Chartreuse Notre-Dame-de-la-Rose

chartreuse (ancienne) en Normandie

Notre-Dame-de-la-Rose
Vestiges (lithographie Prevot)
Vestiges (lithographie Prevot)

Identité du monastère
Type Monastère d'hommes
Diocèse Rouen
Armoiries du monastère
Présentation du monastère
Fondateur Guillaume de Lestrange
Culte Culte catholique
Ordre Ordre des chartreux
Province cartusienne France-sur-Seine
Armes du fondateur
Historique
Date(s) de la fondation 1384
Fermeture 1682
Architecture
Dates de la construction 1392-1395
Protection IGPC Notice no IA00021942
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Commune Rouen
Coordonnées 49° 26′ 23″ nord, 1° 07′ 39″ est
Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime
(Voir situation sur carte : Seine-Maritime)
Notre-Dame-de-la-Rose
Géolocalisation sur la carte : Normandie
(Voir situation sur carte : Normandie)
Notre-Dame-de-la-Rose
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Notre-Dame-de-la-Rose

La chartreuse Notre-Dame-de-la-Rose est un monastère de l'ordre des chartreux fondé en 1384.

HistoireModifier

La chartreuse Notre-Dame-de-la-Rose est fondée en 1384 à l'extérieur de la porte Saint-Hilaire de Rouen par l'archevêque Guillaume de Lestrange, qui y est enterré en 1388[1]. Les bâtiments sont achevés en 1395. Leur position les prédispose à servir de point d'appui à tous les assiégeants de la ville, ce qui a lieu lors du siège de Rouen de 1418.

Le cloître est construit ou reconstruit par Robert Girard vers 1557. Elle est dévastée par les calvinistes, lors du siège de Rouen en 1562, puis lors du siège de 1591-1592 par Henri IV. Le monastère demeure inoccupé de 1561 à 1593. Il reprend vie ensuite et le noviciat rouvre.

Depuis la fondation de la chartreuse toute proche de l'ancienne léproserie Saint-Julien en 1667, il est question d'unir les deux maisons ; elles ont quelque temps le même prieur. L'union est prononcée en 1682 au profit de Saint-Julien. Le révérend père général ordonne la démolition des bâtiments pour éviter que, par tentation, s'y établissent quelques religieux isolés sans vie régulière.

Elle est presque entièrement détruite en 1703. Les matériaux sont remployés pour la construction du couvent des chartreux du Petit-Quevilly.

Une rue de Rouen porte le nom de La Petite-Chartreuse en son souvenir.

Personnalités liées à la chartreuse de la RoseModifier

Prieurs

IllustrationsModifier

Le livre des Fontaines (1519/1526) comporte une vue de la chartreuse dans son enceinte [1].

Une lithographie de 1863 de l'artiste rouennais Aristide Prévot (graveur Alexandre de Bar[note 1]) est reproduite dans Le Magasin pittoresque : elle représente une rare vue des vestiges de la chartreuse (lire en ligne sur Gallica).

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Charles de Beaurepaire, « Description par autorité de justice de la chartreuse Notre-Dame de la Rose (1683)», Bulletin de la Commission des Antiquités de la Seine Inférieure, 11, (1897-1899) 241-253.
  • Charles de Beaurepaire, « Note sur la destruction de l'église de la chartreuse de la Rose », Bulletin de la Commission des Antiquités de la Seine Inférieure, 11, (1897-1899) 508-511.
  • Lestrange, Inventaire des biens de Guillaume de Lestrange, Paris, 1898.
  • Anonyme, « La chartreuse de La Rose », Bulletin des Amis des Monuments Rouennais, (1901) 90-92 ; (1905) 91 et (1906) 115-116.
  • Lucien-René Delsalle, [2], « La chartreuse de La-Rose-Notre-Dame», Bulletin de la Commission départementale des Antiquités de Rouen, 34, (1982-1983) 17-44.
  • Lucien-René Delsalle, « Rouen : La chartreuse de La Rose-Notre-Dame et « La peinture d’inspiration religieuse à Rouen au temps de Pierre Corneille », Prolongements d’une exposition », Bulletin de la Commission départementale des Antiquités de Rouen, 35, (1984-1985), p. 185-194.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier