Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maucourt de Bourjolly.
Charles Maucourt de Bourjolly
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
Activité

Charles Maucourt de Bourjolly Saint-Ouën-des-Vallons[1], Château de la Roche-Pichemer - † Laval lieu-dit la Féaudière), avocat et historien.

BiographieModifier

Charles est le fils de Louis Maucourt de Bourjolly et de Julienne Boullant. Il naît le 19 novembre 1645 au château de La Roche-Pichemer dont son père était fermier général. Sieur de la Coudrière (Mézangers), licencié en droit, avocat au Parlement, il se marie le 10 juillet 1675 avec Renée Debonnaire, fille d'Étienne Debonnaire, sieur de la Féaudière à Laval. Veuf depuis le 7 mai 1694, il meurt à la Féaudière le 10 août 1721.

De son mariage, Maucourt eut deux enfants, dont seul Jean, l'aîné, vécut. Né à Mézangers le 12 septembre 1677, il épousa à Laval, le 12 juillet 1707, Madeleine Gaultier (fille de Mathurin Gaultier, conseiller du roi, avocat à Laval).

BibliographieModifier

Il est connu par son Mémoire chronologique sur la ville de Laval , œuvre de sa vieillesse, dont il fit plusieurs rédactions :

L'œuvre historique de Maucourt, dont Verger avait donné, d'après une copie très fautive, quelques fragments en 1837[2], a été publiée[3] par Bertrand de Broussillon[4] sur le texte établi par Jules Le Fizelier; un fascicule contient les notes de Louis-Julien Morin de la Beauluère.

Elle laisse assurément pour l'abbé Angot beaucoup à désirer, car la critique de Maucourt est souvent en défaut et ses citations manquent d'exactitude, mais elle n'en est pas moins utile par les documents qu'elle contient.

L'abbé Angot indique que Pierre Le Baud, Guillaume Le Doyen, Gesland, Olivier de Cuilly, et surtout Jacques Le Blanc de La Vignolle ont été mis largement à contribution, et plusieurs de leurs ouvrages ne nous sont plus connus que pour cela même. Il faut aussi y ajouter l'ouvrage de Pierre Bureau sur l'histoire religieuse de Laval.

Notes et référencesModifier

  1. Registre paroissial de Saint-Ouën-des-Vallons (autrefois Saint-Ouën-des-Oies). Archives départementales de la Mayenne, E-dépôt 179/E2, page 40 .
  2. Archives curieuses de Nantes et des provinces de l'ouest.
  3. Laval, Moreau, 1886, 2 vol. in-8° et table.
  4. La transcription de François Serveau-Touchevalier (petit-neveu de Bourjolly), aurait servi à l'édition du livre en deux tomes publiée en 1886, copie du texte de 1716, faite en 1797. Elle est critiquée par Isidore Boullier car ce dernier a ajouté plusieurs choses curieuses sans les différentier du texte original. Il y parle souvent de la Révolution française, et de faits postérieurs comme la reconstruction de l'autel de la Sainte-Vierge à l'église de la Trinité de Laval qui date de 1803.

SourcesModifier