Charles de Peyssonnel (avocat)

consul de France

Charles de Peyssonnel, né à Marseille le et mort à Smyrne le , est un avocat.

Charles de Peyssonnel
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 56 ans)
IzmirVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Père
Fratrie
Enfant
Autres informations
Membre de

BiographieModifier

Charles de Peyssonnel est le fils du médecin Charles Peyssonnel (1640-1720) qui victime de son dévouement mourut de la peste en 1720 à Marseille. Il est le frère du médecin et naturaliste Jean André Peyssonnel (1694-1759) et le père de l'écrivain et diplomate Claude-Charles de Peyssonnel (1727-1790).

Après des études de droit à Aix-en-Provence, il est avocat à Marseille. En 1726 il participe à la création de l'Académie de Marseille où il prononce en 1734 l'éloge funèbre du Maréchal duc de Villars[1]. Le marquis de Villeneuve, ambassadeur de France à Constantinople, le prend comme secrétaire puis comme chancelier. Il fait probablement la connaissance du Comte de Caylus à qui il adresse une importante correspondance publiée par l'abbé Sevin en 1802[2].

Il découvre plusieurs médailles en or des rois du Bosphore et publie à cette occasion une Dissertation sur la suite des rois du Bosphore. Il passe toute sa carrière au Levant. Il effectue deux expéditions à l'intérieur de la Turquie en 1746 et 1750. Nommé consul à Smyrne en 1747, il y décèdera en 1757 d'une attaque d'apoplexie.

Notes et référencesModifier

  1. Charles de Peyssonnel,Éloge funèbre du Maréchal duc de Villars, éd. Boy, Marseille, 1735
  2. Abbé Sevin, Recueil de lettres sur Constantinople, éd. Obre, Paris, 1802

Source biographiqueModifier

  • Académie de Marseille, Dictionnaire des marseillais, Édisud, Marseille, 2001, p. 265, (ISBN 2-7449-0254-3)
  • Abbé Dassy, L’académie de Marseille, ses origines, ses publications, ses archives, ses membres, Barlatier-Feissat éditeur, Marseille, 1877, p. 60-64