Charles Talbot (1er baron Talbot)

politicien britannique

Charles Talbot, 1er baron Talbot, PC (1685 - ) est un avocat et un politicien britannique. Il a été Lord grand chancelier de 1733 à 1737.

Charles Talbot, 1er baron Talbot
Charles Talbot, 1st Baron Talbot of Hensol by John Vanderbank.jpg
Fonctions
Membre du Parlement de Grande-Bretagne
Member of the 6th Parliament of Great Britain (d)
Member of the 5th Parliament of Great Britain (d)
Lord chancelier
Membre du 7e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Biographie
Naissance
Décès
Formation
Activités
Père
William Talbot (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Catherine King (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Cecil Matthews (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
William Talbot
John Talbot
Rev. Hon. George Talbot (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de

BiographieModifier

Il était le fils aîné de William Talbot (évêque) (en), évêque de Durham, descendant de John Talbot (1er comte de Shrewsbury). Il a étudié à Eton et Oriel College, à Oxford, et est devenu membre du All Souls College en 1704. Il a été admis au barreau en 1711 et, en 1717, nommé procureur général du prince de Galles. Élu membre de la Chambre des communes en 1720, il devint solliciteur général en 1726. En 1733, il fut nommé lord chancelier et élevé à la pairie avec le titre de lord Talbot, baron de Hensol, dans le comté de Glamorgan [1].

Il s'est révélé un juge compétent en matière d'équité pendant les trois années de son poste du Woolsack. Parmi ses contemporains, il jouissait de la réputation d'un bon esprit; il était l'un des mécènes du poète James Thomson qui, dans The Seasons rendait hommage à l'un de ses fils dont il était tuteur; Joseph Butler a dédié sa célèbre analogie à Talbot, tout comme l'édition d'Épictète d'Upton. Le titre qu'il portait découlait du domaine Hensol à Pendoylan, Glamorgan, qui lui était parvenu par l'intermédiaire de son épouse [1].

Après une maladie au cours de laquelle le roi et la reine se renseignèrent chaque jour sur son état de santé, Talbot mourut le 14 février 1737 chez lui à Lincoln's Inn Fields.

Il a été l'un des auteurs de l'opinion sur l'esclavage "Yorke – Talbot". On cherchait à déterminer la légalité de l'esclavage. Talbot et Philip Yorke (1er comte de Hardwicke) estimèrent qu'il était légal. L'avis était largement invoqué avant la décision de Lord Mansfield dans l'affaire Somersett .

FamilleModifier

Il a épousé, à l'été 1708, Cecil Mathew (décédée en 1720), fille de Charles Mathew de Castell et Mynach, Glamorganshire, et petite-fille et héritière de David Jenkins de Hensol. Là, il construisit un manoir de style tudor, appelé le château. Ils ont eu cinq fils, dont trois lui ont survécu. Son deuxième fils, William (1710-1782) lui a succédé [2].

RemarquesModifier

  1. a et b Chisholm 1911.
  2. (en)   « Talbot, Charles (1685-1737) », dans SidneyLee, Dictionary of National Biography, vol. 55, Londres, Smith, Elder & Co, .