiquée le matin, une exposition le soir peut être utilisée pour produire des avances ou délais de phases[18]. Plusieurs études ont montré des améliorations dans l’humeur, le sommeil et les niveaux de mélatonine suite à cette thérapie[19],[20],[21].

La thérapie par manque de sommeilModifier

Cette thérapie consiste à rester éveillé pendant de longues périodes, et permet de réduire rapidement (en 24/28h) les symptômes dépressifs[2] chez environ 40 à 60% des patients. Bien que le mécanisme d’action de cette thérapie soit inconnu, il semblerait qu’elle permette d’altérer le système circadien[22] et d’augmenter les niveaux de certains neurotransmetteurs comme la sérotonine, la dopamine et la noradrénaline[23]. Bien que les effets soient rapides, ils ne durent malheureusement que peu de temps, et une rechute dans le trouble est envisageable après l’arrêt de la thérapie[24].

Triple chronothérapieModifier

Elle consiste à combiner la thérapie "lumineuse", par "manque de sommeil", et par avance de phase dans le sommeil. Plusieurs études montrent qu’elle améliore rapidement les symptômes dépressifs[25].

Combinaison de traitementsModifier

L’action combinée de plusieurs stratégies de chronothérapie, ou avec l’administration de traitements médicamenteux pourrait faire durer plus longtemps les effets thérapeutiques[26].

CancerModifier

Outre la dépression, la chronothérapie est également utilisée dans le traitement du cancer, et plus précisément, en chimiothérapie. Les rythmes biologiques prennent de plus en plus d'importance dans les recherches sur le cancer et son traitement[27]. En effet, l'observation des mitoses de cellules cancéreuses de la peau et du sein chez les humains a abouti à l'hypothèse que l'horloge moléculaire dans ces cellules anormales est désynchronisée par rapport à l'horloge des cellules saines[28]. Cette hypothèse a été soutenue par des études modernes notamment de l'oncologue et pionnier de la chronothérapie Francis Levi qui a comparé des cellules cancéreuses du foie chez les souris, en 2006[29],[30]. Une autre étude sur des tumeurs d'ovaires humains, estime le décalage entre le rythme biologique des cellules cancéreuses et celui des cellules normales à presque 12 heures[31].

Il est important de noter que des perturbations circadiennes fréquentes (comme le décalage horaire ou encore le travail de nuit) accélèrent le développement des tumeurs cancéreuses[32],[33] car le système circadien est directement impliqué dans la réparation de l'ADN et le processus de division cellulaire[27]. Les irrégularités du cycle du sommeil sont aussi communes chez les patients[27].

Le traitement de différents cancers par la chronothérapie consiste donc à administrer les médicaments et agents anticancéreux en fonction des rythmes circadiens des cellules cancéreuses pour les traiter quand elles sont le plus réceptives[34]. En d'autres termes, on traite le patient lorsque les cellules saines sont les moins vulnérables à la toxicité du traitement, et/ou quand les cellules cancéreuses le sont le plus[10]. En effet, Francis Levi affirme que "l'administration du traitement au bon moment peut augmenter son efficacité et diminuer sa toxicité"[29]. La sensibilité de l'organisme aux agents anticancéreux varie, entre autres, selon la production circadienne de différentes protéines[35].

La chronothérapie a déjà été utilisée pour quelques types de cancers, notamment le cancer du colon[34],[36],[37]. La chimiothérapie combinée à la chronothérapie a été efficace dans certains cas, mais pas dans d'autres, car plusieurs facteurs affectent les rythmes biologiques et le traitement chronothérapeutique d'un patient, comme son sexe, sa physiologie circadienne ou son génome[38].

Ainsi, la chronothérapie a le potentiel d’améliorer l’efficacité et de diminuer la toxicité des traitements du cancer, avec notamment l’utilisation de nouveaux agents anti-cancers[39]. Cependant, elle est encore aux stades primitifs de recherches et les évidences cliniques manquent. Plus de résultats sont requis pour qu'elle soit totalement acceptée par la communauté scientifique. D'après Francis Levi, "le concept est accepté scientifiquement, mais la communauté médicale ne l'accueille toujours pas avec enthousiasme."[29]

Traitement spécialiséModifier

Les dernières avancées dans ce domaine concernent l’étude de l’individualisation de la chronothérapie afin d’augmenter son efficacité. En effet l’étude de la corrélation entre les variations inter-individuelles du génome et la diversité des phénotypes est un concept clé dans les sciences modernes. La pharmacogénomique est la branche qui aborde l’influence des variations génétiques sur la réponse des patients, plus précisément par la corrélation entre l’expression d’un gène et l’effet (efficacité ou toxicité) d’une substance pharmacologique[40]. En considérant cela, la pharmacogénomique permettrait d’optimiser la chronothérapie en tenant compte du génotype de chaque patient pour assurer son efficacité maximum et minimiser les effets secondaires. Une telle approche donnerait naissance à la “médecine personnalisée” où les traitements médicamenteux et leur "timing" d’administration sont optimisés pour chaque individu[41].

Pour Dr. Francis Levi, "malgré les obstacles pratiques et logistiques, la chronothérapie est un pas de plus vers le traitement spécialisé"[29]. Effectivement, la chronothérapie devrait devenir un élément essentiel à considérer en vue d'une "médecine adaptée" pour chaque patient[27].

Notes et référencesModifier

  1. (en) Manpreet Kaur et Rajni Bala, « Chronotherapy: A Review », International Journal of Pharmaceutical Sciences and research,‎ , p. 90-102 (lire en ligne)
  2. a et b Benedetti F, Barbini B, Colombo C, Smeraldi E. Chronotherapeutics in a psychiatric ward. Sleep Med Rev. 2007;11:509–522.
  3. a et b Ohdo S. Chronotherapeutic strategy: Rhythm monitoring, manipulation and disruption. Adv Drug Deliv Rev. 2010;62:859–875.
  4. Smolensky MH, D’Alonzo GE. Investigative protocols for chronotherapeutics. Basic requirements and illustrative case histories. Ann N Y Acad Sci. 1991;618:465–83
  5. Reinberg AE. Concepts in chronopharmacology. Annu Rev Pharmacol Toxicol. 1992;32:51–66.
  6. Belanger P, Bruguerolle B, Labrecque G. Rhythms in pharmacokinetics: absorption, distribution, metabolism and excretion.In: Redfern PH, Lemmer B, editors. Physiology and pharmacology of biological rhythms. Heidelberg: SpringerVerlag, 1997: 177-204
  7. Julien Pierre. J.-J. Virey (1775-1846) : un songe-creux ? : Claude Bénichou et Claude Blanckaert (directeurs), Julien- Joseph Virey naturaliste et anthropologue. In: Revue d'histoire de la pharmacie, 78ᵉ année, n°286, 1990. pp. 358-359.
  8. VIREY, J. J. (1814). Ephémérides de la vie humaine, ou recherches sur la revolution journalière et la periodicité des ses phenomènes dans la santé et les maladies; thèse, etc.
  9. Scheving L. E., Donald F., Vedral D. F., Pauly J. E. A circadian susceptibility rhythm to pentobarbital sodium. Anat. Rec. 1968; 160: 741–750
  10. a et b (en) « 5 Things to Know About Chronotherapy », MedSape,‎ (lire en ligne)
  11. Leon Kreitzman; Russell G. Foster (2004). Rhythms of life: the biological clocks that control the daily lives of every living thing. New Haven, Conn: Yale University Press. (ISBN 0-300-10969-5).
  12. (en) Elie Dolgin, « How to Ruin Cancer's Day », Knowable Magazine from Annual Reviews,‎ (lire en ligne)
  13. Soria V, Urretavizcaya M. Circadian rhythms and depression. Actas Españolas De Psiquiatría. 2009;37:222–232.
  14. Sajatovic M, Levin J, Fuentes-Casiano E, Cassidy K, Tatsuoka C, Jenkins J. Illness experience and reasons for nonadherence among individuals with bipolar disorder who are poorly adherent with medication. Compr Psychiatry. 2011;52:280–287.
  15. Dallaspezia S, Benedetti F. Chronobiological therapy for mood disorders. Expert Rev Neurother. 2011;11:961–970.
  16. Bauer M, Pfennig A, Linden M, Smolka M, Neu P, Adli M. Efficacy of an algorithm-guided treatment compared with treatment as usual. J Clin Psychopharmacol. 2009;29:327–333.
  17. American Academy of Sleep Medicine. American Academy of Sleep Medicine-Association for Sleep Clinicians and Researchers [Internet] Updated 2008; cited 21 November 2018. Available from: http://www.aasmnet.org/
  18. Pail G, Huf W, Pjrek E, Winkler D, Willeit M, Praschak-Rieder N, et al. Bright-light therapy in the treatment of mood disorders. Neuropsychobiology. 2011;64:152–162.
  19. Niederhofer H, von Klitzing K. Bright light treatment as mono-therapy of non-seasonal depression for 28 adolescents. Int J Psychiatry Clin Pract. 2012;16:233–237.
  20. Lieverse R, Van Someren E, Nielen M, Uitdehaag B, Smit J, Hoogendijk W. Bright light treatment in elderly patients with nonseasonal major depressive disorder: a randomized placebo-controlled trial. Arch Gen Psychiatry. 2011;68:61–70.
  21. Hizli Sayar G, Agargun, Tan Bulut. Comparison of effects of bright light therapy alone or combined with fluoxetine on severity of depression, circadian rhythms, mood disturbance, and sleep quality, in patients with non-seasonal depression. ChronoPhysiology and Therapy. 2013;3:53–59.
  22. Bunney B, Bunney W. Mechanisms of Rapid Antidepressant Effects of Sleep Deprivation Therapy: Clock Genes and Circadian Rhythms. Biol Psychiatry. 2013;73:1164–1171.
  23. Casher M, Schuldt S, Haq A, Burkhead-Weiner D. Chronotherapy in Treatment-Resistant Depression. Psychiatr Ann. 2012;42:166–169.
  24. Calandra C, Luca M, Luca A. Sleep disorders and depression: brief review of the literature, case report, and nonpharmacologic interventions for depression. Clin Interv Aging. 2013;8:1033–1039.
  25. Echizenya M, Suda H, Takeshima M, Inomata Y, Shimizu T. Total sleep deprivation followed by sleep phase advance and bright light therapy in drug-resistant mood disorders. J Affect Disord. 2013;144:28–33.
  26. American Psychiatric Association. Practice guideline for the treatment of patients with major depressive disorder. 3rd ed. Arlington (VA): American Psychiatric Publishing; 2010.
  27. a b c et d (en) Roman Kondratov, « Circadian clock and cancer therapy: an unexpected journey », Annals of Medicine,‎ (lire en ligne)
  28. Garcia-Sainz M & Halberg F. Mitotic rhythms in human cancer, reevaluated by electronic computer programs. Evidence for chronopathology. J Natl Cancer Inst 1966;37:279–292. doi: 10.1093/jnci/37.3.279
  29. a b c et d (en) Dara Mohammadi, « Chronotherapy: Treating Cancer at the right time », The Pharmaceutical Journal,‎ (lire en ligne)
  30. Iurisci I, Filipski E, Reinhardt J et al. Improved tumor control through circadian clock induction by seliciclib, a cyclin-dependent kinase inhibitor. Cancer Res 2006;66:10720–10728. doi: 10.1158/0008-5472.CAN-06-2086
  31. (en) Robert Klevecz, Ronald Shymko, Doron Blumenfeld et Patricia Braly, « Circadian Gating of S Phase in Human Ovarian Cancer », American Association for Cancer Research,‎ (lire en ligne)
  32. Filipski E, King VM, Li X, Granda TG, Mormont MC, et al. 2002. Host circadian clock as a control point in tumor progression. J. Natl. Cancer Inst. 94:690–97
  33. Filipski E, Delaunay F, King VM, Wu MW, Claustrat B, et al. 2004. Effects of chronic jet lag on tumor progression in mice. Cancer Res. 64:7879–85
  34. a et b (en) Masazumi Eriguchi, Francis Levi, Tomoyuki Hisa, Hironobu Yanagie, Yasumasa Nonaka et Yasutaka Takeda, « Chronotherapy for cancer », Biomedicine & Pharmacotherapy,‎ , p. 92-95 (lire en ligne)
  35. Gorbacheva VY, Kondratov RV, Zhang R, Cherukuri S, Gudkov AV, Takahashi JS, et al. Circadian sensitivity to the chemotherapeutic agent cyclophosphamide depends on the functional status of the CLOCK/ BMAL1 transactivation complex. Proc Natl Acad Sci U S A. 2005;102: 3407–12.
  36. (en) Francis Levi, « Circadian therapy for human cancers », ScienceDirect,‎ (lire en ligne)
  37. (en) Véronique Roche, Ali Mohammad-Djafari, Pasquale Innominato, Abdoulaye Karaboué, Alexander Gorbach et Francis Levi, « Thoracic surface temperature rhythms as circadian biomarkers for cancer chronotherapy », PubMed,‎ (lire en ligne)
  38. (en) Francis Levi, Alper Okyar, Sandrine Dulong, Pasquale Innominato et Jean Clairambault, « Circadian Timing in Cancer Treatment », Annual Review of Pharmacology and Toxicology,‎ , p. 377-421 (lire en ligne)
  39. (en) Marie-Christine Mormont et Francis Levi, « Cancer chronotherapy: Principles, applications, and perspectives », Cancer,‎ (lire en ligne)
  40. M. Sissung, C. English, D. Venzon, W. Figg, F. DeekenClinical pharmacology and pharmacogenetics in a genomics era: the DMET platform. Pharmacogenomics, 11 (2010), pp. 89-103
  41. F. Zhou, M. Di, E. Chan, Y. Du, V. Chow, C. Xue, X. Lai, J. Wang, C. Li, M. Tian, W. DuanClinical pharmacogenetics and potential application in personalized medicine. Curr. Drug Metab., 9 (2008), pp. 738-784