Ouvrir le menu principal
Chelicorophium curvispinum
Description de l'image Defaut 2.svg.
Classification
Règne Animalia
Embranchement Arthropoda
Sous-embr. Crustacea
Classe Malacostraca
Ordre Amphipoda
Famille Corophiidae
Genre Chelicorophium

Nom binominal

Chelicorophium curvispinum
G. O. Sars, 1895

Synonymes

  • Corophium curvispinum Sars, 189 ;
  • Corophium sowinskyi ;
  • Corophium devium Wundsch 1912

Chelicorophium curvispinum (« Caspian mud shrimp » pour les anglophones) est une espèce de crustacés amphipodes[1] décrite en 1895. Il fait partie de la microfaune et des macroinvertébrés dits benthiques (microzoobenthos) vivant sur le fond et les substrats durs.

C'est une espèce invasive dont l'aire de répartition est en rapide extension depuis la seconde moitié du XXe siècle.

Sommaire

Risques de confusionModifier

Chelicorophium curvispinum coexiste souvent avec une autre espèce (Chelicorophium sowinskyi) qui lui ressemble beaucoup[2],[3], et elles peuvent être introduites dans de nouveaux milieux ensemble ; ces deux espèces peuvent être facilement confondues.

Origines biogéographiquesModifier

Chelicorophium curvispinum est originaire du bassin ponto-caspien.

Il est présent dans la mer Noire et dans les cours d'eau adjacents ; il pourrait avoir colonisé les bassins adjacents de la mer d'Azov - mer Noire quand ces bassins ont été connectés durant la préhistoire (Mordukhai-Boltovskoi 1964).
Hors de cette aire, ses populations actuelles proviennent des grands bassins fluviaux qui se déversent dans les mers Noire et Caspienne, dont la Volga, le Dniepr, le Dniestr et le Danube[4],[5].

Habitats, aire de répartition, invasivitéModifier

Cet organisme est natif de la mer Caspienne[6].

Très adaptable, à la suite d'introductions probablement accidentelles, il colonise depuis quelques décennies des milieux très variés ; eaux marines, saumâtres et douces[7]) loin de son aire naturelle de répartition.

On le détecte dans plusieurs parties (hongroises) du Danube dès la première partie du XXe siècle selon Žganec & al. (2009) citant Dudich 1927, 1947; Muskó 1994[8] et on le trouvait en 2007 dans les cours d'eau débouchant sur le sud de la mer Baltique[9] et jusqu'en Estonie (depuis 2007)[10] (où il s'est manifesté avec des invasions littorales dans les années 2000, apparaissant avec d'autres espèces invasives dont les crustacés Gammarus tigrinus, Pontogammarus robustoides et Paramysis intermedia sont les nouveaux arrivants les plus récents dans la mer côtière estonienne[11].).
De même le trouve-t-on maintenant en mer du Nord et dans les cours d'eau qui y débouchent[12] et jusqu'en Irlande (2004)[13] et dans le nord de la Baltique[14].

On l'a trouvé dans la Moselle vivant en communauté avec deux espèces de bivalves invasifs : la moule zébrée et une espèce de corbicule[6].
Notamment transporté par les eaux de ballast[15] (dont probablement jusqu'au Royaume-Uni[16]), il semble rapidement étendre son aire de répartition, dont en France (à partir du Nord-est dans la Moselle française où une étude l'a repéré jusqu' à Gondreville au moins (en 1997) (ce qui correspond à 137,5 km supplémentaire colonisés par rapport aux données précédentes, peut être en lien avec d'autres espèces dont Corbicula qui dans la même étude était retrouvé (pour deux formes ou espèces différentes) jusqu'à Dieulouard (à 337 km de l'embouchure sur le Rhin)[6],[17]. En 1998, on le trouvait dans les canaux de Picardie[18], le Rhin canalisé et le réseaux de canaux connexes a servi d'autoroute à de nombreuses espèces invasives dont celle-ci[19].

En Europe, d'abord signalé dans la Meuse, il a ensuite été découvert dans le Rhin en 1987 où deux ans plus tard il constituait localement l'essentiel de la faune benthique[20],[21] et semblait selon Van der Velde en 1994 [22] entrer en compétition avec la moule zébrée (qui a très fortement régressé après l'arrivée de C. curvispinum en aval du Rhin : division par 1000 du nombre de moules par mètre carré de substrat dur de 1986 à 1992 alors que dans le même temps les populations de Corophiums étaient multipliées passant de 3 à 100 000 par mètre carré [23]). Après 1988 des populations très denses ont été observées (atteignant plusieurs milliers d'individus par mètre carré à l'embouchure de la Moselle)[24]. Il a été trouvé dans la Moselle en 1994.

Lors d'une expérimentation dans le Rhin (après que l'espèce ait commencé à y pulluler, probablement via les canaux, voies navigables[18] et le transport par péniche), cet animal (tout comme une autre invasive : D. villosus) s'est montrée capable de rapidement coloniser des pierres nues en suspension dans le courant, à partir de la pleine eau. Même si la diversité en invertébrés augmentait après un ou deux mois, ces deux espèces continuaient à prédominer avec 70–95 % du nombre total de macroinvertébrés présents sur ces pierres[25].

Il a rapidement colonisé les littoraux de la mer Baltique d'une manière encore mal comprise, selon Herkül (2009)[11]« Il est plausible, cependant, que les changements climatiques récents associés à des hivers plus doux aient soutenu les proliférations d'algues filamenteuses sur tous les rivages de la mer Baltique. Cette situation, en conjonction avec des vents d'ouest dominants induisant une augmentation des salinités aurait favorisé la survie, la reproduction et la dispersion vers l'est d'espèces de crustacés phytophiles ».

Il est momentanément vulnérable aux baisses de niveau d'eau (dans les lacs en période de sécheresse par exemple) mais ses populations se montrent parmi les plus résilientes. Ce phénomène a été étudié de ce point de vue parmi d'autres effets de la canicule de 2003 par Musko & al. (2007) dans le lac Balaton[26] récemment colonisé par 4 espèces invasives (C. curvispinum, Dikerogammarus haemobaphes, Dikerogammarus villosus, la crevette d'eau douce Mysidae Limnomysis benedeni et l'isopode Jaera istri devenus dominants parmi les macroinvertébrés de ce lac). Durant la période de reconstitution (2 ans) des populations après la baisse de niveau due à la canicule, Dikerogammarus a été moins présent que C. curvispinum.

DescriptionModifier

Taille : ce petit amphipode de 2,5 à 8 mm, mais dépassant rarement 6 mm de long et même 2,4 à 4.5 mm (et moins de 1,8 mm pour les subadultes) dans les populations hivernantes[27],[28].

Carapace : de section plutôt cylindrique et comprimée dorso-ventralement, elle est translucide et de couleur gris-jaunâtre avec des segments urosomaux non fusionnés (avec des épines sur les uropodes 1 et 2) et une petit rostre triangulaire[29].

Antennes : il dispose de deux paires d'antennes : la première paire est fine alors que la seconde est proportionnellement très longue et épaisse, ce qui fait qu'il « se reconnait facilement par sa deuxième paire d'antennes hyper-développée »[6]. Le premier segment de la première antenne a 3 ou 4 épines le long de la marge ventrale et 2 ou 3 épines sur le bord interne ; Les antennes sont ciliées de manière clairsemée (aspect poilu). Les deuxièmes antennes sont modérément ciliées, avec de longs poils ; une caractéristique distinctive de cette espèce est que le quatrième segment de ces antennes porte un grand éperon courbe et un ou deux petits éperons sur leur pointe ventrolatérale. Le cinquième segment porte en outre une structure triangulaire sur sa surface ventrale.

Dimorphisme sexuel : femelles et mâles se différencient par la présence d'épines et d'éperons sur la surface intérieure de la deuxième antenne.

Cette espèce a une "palme" uniformément convexe sur l'appendice le plus antérieur (gnathopode 1), tandis que des indentations sont présentes le long de la marge intérieure du dernier segment (dactyle) du deuxième gnathopode[7],[30]

Animal tubicoleModifier

Cet amphipode est dit « tubicole » parce que seul ou en colonies il se tisse un « tube sablo-limoneux », non pas dans le sédiment comme le font de nombreux vers benthiques, mais sur des substrats durs, au moyen de fils de soie qu'il synthétise, où il agglomère des particules de l'environnement qui le camouflent.

Ces tubes peuvent former une couche très épaisse (de 1 à 4 cm) de substrat plus ou moins boueux sur les surfaces que l'espèce colonise[21].
La « boue » qu'il récolte pour construire ces tubes a été étudiée : elle variait de 61 à 609 grammes (en poids sec) par mètre carré de surface de substrat recouvert. Elle asphyxie tous les autres organismes préalablement installés sur le même substrat[22].

Il a été montré qu'à l'intérieur des tubes la consommation d'oxygène (et suppose-t-on conséquemment le métabolisme de l'animal) double (39 µmol/g/h) par rapport à celle des individus en situation de natation en pleine eau (22 µmol/g/h)[31],[32],[33].
Ces tubes lui servent de cache et le protègent de nombreux prédateurs, et ils résistent bien au batillage.

Quand ces tubes couvrent l'intégralité des substrats durs, des organismes filtreurs comme les éponges d'eau douce et les moules zébrées régressent, car ne parvenant plus à s'accrocher au substrat.

PhysiologieModifier

C'est originellement une espèce d'eau saumâtre[34] mais présentant des capacités d'osmorégulation qui lui confèrent une grande tolérance à de très faibles salinités[35],[27],[36],[37].

Cette espèce supporte une eau faiblement oxygénée (seuil létal : 0,3 mg O2/Litre selon Dedyu (1980)[38]), elle se multiplie le mieux dans les eaux dures (à teneur ionique relativement élevée), et nécessite un minimum d'ions sodium (Na+) (au moins 0,5 mM selon Harris et Aladin (1997) [39]. Elle tolère (en Pologne) des températures de 7,0 à 31,8 °C [40].
Elle tolère une eutrophisation modérée (Kotta et al. 2012) mais ne supporte pas les niveaux élevés de pollution organique (Harris et Musko 1999, Jazdzewski 1980).

ÉcologieModifier

C. curvispinum présente quelques caractères d'espèce-ingénieur : elle construit des tubes et peut agréger divers petits morceaux de bois, des coquilles mortes (ou vivantes), des fragments de végétaux et de matière organique morte, ainsi que des particules minérales, de l'argile... sur des pierres ou d'autres substrats durs[27],[20].

Selon Ojaveer et Kotta (2006), elle forme parfois une association avec un genre d'algue verte (Cladophora) [41].

Densité de population, biomasseModifier

Dans les eaux européennes sa densité de population varie considérablement, selon les lieux ; avec moins d'un individu par mètre carré à (3,000-50,000/m2)[42],[36],[43],[24], voire beaucoup plus : 100,000-750,000 individus/m2 souvent alors à 2–3 m de profondeur[27],[20].

Sur des zones récemment envahies (ex : golfe de Finlande) Ojaveer et Kotta ont en 2006 signalé des densités de 125 à 1425 individus/m2[41].

PrédationModifier

Cette espèce est ou est devenue une source localement importante de nourriture pour certains poissons, dont par exemple le chabot, l'anguille, le sandre ou la perche et la grémille[27].

D'autres prédateurs sont des oiseaux, ou encore les écrevisses et d'autres macroinvertébrés prédateurs[44],[45],[46],[47],[48].

AlimentationModifier

Il se nourrit de phytoplancton (diatomées notamment et autres microalgues, chlorophycées par exemple) et de microdébris organiques[27].

Une corrélation a été établie entre la disponibilité de la chlorophylle a dans le milieu et le métabolisme de cette espèce ou le taux de croissance des individus[49].

Cet animal semble collecter la plus grande part de ses aliments parmi les particules en suspension, ce qui explique des densités parfois exceptionnelles dans des zones de courant (ex : 1 à 1.23 m/s) où l'eau est généralement oxygénée et où il capte plus facilement ce type d'aliments[27],[50].

Là où il est densément présent, il diminue probablement le « stock planctonique » et entre en concurrence avec d'autres espèces (dont avec les bivalbes filtreurs et en particulier la moule zébrée qui occupe le même substrat, c'est-à-dire les substrats durs).

Les pseudofèces des moules zébrées (qui enrichissent le milieu en particules organiques et microorganismes) pourraient peut-être profiter à cette espèce et faciliter son installation, après quoi elle peut régresser ou localement disparaitre étouffée sous les bioconstruction de tubes de C curvispinum.

ReproductionModifier

Elle se fait en saison chaude (quand la température de l'eau est comprise entre 12 et 20 °C voire plus) ; de mai à octobre en mer Noire[51] et plus tôt (d'avril à septembre) en Baltique[27].

Le sex-ratio et toujours en faveur des femelles (elles plus nombreuses que les mâles toute l'année ; jusqu'à deux fois plus[27]).

Les femelles de grande taille (5 à 6,3 cm) sont ovigères quelques semaines avant les plus petites.

Chaque œuf couvé par la femelle mesure environ 360 x 280 µm (stade I) à 520 x 440 µm (stade IV).

Le nombre d'œufs portés par la femelle est corrélée à sa taille. Ainsi dans le Rhin les femelles portent de 3 à 34 œufs (12 en moyenne) selon van den Brink et al., 1993) alors que dans le lac Balaton où les femelles sont plus petites, elles portent globalement deux fois moins d'œufs (de 1 à 25 et 6 en moyenne selon Musko [43],[52]). Ces différences pourraient être induites par la disponibilité en nourriture du milieu.

Le développement embryonnaire nécessite 15 jours.

Les femelles ovigères fécondées libèrent des larves planctoniques dont la plupart s'installent rapidement sur des supports durs où elle grandiront durant tout leur stade juvénile ; le développement larvaire s'étend sur environ quatre semaines et les individus grandissent plus vite de mai à août dans une eau à 15-20 °C [27] ; ensuite, les individus matures peuvent se déplacer en pleine eau en nageant, ou en se laissant parfois dériver avec le courant.

Trois nouvelles générations sont produites annuellement. La première apparait en avril-mai, la seconde en juin-juillet, et la troisième en septembre-octobre, avant l'hivernage[20].
La descendance de la première génération des animaux de l'été (« génération 2 ») et la « génération 3 » constituent la cohorte hivernante[28].

Durée de vieModifier

Elle n'excède pas 8 mois selon "Van der Velde" (1994), mais 3 générations sont produites par an[22].

Parasitoses, maladiesModifier

Un acanthocéphale (du genre Pomphorhynchus) parasite parfois fortement Chelicorophium curvispinum (G. O. Sars, 1895) qui en est l'un des hôtes intermédiaires. Ce parasite trouvé en abondance dans deux bras néerlandais du Rhin (Waal et IJssel) pourrait expliquer de récents déclins des populations de C. curvispinum dans cette zone. Il peut infester le corps de C. curvispinum et fortement affecter ses capacités de survie[53].

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Lien externeModifier

BibliographieModifier

  • Noordhuis, R., van Schie, J., & Jaarsma, N. (2009). Colonization patterns and impacts of the invasive amphipods Chelicorophium curvispinum and Dikerogammarus villosus in the IJsselmeer area, The Netherlands. Biological invasions, 11(9), 2067-2084.
  • Scholl F (1990), Zur Bestandssituation von Corophium curvispinum Sars im Rheingebiet. Lauterbornia, 5, 67-70.
  • Van Riel, M. C., & Van der Velde, G. (2006). To conquer and persist: colonization and population development of the Ponto-Caspian amphipods Dikerogammarus villosus and Chelicorophium curvispinum on bare stone substrate in the main channel of the River Rhine. Archiv für Hydrobiologie, 166(1), 23-39 (résumé).

Notes et référencesModifier

  1. Jim Lowry, « Chelicorophium curvispinum (G.O. Sars, 1895) », World Amphipoda database, World Register of Marine Species, (consulté le 27 novembre 2011)
  2. Jazdzewski, K., and A. Konopacka. (1988) Notes on the Gammaridean Amphipoda of the Dniester River basin and eastern Carpathians. Proceedings of the 6th International Colloquium on Amphipod Crustaceans, Ambleteuse, France, 28 June-3 July 1985: Studies on Amphipoda. Crustaceana: Supplement 13: 72-89
  3. Pirogov, V.V., et al. (1991). The new elements in benthic fauna of the reservoirs of the Volga-Kama Cascade. Hydrobiological Journal 27(1): 53-58
  4. de Kluijver, M.J., and S.S. Ingalsuo. (1999), Macrobenthos of the North Sea- Crustacea. Corophium curvispinum, consulté 20 juin 2012.
  5. bij de Vaate, A., K. Jazdzewski, H. A. M. Ketelaars, S. Gollasch, and G. van der Velde. (2002) Geographical patterns in range extension of Ponto-Caspian macroinvertebrate species in Europe. Canadian Journal of Fisheries and Aquatic Sciences 59: 1159-1174.
  6. a b c et d Bachmann, V., Usseglio-Polatera, P., Cegielka, E., Wagner, P., Poinsaint, J. F., & Moreteau, J. C. (1997). Premières observations sur la coexistence de Dreissena polymorpha, Corophium curvispinum et Corbicula spp. dans la rivière Moselle. Bulletin Français de la Pêche et de la Pisciculture, (344-345), 373-384.
  7. a et b de Kluijver, M.J. & S.S. Ingalsuo. (1999) Macrobenthos of the North Sea- Crustacea. Corophium curvispinum ; consulté 20 juin 2012.
  8. Žganec, K., Gottstein, S., & Hudina, S. (2009). Ponto-Caspian amphipods in Croatian large rivers. Aquatic Invasions, 4(2), 327-335.
  9. Herkül K. & Kotta, J. (2007), New records of the amphipods Chelicorophium curvispinum, Gammarus tigrinus, G. duebeni, and G. lacustris in the Estonian coastal sea. Proc. Estonian Acad. Sci. Biol. Ecol., 56, 290-296
  10. Herkül, K., & Kotta, J. (2007). New records of the amphipods Chelicorophium curvispinum, Gammarus tigrinus, G. duebeni, and G. lacustris in the Estonian coastal sea. Proc. Estonian Acad. Sci. Biol. Ecol, 56(4), 290œ296.
  11. a et b Herkül, K., Kotta, J., Püss, T., & Kotta, I. (2009). Crustacean invasions in the Estonian coastal sea. Estonian journal of ecology, 58(4), 313-323.
  12. (en) M. J. de Kluijver & S. S. Ingalsuo, Macrobenthos of the North Sea, (lire en ligne), « Corophium curvispinum »
  13. Lucy, F., Minchin, D., Holmes, J. M. C., & Sullivan, M. (2004). First records of the Ponto-Caspian amphipod Chelicorophium curvispinum (Sars, 1895) in Ireland. The Irish Naturalists' Journal, 461-464.
  14. Malyavin, S. A., Berezina, N. A., & Hwang, J. S. (2008). A finding of Chelicorophium curvispinum (Amphipoda, Crustacea) in the Gulf of Finland (the Baltic Sea). Zoologicheskii zhurnal, 87(6), 643-649.
  15. Pygott JR, Douglas (1989), Current distribution of Corophium curvispinum Sars var. devium Wundsch (Crustacea, Amphipoda) in Britain with notes on its ecology in the Shropshire Union Canal. Naturalist, 114, 15-17
  16. Harris, R. 1991. Amphipod also invades Britain. Nature 354: 194
  17. Bachmann V, Cegielka E, Wagner P, Usseglio-Polatera P, Moreteau J.C (1995), Installation de l'amphipode Corophium curvispinum et de la palourde asiatique Corbicula sp. dans le cours français de la Moselle. Hydroécol. Appt., 7 (1-2)
  18. a et b Souben, J., Loiseau, J., & Roger, M. C. (2014). Dynamique de colonisation des voies navigables du bassin de la Seine par Chelicorophium curvispinum (Crustacea: Amphipoda). Hydroécologie Appliquée, 18, 1-14.
  19. Leuven, R. S., van der Velde, G., Baijens, I., Snijders, J., van der Zwart, C., Lenders, H. R., & bij de Vaate, A. (2009). The river Rhine: a global highway for dispersal of aquatic invasive species. Biological invasions, 11(9), 1989-2008.
  20. a b c et d Den Hartog C & al (1992). Why was the invasion of the River Rhine by Corophium curvispinum and Corbicula species so successful ? J. Nat. Hist, 26, 1121-1129
  21. a et b Paffen B & al (1994), The population explosion of the amphipod Corophium curvispinum in the Dutch Lower Rhine. Wafer Sci. Techno!., 29 (3), 53-55
  22. a b et c van der Velde, G., B.G.P. Paffen, and F.W.B van den Brink. 1994. Decline of zebra mussel populations in the Rhine-Competition between two mass invaders (Dreissena polymorpha and Corophium curvispinum). Naturwissenschaften 81: 32-34.
  23. Voir fig 4.11 page 101, intitulé "Explosion de la population de Chelicorophium curispinum dans le Rhin aval et décroissance de la moule zébrée", in Jean-Nicolas Beisel & Christian Lévêque (2010) Introductions d'espèces dans les milieux aquatiques ;Editions Quae, 2010 - 232 pages
  24. a et b Schöll, F. (1990) Zur Bestandssituation von Corophium curvispinum Sars im Rheingebiet. Lauterbornia 5: 67-70.
  25. Van Riel, M. C., & Van der Velde, G. (2006). To conquer and persist: colonization and population development of the Ponto-Caspian amphipods Dikerogammarus villosus and Chelicorophium curvispinum on bare stone substrate in the main channel of the River Rhine. Archiv für Hydrobiologie, 166(1), 23-39 (résumé).
  26. Musko, I. B., Balogh, C., Tóth, Á. P., Varga, É., & Lakatos, G. (2007). Differential response of invasive malacostracan species to lake level fluctuations. Hydrobiologia, 590(1), 65-74
  27. a b c d e f g h i et j van den Brink, F.W.B., G. van der Velde, and A. bij de Vaate. 1993. Ecological aspects, explosive range extension and impact of a mass invader, Corophium curvispinum Sars 1895 (Crustacea: Amphipoda), in the lower Rhine (The Netherlands). Oecologia 93(2): 224-232.
  28. a et b Rajagopal, S., G. van der Velde, B. Paffen, and A. bij de Vaate. 1998 Growth and production of Corophium curvispinum GO Sars, 1895 (Amphipoda), an invader in the lower Rhine. pp. 457-472.
  29. Fiche Chelicorophium curvispinum, consulté 2015-12-12
  30. Lincoln, R.J. (1979) British Marine Amphipoda : Gammaridea. British Museum of Natural History, Londres
  31. Harris R & Musko I (1999) Oxygen consumption, hypoxia, and tube-dwelling in the invasive amphipod Corophium curvispinum. Journal of crustacean biology 19(2): 224-234.
  32. Muskó I (1995) Respiration and respiratory electron transport system (ETS) activity of two amphipods: Corophium curvispinum GO Sars and Gammarus fossarum Koch. Polskie archiwum hydrobiologii 42(4): 547-558
  33. Muskó I (1998) Respiratory energy loss of Corophium curvispinum (Crustacea: Amphipoda) in Lake Balaton (Hungary) during the vegetation period. Verhandlungen Internationale Vereinigung für Theoretische und Angewandte Limnologie 26: 2107-2114.
  34. Romanova, N. 1975. Quantitative distribution and ecology of corophiids (Crustacea, Amphipoda, Corophium). Byulleten Moskovsko obshchestva ispytatelei prirody. Otdel Biologicheskii 80(3): 51-63.
  35. Bayliss, D., and R. Harris. 1988. Chloride ion regulation in the freshwater amphipod Corophium curvispinum and acclimatory effects of external Cl-. Journal of Comparative Physiology B: Biochemical, Systemic, and Environmental Physiology 158(1): 81-90.
  36. a et b Harris R & D Bayliss (1990) Osmoregulation in Corophium curvispinum (Crustacea: Amphipoda), a recent coloniser of freshwater. Journal of Comparative Physiology B: Biochemical, Systemic, and Environmental Physiology 160(1): 85-92.
  37. Taylor, P., and R. Harris. 1986a. Osmoregulation in Corophium curvispinum (Crustacea: Amphipoda), a recent coloniser of freshwater. Journal of Comparative Physiology B: Biochemical, Systemic, and Environmental Physiology 156(3): 323-329.
  38. Dedyu, I. (1980), Amphipods of fresh and salt waters of the South-West part of the USSR. Shtiintsa Publishers, Kishivev, Moldova
  39. Harris, R., and N. Aladin. (1997), The ecophysiology of osmoregulation in Crustacea. Ionic regulation in animals. Springer, Berlin: 1-25
  40. Jazdzewski K & Konopacka A (1990), Interesting Locality of the Ponto-Caspian Gammarid Echinogammarus-Ischnus New-Record Stebbing 1898 Crustacea Amphipoda in Poland. Przeglad Zoologiczny 34(1): 101-112.
  41. a et b Ojaveer, H., and J. Kotta, eds. 2006. Alien invasive species in the north-eastern Baltic Sea: population dynamics and assessment of ecological impacts. Estonian Marine Institute Report Series Number 14. Estonian Marine Institute, University of Tartu. Tallinn. 64 pp
  42. Bortkewitch, L.W. (1987) Ecology and production of Corophium curvispinum GO Sars in the estuary areas of rivers in the northwestern Black Sea area. Gidrobiol Zh 23: 91-93
  43. a et b Muskó, I.B. (1989). Amphipoda (Crustacea) in the littoral zone of Lake Balaton (Hungary). Qualitative and quantitative studies. Internationale Revue der Gesamten Hydrobiologie und Hydrographie 74(2): 195-205
  44. Biro, P. 1974. Observations on the food of eel (Anguilla anguilla L.) in Lake Balaton. pp. 133-152.
  45. Kelleher, B., P. Bergers, F. van den Brink, P. Giller, G. van der Velde, and D.E.V. Bij. (1998), Effects of exotic amphipod invasions on fish diet in the Lower Rhine. Archiv für Hydrobiologie 143(3): 363-382
  46. Kelleher, B., G. van der Velde, P. Giller, and A. bij de Vaate. (1998), Dominant role of exotic mass invaders in the diet of important fish species of the River Lower Rhine, The Netherlands. pp 20-24.
  47. Kelleher, B., G. Van Der Velde, K. Wittmann, M. Faasse, and A. Bij De Vaate. 1999. Current status of the freshwater Mysidae in the Netherlands, with records of Limnomysis benedeni Czerniavsky, 1882, a Pontocaspian species in Dutch Rhine branches. Bulletin Zoölogisch Museum, Universiteit van Amsterdam 16(13).
  48. Marguillier, S., F. Dehairs, G. Van der Velde, B. Kelleher, and S. Rajagopal. (1998), Initial results on the trophic relationships based on Corophium curvispinum in the Rhine traced by stable isotopes. In: P.H. Nienhuis, R.S.E.W. Leuven, and A.M.J. Ragas, eds. New concepts for sustainable management of river basins. Backhuys Publishers, Leiden, the Netherlands. pp 171-177
  49. Rajagopal S., van der Velde G, Paffen B & bij de Vaate A (1998). Ecology and impact of the exotic amphipod, Corophium curvispinum Sars, 1895 (Crustacea: Amphipoda), in the River Rhine and Meuse. Institute for Inland Water Management and Waste Water Treatment (RIZA). 89 pp
  50. van der Velde, G., S. Rajagopal, B. Kelleher, I. Musko, B. Vaate, and F. Schram. 2000. Ecological impact of crustacean invaders: General considerations and examples from the Rhine River. The Biodiversity Crisis and Crustacea: 3-33.
  51. Bortkevitch, L.V. 1988. Ecology and production of Corophium curvispinum in the estuarine sections of rivers of the northwest Black Sea coast. Hydrobiological Journal 23(6): 91-97.
  52. Muskó, I.B. (1990). Qualitative and quantitative relationships of Amphipoda (Crustacea) living on macrophytes in Lake Balaton (Hungary). Hydrobiologia 191(1): 269-274.
  53. Van Riel, M. C., Van der Velde, G., & de Vaate, A. B. (2003). Pomphorhynchus spec.(Acanthocephala) uses the invasive amphipod Chelicorophium curvispinum (GO Sars, 1895) as an intermediate host in the river Rhine. Crustaceana, 76(2), 241-246 (résumé)