Charles-Alphonse Du Fresnoy

peintre français

Charles-Alphonse Du Fresnoy[1], né en 1611 à Paris et mort en 1668 fut un peintre, un critique d'art et un poète français.

Charles-Alphonse Du Fresnoy
Image dans Infobox.
Naissance
Décès
Activités
Maître

Il fut l'élève de Simon Vouet et de François Perrier, et l'ami de Pierre Mignard, avec lequel il visita l'Italie. Le Musée du Louvre possède de cet artiste un Groupe de Naïades, le Musée d'Évreux une Sainte Marguerite foulant aux pieds un dragon et le Musée des beaux arts de Dijon une huile sur toile Allégorie de la Peinture [2].

Ces trois compositions ont moins contribué à sa réputation que son poème latin sur la peinture :

  • De Arte graphica, publié après sa mort par Roger de Piles, Paris, 1668, avec une traduction en prose et des notes estimées.

Renou en donna une 2e traduction, en vers français, 1789, et Antoine Rabany une 3e, en 1810. Enfin cet ouvrage a été traduit en vers anglais par John Dryden.

ŒuvreModifier

ThéorieModifier

Le peintre anglais William Turner fait référence à ses théories dans un tableau de 1831, conservé à la Tate Britain de Londres. Intitulé, Étude de Watteau selon les règles de du Fresnoy, il illustre un de ses principes coloristiques, selon lequel le blanc «peut porter un objet en arrière, ou le rapprocher»[3].

PeintureModifier

DessinsModifier

  • Paris, Beaux-Arts de Paris :
    • Vénus reçoit de Vulcain les armes d'Enée, plume, encre brune et lavis brun. Diamètre : 0,177 m[4]. Autre Vénus reçoit de Vulcain les armes d'Enée, plume, encre brune et lavis brun. H. 0,148 ; L. 0,133 m[5]. Ces deux dessins correspondent à deux étapes de réflexion très proches sur un même sujet, tiré de l'Enéide. La forme du tondo évoque la préparation d'un décor. L'esthétique tient à l'utilisation du pinceau pour une scène nocturne où motifs et histoire semblent arrachés au fond sombre[6].
    • Armide découvrant Renaud endormi, plume et encre brune, lavis brun et rehauts de blanc sur papier gris-bleu. H. 0,238 ; L. 0,321 m[7]. On connaît au moins sept tableaux de Dufresnoy illustrant des épisodes de la Jérusalem délivrée du Tasse. L'intérêt du peintre semble s'être concentré sur l'histoire de Renaud et Armide. L'artiste a peint pas moins de trois versions de l'épisode d'Armide découvrant Renaud endormi. Le dessin, d'une exécution très picturale, montre l'intérêt inhabituel du peintre pour les détails vestimentaires et décoratifs, les armes du héros et le char de la magicienne notamment. La mise au carreau le désigne comme présentation destinée au commanditaire[8].

Notes et référencesModifier

  1. Ou Dufresnoy.
  2. « collections du musée des beaux-arts de dijon - Affichage d'une notice », sur mba-collections.dijon.fr (consulté le )
  3. Tableau de Turner, Tate Britain
  4. « Vénus reçoit de Vulcain les armes d'Enée, Charles-Alphonse Dufresnoy », sur Cat'zArts
  5. « Vénus reçoit de Vulcain les armes d'Enée, Charles-Alphonse Dufresnoy », sur Cat'zArts
  6. Brugerolles, Emmanuelle, Le Dessin en France au XVIIe siècle dans les collections de l’Ecole des Beaux-Arts, Paris, Ecole nationale supérieure des beaux-arts éditions, 2001, p. 187-192, Cat. 46-47.
  7. « Armide découvrant Renaud endormi, Charles Alphonse Dufresnoy », sur Cat'zArts
  8. Brugerolles, Emmanuelle, Le Dessin en France au XVIIe siècle dans les collections de l’Ecole des Beaux-Arts, Paris, Ecole nationale supérieure des beaux-arts éditions, 2001, p. 193-197, Cat. 48.

BibliographieModifier

  • Jacques Thuillier, À propos de Charles-Alphonse Du Fresnoy : du « Maître de Stockholm » au « Maître de Cassel, Revue de l'Art, n° 111, 1996.
  • Sylvain Laveissière, Les tableaux d'histoire retrouvés de Charles-Alphonse Dufresnoy , Revue de l'art, n° 112, p. 38-58, 1996.

Liens externesModifier