Chronologie des faits économiques et sociaux dans les années 1450

Années :
Décennies :
Siècles :
Millénaires :

Chronologie de l'économie

Années 1440 - Années 1450 - Années 1460

ÉvénementsModifier

  • 1447-1455 : l’orfèvre Gutenberg installe un atelier d’imprimerie à Mayence et imprime sur ses presses un manuel scolaire, la grammaire latine de Donatus, datée de 1451 puis la Bible de Mayence à 42 lignes (1452-1455). Début de la révolution culturelle de l'imprimé.
  • 1450-1500 : période de stabilité des prix en Europe.
  • 1450-1560 :
    • relance de l’activité citadine en Europe occidentale. Les salaires culminent (1450-1475) du fait de la dépopulation et de l’arrêt des guerres.
    • remontée de la démographie en France : fécondité plus forte, nuptialité plus précoce, mortalité moins intense. Elle est accompagnée d’un morcellement de la propriété roturière et de la remise en valeur progressive des terres (réacensement). Le recul de la population est estimée à 38 % en 1450 par rapport à 1310. C'est le pays le plus touché du fait des guerres endémiques ; la baisse est de 36 % pour l'Angleterre, de 28 % pour l'Espagne et 26 % pour l'Allemagne[1].
  • 1450-1480 : reprise du commerce par le couloir rhodanien.
  • 1453-1462 : série de vendanges médiocres dans le vignoble rhénan consécutives à des étés froids.
  • 1453 : la prise de Constantinople déstabilise les courants commerciaux et réduit les bénéfices des marchands italiens. La population de la ville est estimée alors à seulement 36 000 habitants pour une ville qui a peut-être atteint le million vers le XIe siècle. La ville est à l’abandon. Le grand palais, l’Hippodrome, certaines églises sont en ruines, des quartiers sont désertés tandis que s’y développent champs, vignes, jardins ou friches. Les intellectuels et une grande partie de la classe dirigeante byzantine, surtout la classe bourgeoise, s'enfuit massivement vers l’occident et les régions occupées par Venise.
  • 1454 : Ladislas le Posthume interdit les importations de bière en Autriche afin de favoriser la consommation de vin produit par le pays.
  • 1455 : arrivée des premières épices africaines au Portugal (malaguette).
  • 1456 : Francesco Sforza fait creuser le canal de la Martesana, long de plus de 30 km, qui apporte à Milan les eaux de l’Adda. Élargi en 1573, il devient navigable.


  • Les navires de guerre chinois disparaissent de l’océan Indien et les navires de commerce arabes d’Afrique orientale partent de nouveau pour l’Inde et la Chine pour y acheter des porcelaines, des statuettes en ivoire, des épices et y vendre de l’ivoire et des esclaves africains.
  • En France, l’armée royale compte de 10 000 à 15 000 hommes en temps de paix. Le budget de l’État atteint 75 tonnes d’équivalent argent en 1450.
  • 10 % des populations de Lisbonne et de Séville sont des esclaves[2].
  • Le marchand vénitien Andrea Barbarigo, qui a commencé sa carrière en 1420 avec 200 ducats, en possède 15 000 en 1450 et son fils 27 000 en 1500. Comme les autres marchands, il ne réinvestit plus systématiquement dans le commerce. Progressivement, il achète des terres et se transforme en propriétaire rentier[3].
  • Après le départ d’Éric de Poméranie, les nobles ont amélioré leur position politique au Danemark. Ils souhaitent stabiliser la valeur de leurs domaines et éliminer la main-d’œuvre flottante. Ils obtiennent d’abord qu’une décision royale impose aux travailleurs de rester au moins six mois dans l’emploi qu’ils acceptent. Ceux qui s’engagent à mettre en valeur une ferme sont invités à se placer sous la protection d’un seigneur. Ils deviennent des « protégés » (vornedskab) et en contrepartie le seigneur leur impose de ne pas quitter les terres qu’ils exploitent. Le maître se réserve la possibilité de les vendre ou de les déplacer, de l’une à l’autre de ses fermes. Le régime du servage se maintient dans les îles de Sjælland et de Falster Lolland jusqu’en 1788.
  • Les familles vénitiennes Thurn und Taxis mettent sur pied un service postal dans le Tyrol pour le Saint Empire.

Notes et référencesModifier

  1. Histoire du Monde, collectif sous la direction de George Jehel, édition du temps p. 419
  2. Histoire du Monde, collectif sous la direction de George Jehel, édition du temps p. 382
  3. Radhey Shyam Chaurasia, History of Europe, Atlantic Publishers & Distributors, , 1304 p. (ISBN 978-81-269-0155-5, lire en ligne)