Ouvrir le menu principal

Charales

Les Charophyceae sont une classe d’algues vertes de la division des Charophyta, avec un seul ordre : les Charales. Au sens phylogénique, c'est le groupe frère des Embryophyta[réf. souhaitée].

Ce groupe est encore mal connu en France malgré son importance dans la détermination de communautés végétales d’habitat d’intérêt communautaire et dans le domaine de la bio-indication[1]. L'étude des characées est la charologie.

Sommaire

DescriptionModifier

Les Charophyceae sont des végétaux fixés sur le fond par des rhizoïdes incolores d'où s'élèvent le thalle, cladome qui s'accroît par une cellule initiale apicale et qui produit un axe primaire portant de place en place et très régulièrement des verticilles de rameaux (de 4 à 20 rameaux selon l'espèce). Les entre-nœuds, qui séparent chaque verticille, sont formés d'une seule cellule géante qui peut atteindre une longueur de 25 cm chez les plus grandes espèces[2]. .

Débat sur leur place dans la classificationModifier

 
Évolution des principales structures et des plans d'organisation chez les plantes.
Article détaillé : histoire évolutive des végétaux.

Les Charophycées ont été longtemps considérées comme la seule classe de la division des Charophyta.

Certains botanistes recommandent l'élargissement du règne végétal pour y inclure Charophycées et Chlorophytes[3] tandis que d'autres les placent dans l'une des divisions suivantes : Chlorophyta, Streptophytina ou Streptophyta[4],[5],[6].

Indépendamment de la classification exacte des Charophycées, elles semblent bien être les organismes les plus proches des Embryophytes (plantes traditionnelles)[3],[7], sous réserve de l'élucidation de la place des Zygnématophytes, variable selon les analyses de phylogénie moléculaire.

Plusieurs preuves concourent à penser cela[8] :

Preuves morphologiques et biochimiques 
Certains caractères sont communs entre les Charophyceae et les Végétaux, par exemple des enzymes présentes dans les peroxysomes, la structure des spermatozoïdes (flagellés), la formation d’un phragmoplaste au cours de la division cellulaire (portion équatoriale du fuseau mitotique établie lors de la division cellulaire végétale où apparaissent des vésicules d’origine golgienne) ou encore des complexes de cellulose synthase en rosette.
Preuves génétiques :
on trouve des ressemblances entre les gènes nucléaires et chloroplastiques des deux groupes, ce qui pourrait indiquer que les Charophyceae sont actuellement les organismes les plus étroitement liés aux Végétaux terrestres.
Adaptations à la vie terrestre 
L'hypothèse des biologistes évolutionnistes est que les spores avec leur paroi imprégnée de sporopollénine, polymère résistant à la dessiccation et caractéristique des plantes terrestres, ont évolué avant l'apparition des sporophytes multicellulaires, et ont contribué à la sortie des eaux des plantes[9]. La sporopollénine permet ainsi aux Charophyceae de résister à des conditions de déshydratation auxquelles elles sont parfois exposées, au bord des lacs ou des étangs. Ce caractère a probablement permis aux Algues dont descendent les Végétaux de survivre sur la terre ferme, leur permettant ainsi de coloniser les milieux terrestres.

Liste des ordres et famillesModifier

Selon AlgaeBase (3 avril 2018)[10] :

Selon ITIS (3 avril 2018)[11] et NCBI (3 avril 2018)[12] :

Selon Paleobiology Database (1 mai 2013)[13] :

Selon World Register of Marine Species (1 mai 2013)[14] :

RéférencesModifier

  1. Annonce de publication du Guide illustré des Characées du nord-est de la France, Tela Botanica
  2. Pierre-Augustin Dangeard, Traité d'algologie, Paul Lechevalier & Fils, , p. 208.
  3. a et b Campbell, N. A. & Reece, J. B. 2005. Biology, Seventh Edition. Benjamin Cummings, San Francisco.
  4. Hoek, C. van den, Mann, D. G. & Jahns, H. M. 1995. Algae: An Introduction to Phycology. Cambridge University Press, Cambridge. (ISBN 0 521 30419 9)
  5. Streptophytina
  6. McCourt, R. M., Chapman, R. L., Buchheim, M. & Mishler, B. D. “Green Plants”. Accessed 13 December 2007
  7. Delwiche, C. F. “Charophycean Green Algae”. Accessed 13 December 2007
  8. Campbell, N. A. & Reece, J. B. 2005. Biology, Seventh Edition. Benjamin Cummings, San Francisco. Chapter 29
  9. Brown RC, Lemmon BE. 2011 Spores before sporophytes: hypothesizing the origin of sporogenesis at the algal-plant transition. New Phytol. 190, 875–881
  10. AlgaeBase. M.D. Guiry et G.M. Guiry. 2012. World-wide electronic publication, National University of Ireland, Galway., consulté le 3 avril 2018
  11. ITIS, consulté le 3 avril 2018
  12. NCBI, consulté le 3 avril 2018
  13. Fossilworks Paleobiology Database, consulté le 1 mai 2013
  14. World Register of Marine Species, consulté le 1 mai 2013

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Guide illustré des Characées du nord-est de la France, Conservatoire botanique national de Franche-Comté, DREAL et Région Franche-Comté ; avec présentation de 35 taxons via des fiches illustrées pour la détermination (difficile) des espèces de ce groupe, avec renseignements sur son habitat (écologie, phytosociologie, répartition) ; gratuit à certaines conditions
  • Aymeric Watterlot & Timothée Prey, Première liste des Characées de Picardie, Conservatoire botanique national de Bailleul - Version n°1 - Mars 2013 (PDF, 5 p.)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Pour la classe des CharophyceaeModifier

Pour l’ordre des CharalesModifier

 
Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Charophyceae.